Des cotes et des lettres : une journée aux archives

CC Wikimédia Commons, Caroline Léna Becker.

CC Wikimédia Commons, Caroline Léna Becker.

« Et tu fais quoi aux archives, hormis prendre la poussière ? » m’a un jour demandé un ami. L’article qui suit a pour objectif de répondre à cette question. Il est justement temps de dépoussiérer l’image que l’on se fait habituellement des historiens et de leur travail !

La plupart de mes sources se trouve à Toulouse. Pour être plus précis, la grande majorité est conservée aux Archives municipales. J’ai cependant quelques documents complémentaires, aux Archives départementales de Haute-Garonne et aux Archives nationales. Quelles que soient les sources, je me suis toujours servi des inventaires électroniques pour effectuer mes recherches. J’ai pu dans certains cas vérifier via des inventaires papiers, mais cela reste plutôt rare.

Ma source principale – la correspondance de la marquise de Livry à la Présidente Dubourg – est naturellement celle que je consulte le plus régulièrement. Elle sommeille dans les cartons 5S 456 et 5S 457 des Archives municipales. Cet échange, qui s’étale sur près de 30 années (1763-1792), ne compte pas moins de 822 lettres. Je ne suis donc pas en manque de sources, bien au contraire. Mais comme il s’agit d’une correspondance passive, je ne lis que les lettres envoyées par la Marquise. Les lettres de la Présidente n’ont pas été retrouvées. Il est fort possible qu’elles n’existent plus aujourd’hui. La tempête nommée « Révolution française » les aura sûrement emportées avec elle…

Une matinée comme une autre aux archives

Une journée de travail aux archives commence comme toutes les autres journées par… le réveil. N’étant pas vraiment un lève-tôt, cette étape m’est pour le moins difficile. Une fois le défi surmonté, il est temps de se rendre en salle de lecture, où m’attendent patiemment les lettres de la marquise de Livry. Le carton 5S 456 aux Archives municipales de Toulouse est très souvent en réserve. Ainsi, dès mon arrivée, je n’ai qu’à poser mes affaires inutiles au casier, et mon dépouillement de la matinée peut commencer. Mon matériel et mon organisation sont toujours les mêmes.

Tous droits réservés, Hugues Raynaud.

Tous droits réservés, Hugues Raynaud.

Voici une photographie de ma table lors de mes séances de travail aux archives. On trouve de gauche à droite :

  • Les lettres : je travaille sur une liasse à la fois, sachant qu’une liasse équivaut à une année de correspondance.
  • Les outils : le carnet me permet de noter le nombre de lettres dépouillées lors de chaque séance. C’est comme un journal de bord. La règle et la loupe servent à examiner la lettre dans le détail.
  • L’ordinateur : je l’utilise pour effectuer ma saisie sur la base de données. Cela me permet de limiter au maximum les erreurs et de gagner en efficacité.

Grâce à cette organisation et si l’écriture est lisible, je peux dépouiller huit lettres par heure. La question de l’écriture est vraiment la variable la plus difficile à prévoir et à surmonter. Si je tombe sur une série de lettres mal écrites, je peux passer une matinée entière uniquement sur cinq ou six lettres. Dans tous les cas, à 13h la salle de lecture ferme. Et ainsi se termine ma « journée » aux archives.

Les lettres : l’Alpha et l’Oméga de mon sujet ?

Les sources ont re-déterminé mon sujet et mon approche pour mon Master 2. Comme je l’ai expliqué dans mon premier article, j’étudie l’aspect matériel des lettres et comment elles sont une interface de transmission des nouvelles scientifiques entre Paris et Toulouse. L’idée de faire une étude de la matérialité m’est venue en lisant deux historiennes : Sylvie Mouysset qui travaille sur les écrits du for privé, et Mathilde Chollet. Cette dernière a soutenu sa thèse de doctorat sur les journaux de Madame de Marans. Le premier chapitre porte notamment sur la question matérielle des journaux (support, encre, écriture, etc.). Cette lecture fut déterminante dans la construction de mon sujet de mémoire, mais elle ne fut pas la seule…

Crédits image à la une : CC, Caroline Léna Becker.


Hugues Raynaud

Hugues Raynaud est étudiant en master 2, spécialisé en histoire moderne à l’Université Toulouse 2 – Jean Jaurès.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 12 mars 2017

    […] Hugues Raynaud, Des cotes et des Lettres : une journée aux archives […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *