Archives : ma vie, ma bataille

 Base de donnée personnelle pour le fonds Abel Gance, dossier Giselle, (Tous droits réservés, crédits : Alessandro Bessy)

Base de donnée personnelle pour le fonds Abel Gance, dossier Giselle, (Tous droits réservés, crédits : Alessandro Bessy)

Le travail aux archives a commencé dès le début de la préparation du M1, avec l’élaboration de bases de données, utilisées pour organiser le flux énorme d’informations. Le temps passé aux archives équivaut environ à la moitié du travail fourni pour ce mémoire de deuxième année. Les archives, c’est aussi la moitié de la journée passée dans les transports, la salle non-climatisée, un lieu où l’on doit sans cesse vérifier que nos mains sont immaculées et où l’on mange son casse-croûte à une limite de 50 centimètres de la table. Les archives sont surtout régies par une équipe encadrante géniale et disponible.

Bus, Train, Métro, Bus, Archives, Bus, Métro ….

Partir aux archives de la Cinémathèque de Toulouse, c’est avant tout partir à l’aventure. Vivant à Colomiers (Point A), à l’extrémité ouest de la banlieue toulousaine et devant me rendre à Balma-Gramont (Point B), lieu des dites archives et opposé géographique total, le parcours en transports est une quête périlleuse. Il faut d’abord avoir l’envie de se réveiller très tôt, quand le coq dort encore et que l’aube n’a même pas daigné se montrer. Le courage vient avec le petit-déjeuner et la motivation vient d’on ne sait où.

Trajet quotidien pour se rendre aux archives d’un point A (Colomiers drapeau vert) à un point B (Balma drapeau rouge) (Source Mappy)

Trajet quotidien pour se rendre aux archives d’un point A (Colomiers drapeau vert) à un point B (Balma drapeau rouge) (Source Mappy)

Le péril pour se rendre aux archives doit avant tout être préparé soigneusement. Il est impossible de débarquer tel Christophe Colomb sur le sol du Nouveau-Monde, en terrain conquis à l’ouverture des Archives. La prise de contact se fait deux ou trois jours avant, par politesse et précaution. Il serait dommage de faire deux heures de transport pour se retrouver seul sous la pluie, les baskets trempées par ce périple mystique sur les traces d’Abel Gance. Il faut donc envoyer un mail à Mme Céline Escoulen, prix de la meilleure archiviste 2015-2016, décerné par moi-même, qui fait un travail remarquable.

Au-delà de sa disponibilité à toute épreuve et de sa gentillesse, papoter voyages et cinéma à neuf heures du matin est toujours agréable, elle met toujours un point d’honneur à rendre ma longue journée d’études agréable. Jamais un mail n’est resté sans réponses et les dossiers demandés sont toujours disponibles, bien rangés et placés à coté de la version papier de l’inventaire du fonds Abel Gance. Le reste de l’équipe est tout aussi agréable et joyeux, fanfaronnant dans la salle de déjeuner et m’ouvrant gentiment les portes magiques de cette forteresse du cinéma (impossible de sortir du bâtiment sans leur accord).

Ce lieu magique étant un peu isolé, il faut préparer généralement un petit goûter, principalement des clémentines ou des pommes ainsi qu’une bouteille d’eau, pour se rafraichir les idées. Pour se cultiver aux archives, un ordinateur suffit, de type quelconque, d’un cahier et d’un stylo fantaisie ou normal, le mieux étant un quatre couleurs afin de mettre en évidence les documents, personnages importants présents dans les fonds consultés. Si la visite aux archives n’est ni un lundi, ni un vendredi, on peut profiter du temps d’attente dans les transports pour se documenter un peu plus sur Abel Gance, pour répondre à des mails professionnels ou dormir. La route jusqu’aux archives impliquant d’emprunter quatre moyens de transports différents, souvent bondés, la ville de Toulouse ne comprenant toujours pas que la population augmente chaque année mais que les infrastructures ne suivent pas. Ces inconvénients de transports nécessitent donc aussi une hygiène corporelle irréprochable, surtout sur la période Avril-Octobre, aller aux archives, c’est comme partir en randonnée dans les Pyrénées.

Les archives : entre Paris, Toulouse et Londres

Les archives de la Cinémathèque de Toulouse sont facilement consultables car les inventaires sont tous en ligne. Lors d’une consultation, l’inventaire version papier est généralement mis à disposition afin de contrôler les documents étudiés. Pour le fonds Abel Gance, qui contient 25 boites, il est impossible de consulter l’ensemble au même moment, il est donc préférable pour l’apprenti-chercheur de préparer sa consultation en amont.

Le fonds parisien concernant Abel Gance est sensiblement le même. Plus difficile à consulter, il contient à 95% les mêmes documents que le fonds toulousain et a été donné par Nelly Kaplan, proche d’Abel Gance, après qu’elle ait acquis ceux-ci lors d’une vente aux enchères de Drouot en 1993. Les principaux auteurs ayant écrit sur Abel Gance ont utilisé le fonds parisien, Roget Icart, auteur de la biographie la plus complète concernant le réalisateur s’est servi du fonds toulousain composé de documents qu’il a lui-même récolté et trié. Pour le dire simplement, les originaux présents aux archives parisiennes sont présents en reproduction dans le fonds toulousain et inversement. Il n’a pas été jugé nécessaire d’enchaîner les voyages inutiles à Paris.

Archives du BFI, Tous droits réservés, Crédits : www.bfi.org.uk

Archives du BFI, Tous droits réservés, Crédits : www.bfi.org.uk

Le cas londonien est plus particulier. Concernant d’abord la consultation des archives du BFI (British Film Institute), il faut faire une demande en ligne ou sur place, un minimum trois semaines avant la date où l’on souhaite consulter les documents. L’ensemble du catalogue est mis en ligne mais leur plateforme de recherche est un peu compliquée à utiliser. Ces archives peuvent être pertinentes de part les relations qu’avait Gance avec certaines producteurs britanniques, notamment Steven Pallos, personnalité opaque ayant participé à l’élaboration du projet Giselle. Les recherches sur ce producteur dans les bases de données du BFI n’ont rien données, mais lorsque l’on croise les adresses de ces anciens bureaux de production à Londres avec les archives, certaines pistes se dessinent. Cette voie d’étude n’est pas à négliger et il faudra se rendre sur place afin de percer le mystère Pallos.

Pertinence, Saint-Graal ou déception, les archives comme pilier de la réflexion

Le sujet a été choisi en particulier à cause de l’abondance de documents concernant Abel Gance présents à Toulouse. Il n’a jamais été le cas de manque d’archives dans cette situation, la surabondance de documents est justement plus problématique car elle nécessite une organisation précise et méticuleuse afin de ne pas se perdre dans les recherches.

Faisant de l’histoire du Cinéma, le parti-pris du sujet est un problème en soi. Travailler sur l’invisible et l’absence d’images est un manque conséquent. Étudier ces projets revient à lire un roman, à s’imaginer les scènes, les décors, l’ambiance sans jamais n’avoir rien à se mettre sous les yeux. La frustration est énorme parfois, car le choix de l’Histoire du cinéma comme sujet d’étude est née de l’amour des images et des sensations procurées par les sons, les couleurs. Il n’est pas question de manque d’archives, il est question de manque de sensations.

Le rêve n’est pas de poursuivre l’image, le rêve est de résoudre ce mystère Pallos, qui traine son ombre mystérieuse et son aura impénétrable sur l’ensemble de la recherche. Ce producteur a joué un rôle dans ce projet mais il reste intouchable, un fantôme dans les archives de l’Histoire. Sa correspondance avec Abel Gance est composée de plus de 200 feuillets, mais elle est la seule trace de cet homme en plus d’une fiche Imdb très peu complète.

Ce fonds toulousain est une source intarissable d’informations concernant les projets inaboutis d’Abel Gance. Si Xavier Sené a choisi de porter sa thèse sur la Divine Tragédie, projet théologique monstre de Gance qu’il développe dans les années 40, le sujet de ce mémoire porte sur deux projets géniaux sur le papier, mais qui ne voient jamais le jour. Ces archives sont les vestiges de ces projets oubliés. Roget Icart évoque ces esquisses mais ne rentre jamais dans le vif du sujet. Xavier Sené avait assez de matériel pour ne traiter que de la Divine Tragédie. Leurs deux travaux sont des bases pour ce sujet de mémoire.

Crédits Image à la une : Centre d’archives de la Cinémathèque de Toulouse, Tous droits réservés, photo de Emmanuel Grimault.


Alessandro Bessy

Etudiant en Master 2 recherche en Histoire contemporaine (2015-2016) avec une spécialisation en histoire du cinéma, Les recherches d'Alessandro Bessy se portent actuellement sur les œuvres inachevées d'Abel Gance de 1937 à 1973 sous la direction de Mme Natacha LAURENT. Cette deuxième année de Master lui permettra d'aborder plus en détails les deux projets de Gance, Giselle et Christophe Colomb, esquisses grandioses d'un auteur en quête d'une nouvelle consécration artistique.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *