Vous avez dit « archives » ?

Une cote aux Archives départementales de Haute-Garonne, une des plus petites. Steven Dunn, tous droits réservés.

Aller aux Archives, c’est toujours comme une aventure : quand je m’y rends, je peux en revenir avec une coupe vide ou pleine. C’est là que se trouve la quasi-totalité de mes sources et sont par conséquent un passage obligé. Travaillant sur le ravitaillement dans le Tarn durant l’Occupation, les archives constituent l’essentiel de mon corpus de sources. Je vais donc régulièrement aux Archives départementales de Haute-Garonne et aux Archives départementales du Tarn. Je m’intéresse plus particulièrement aux séries W correspondant aux archives contemporaines après 1940. La série M concernant la justice comporte des documents indispensables pour mon mémoire : les affaires de marché noir et la répression de Vichy. 

Aux Archives départementales du Tarn, j’ai essentiellement consulté le fonds 506W se rapportant au cabinet du préfet. Durant la guerre, les préfets sont l’incarnation de l’autorité du gouvernement de Vichy au niveau départemental et relayent de nombreuses informations aux maires et aux responsables du Ravitaillement Général (état des stocks, approvisionnement, marché noir, législation, etc).

Le fait de consulter les fonds des Archives départementales de Haute-Garonne pour mon sujet peut sembler incongru, mais ce n’est pas irréfléchi. En effet, certaines cotes qui y sont disponibles traitent des affaires économiques relatives au Tarn. De plus, le Tarn fait partie de la région économique de Toulouse dans les années 1940 et, à ce titre, des centaines de documents sur l’industrie et l’agriculture tarnaise ont transités par le cabinet de la préfecture régionale pour se retrouver aujourd’hui dans les archives de la Haute-Garonne. Les fonds sont impressionnants : pour mon sujet, je n’ai pas moins de 370 cotes disponibles, contenant parfois plus de 30 documents par liasse. Afin d’organiser de manière optimale la recherche en archive, il faut avoir le bon matériel.

Quel matériel pour la recherche ?

dscn0869

Jamais d’histoire sans un bon PC ! Steven Dunn, tous droits réservés.

A l’ère du numérique, l’ordinateur portable est un élément indissociable de la recherche. En effet, c’est sur ce support que je stocke mes différentes informations : inventaire des sources, contenu des cotes, graphique et tableaux, etc). Il est indispensable de savoir se servir de logiciels tels que Word pour le traitement de texte et Excel pour celui des données. Pour organiser ma quête dans les archives, il me sera également utile cette année d’utiliser les bases de données comme FileMaker (Mr Poublanc vous le confirmera) afin de trier les différents éléments trouvés.

Un autre incontournable est l’appareil photo. Il me permet de photographier mes archives dans le but d’optimiser mon temps au sein de l’établissement. En effet, en commandant plusieurs cotes à la fois, cela permet de prendre des instantanés des documents (illustrations, journaux, documents administratifs) afin de mieux pouvoir les étudier chez soi. Le temps passé aux Archives en est réduit et le temps de la réflexion ne se limite plus à la pénombre d’une salle où je ne pouvais me consacrer que six heures par jour au dépouillement. Toutefois, je m’autorise à donner, à vous lecteur, deux astuces acquises tout au long de mon master 1

Deux astuces majeures pour les jeunes chercheurs

dscn0871

Pack de base de l’historien aux Archives. Steven Dunn, tous droits réservés.

Parfois, l’informatique est défaillant : je suis déjà allé aux archives en oubliant mon câble électrique pour ordinateur et une autre fois, il n’y avait plus de courant dans la salle durant presque une heure. Dans ce cas-là, il faut toujours prévoir un stylo et un bloc-note (ou des feuilles) afin de pouvoir relever les informations importantes d’un document, ce qui permet de le retravailler plus tard ou de retrouver des éléments qui lui sont relatifs.

Je sauvegarde également régulièrement mes données Word et Excel, et pas uniquement sur mon PC. J’utilise toujours une clé USB sur laquelle je conserve le contenu relatif aux archives, sans oublier les photos. Le cauchemar pour tout jeune chercheur est de perdre toutes ses données de recherche. Cela m’est déjà arrivé : la carte mémoire de mon appareil photo – contenant des photos d’illustrations – s’est cassée à trois semaines de rendre mon mémoire et mes annexes n’étaient donc pas riches en images. Voilà ce que m’a appris la recherche dans les archives : toujours faut prévoir le pire pour mieux réussir. Heureusement, cet incident ne représente pas mon quotidien dans la salle de consultation.

Journée typique aux Archives

alauda_arvensis_2

« The early bird catches the worm », a lark, CC Wikimedia Commons, Daniel Pettersson.

« L’oiseau qui se lève tôt attrape le ver » comme disent les Anglais. C’est pour cela que je me lève à sept heures du matin pour me rendre dès neuf heures aux Archives : je peux alors consulter jusqu’à six cotes dans la journée. Je n’arrive qu’à dix heures si je me rends aux Archives départementales d’Albi. Il faut beaucoup de courage ! Je commande toujours trois documents le matin : il m’arrive souvent d’entendre « cette cote est encore soumise à restriction » ou bien « je suis désolé monsieur, nous ne trouvons pas le document que vous nous avez demandé ». Les archives sur la guerre sont parfois encore sensibles ou non ouvertes, ce qui explique ces barrières et le fait que j’ai du mal a remplir cet objectif matinal.

Après la pause déjeuner, j’examine trois nouveaux cartons généralement. Je prends des photos de rapports de préfets, d’extraits de lois du Journal Officiel de Vichy ou bien encore d’articles illustrés : les informations sont aléatoires et il peut m’arriver d’en avoir seulement une vingtaine. A dix-sept heures, les archives ferment, je n’atteins pas toujours le quota journalier et je retourne chez moi pour mettre au propre, analyser et interpréter les données. J’effectue souvent ce travail de fourmis durant les vacances. La recherche en archives est longue et est loin d’être passionnante, surtout lorsque l’on doit faire un aller-retour Toulouse/Albi dans la journée. Néanmoins, elle reste indispensable à l’élaboration de mon mémoire car c’est de là que je tire la matière première nécessaire à l’élaboration de mon mémoire.

Crédits image à la Une : Dans ton Tarn, Archives départementales du Tarn à Albi, François Damez, tous droits réservés.


Steven Dunn

Après avoir validé une licence SHS mention histoire en 2011, Steven DUNN est actuellement étudiant en master 2 histoire, civilisations et patrimoine modernes et contemporaines. Il est spécialisé sur la Seconde guerre mondiale et particulièrement sur les questions de ravitaillement.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *