Une belle chasse au trésor en perspective…

Tous droits réservés, V.Trillaud, www.niceartphoto.com

Quelque part dans Marseille… Tous droits réservés, V.Trillaud, www.niceartphoto.com

Dans le centre de Marseille, entre un coiffeur et un café, se dessine une porte sans grande allure. Je sonne. Direction le troisième étage. Dans cet immeuble qui n’a pas eut les grâces de la réfection urbaine promise par la gentrification du quartier, se trouve l’appartement de tous mes fantasmes. Des étagères montent partout jusqu’au plafond.

Comme dans les films, une échelle – en réalité, un escabeau métallique – permet d’atteindre les cartons hors de portée. Des caisses et des boites partout. Des piles de journaux jaunissants sur des mètres et des mètres. Une partie des archives de l’histoire homosexuelle depuis les années 1960 se trouve devant mes yeux ! Rien que pour moi en cette journée pluvieuse d’automne. Mais quelle galère pour avoir arriver là !

Un peu de contexte semble nécessaire

L’une des première difficultés lorsque l’on souhaite étudier l’histoire de l’homosexualité en France concerne les archives, nécessaires pour mener un travail d’historien.ne. Contrairement à de nombreux pays anglo-saxons ou du Nord de l’Europe, il n’existe pas en France de centre d’archive national, institutionnel ou non, consacré aux questions de genre et des homosexualités. À Amsterdam par exemple, depuis 1978 le centre de ressources Homodok archive l’histoire des mouvements et des personnes LGBTQIA. En France, une première tentative eut lieu en 2002 à l’initiative de Jean Le Bitoux en collaboration avec le maire de Paris d’alors, Bertrand Delanoë. Malgré une très forte subvention et l’attribution d’un local, le projet échoua. Il fut repris par la suite par Louis George Tin, initiative qui capota une nouvelle fois. S’il n’existe pas d’explications claires quant à l’échec de ces tentatives, il est possible qu’elles soient liées à des querelles internes et des luttes de pouvoir au sein de la communauté LGBTQUIA parisienne.

Le début d’une chasse au trésor

Couverture du journal Homophonie n°7, mai 1981, C.C, Mathias Quéré

Couverture du journal Homophonie n°7, mai 1981, CC, Mathias Quéré

Il s’agissait donc de trouver quelles étaient les personnes ressources et qui parmi les ancien.ne.s militant.e.s du mouvement homosexuel français avait eu la perspicacité et la rigueur de garder, de conserver et d’archiver les matériaux – journaux, tracts, comptes rendus, correspondances – des différents groupes, à Paris comme en région. Le début de mes recherches de Master 1 s’est donc transformé en véritable chasse au trésor. Grâce à un premier entretien avec ma directrice de mémoire Sylvie Chaperon, j’ai pu accéder à des contacts qui m’ont dirigé vers de tierces personnes. C’est ainsi que j’ai pu obtenir un rendez vous avec Massimo Prearo (qui a lui même travaillé sur la question du moment politique de l’homosexualité) qui, après m’avoir conseillé sur mon sujet de recherche, m’a dirigé vers Michael Sibalis (un historien canadien qui a beaucoup travaillé sur le cas français). Un échange de mails transatlantique avec lui m’ont permis de contacter Christian Deleusse, militant du Groupe de libération des homosexuels (GLH) de Marseille, sujet de mon premier mémoire. Et me voici dans son appartement en une autre journée pluvieuse il y a près d’un an.

Cet espèce d’espace hors du temps conserve la grande majorité des revues et journaux homosexuels depuis les années 1970. Des caisses entières, rangées par années, retracent l’histoire des Universités d’été homosexuelles, du Comité urgence anti répression homosexuelle (CUARH) des GLH (principalement celui de Marseille) ou encore de Gai pied.

Bis repetita

Un an a passé. Me revoilà parti pour une nouvelle année d’étude. Je sais clairement où je vais trouver les sources nécessaires pour pouvoir m’atteler à mon nouveau projet de recherche. Dans une certaine mesure, je regrette de devoir penser que les lieux qui recueille mon, notre histoire collective, soient si peu nombreux. Et pourtant la perspective de retourner à Marseille m’enchante en ce début du mois d’octobre. Car je vais retrouver Christian qui incarne si bien cette histoire que je cherche à raconter ; car cet endroit me fascine tant ; car Marseille est une bien belle ville pour y passer quelques jours. Quelques semaines avant de voyager, je lui écris pour lui demander de m’accueillir. Car ici pas d’horaires d’ouverture, c’est chez lui. Je prévois quatre jours sur place. Je me dis, sachant que je ne sais pas encore explicitement ce que je cherche, qu’il est bon d’avoir un peu de temps pour me laisser surprendre.

Un appareil photo et une bonne carte giga deviennent mes meilleurs allié.e.s

Un appareil photo et une bonne carte giga deviennent mes meilleurs allié.e.s, CC Mathias Quéré

Me voilà chez lui. Lui même est parti pour toute la durée de mon séjour. L’entretien que je prévoyais de faire pour qu’il me conte/compte – car c’est bien de cela qu’il s’agit – ses récits est remis à plus tard. Mais ce n’est pas si grave, cela me donne une bonne excuse pour revenir. Le trousseau des clefs en mains, je commence à descendre des étagères tout ce qui peut me sembler un bon matériau pour ma recherche. Armé d’un appareil photo, je numérise frénétiquement, car je sais que je ne reviendrais pas tout de suite. C’est forcément trop et l’idée de trier tout cela m’effraie d’avance. Mais ce n’est pas grave : je me dis qu’au delà du mémoire de cette année, tout cela pourra continuer à me servir et même qu’il est intéressant dans une dynamique plus large – cela mériterait un billet à part entière – que tout cela soit dupliqué. Les heures et les jours passent. Je ne peux m’empêcher de penser à celles et ceux qui ont rédigé ces tracts, écrits ces journaux et peaufinés ces slogans. Je cherche à m’imprégner de cette histoire et comprendre quels en furent les enjeux. Le travail risque d’être long mais passionnant.

Et puis c’est l’heure du retour. Ces quelques jours m’ont certainement apporté plus que de questions que de réponses. Mais n’est-ce pas là un peu l’essence même de ma recherche ? Il est drôle de penser que tous ces cartons explorés, ces mètres linéaires épluchés tiennent dans une carte mémoire 16 giga… J’aurais tellement préféré prendre toutes ces archives avec moi, les garder à mes côtés, pour à mon tour participer à la conservation de cette histoire commune. Maintenant, le plus long reste à faire, mais il est tellement enthousiasmant !

Crédit image à la Une : tous droits réservés hexagonegay.com, photo anonyme.


Mathias Quéré

En 2016, étudiant en Master 2 d'Histoire Moderne et Contemporaine à l'Université de Toulouse le Mirail (Toulouse Jean-Jaurès pour la novelangue). Je travaille sous la direction de Sylvie Chaperon sur les groupes homosexuels militants dans les années 1970 et 1980 et plus précisément sur le Comité urgence anti-répression homosexuel (CUARH) entre 1979 et 1985.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *