Un travail de forçat

Grand-place de Louvain-La-Neuve Par user:Katsoura — Travail personnel, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=494871 sur wikipedia https://fr.wikipedia.org/wiki/Louvain-la-Neuve#/media/File:01-louvain-la-neuve-17-01-2002.jpg

Grand-place de Louvain-La-Neuve. Katsoura — Travail personnel, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=494871

Les sources qui permettent d’écrire l’histoire de l’entreprise Plantations du Congo Oriental (Planco) en Ituri de 1926 à 1960 sont riches et variées. Elles sont constituées principalement d’archives privées éclatées dans deux dépôts différents, à Louvain-La-Neuve et à Bruxelles. Il faut faire appel aussi à des documents d’époque, dont la plupart n’est disponible qu’en Belgique. Certaines éditions rares peuvent être consultées dans certaines bibliothèques, comme la BnF à Paris.

Il est donc nécessaire d’organiser la visite des différents dépôts d’archives et des bibliothèques de manière rigoureuse. Cela ne peut se dérouler que durant les périodes de vacances.

Trouver mes archives

Travail d'archives Louvain-La-Neuve

Travail d’archives Louvain-La-Neuve. Tous droits réservés Stéphanie Delmotte

Les sources de mon travail sur l’entreprise Planco sont les archives de la société déposées au service d’Archives de l’Université catholique de Louvain (UCL) par Léopold Génicot, professeur d’histoire médiévale et dernier administrateur de la société, en 1965. Elles sont constituées de 109 « liasses » réunies dans des boîtes et font environ 10 mètres linéaires, avec la cote BE UCL ARCV FE 12. Ce service est à Louvain-La-Neuve en Belgique. J’y ai constaté des lacunes : les bilans et rapports annuels, de 1952 à 1960, sont manquants.

Il était donc nécessaire de compléter la documentation. J’ai effectué des recherches pour obtenir les publications officielles auxquelles la société était astreinte, en tant que société anonyme à responsabilité limitée. J’ai trouvé le Bulletin Officiel du Congo Belge jusqu’en 1945, puis le Moniteur Belge à partir de 1946. Ils sont consultables dans plusieurs lieux à Bruxelles : des centres d’archives et la Bibliothèque Royale de Belgique. J’ai pris contact par courriel avec les Archives africaines du Service fédéral des Affaires étrangères à Bruxelles. J’ai obtenu ainsi des renseignements supplémentaires : une partie des documents, manquant à Louvain-La-Neuve, avaient été archivés (Boîte IS 42 Liasse 138) par le Ministère des Colonies, devenu ensuite le Centre des archives Africaines. Celui-ci propose, d’une part des archives et, d’autre part, une bibliothèque avec des publications officielles et des ouvrages datant de l’époque du Congo belge (1908-1960).

archives-lln-materiel

Tous droits réservés Stéphanie Delmotte

S’équiper

Pour travailler à Louvain-La-Neuve, j’ai acquis un scanner, une barre à scanner et j’utilise aussi mon appareil photo. Pour la correspondance très abondante du fondateur de la société, le scanner me permet d’enregistrer plusieurs feuillets d’une lettre, par exemple, dans un seul fichier. J’ai fait ce choix pour archiver des documents de qualité qui sont utiles, à la lecture d’abord et, ensuite, pour la rédaction et l’illustration du mémoire. Même si cela prend un peu plus de temps, j’ai ensuite des fichiers propres (des centaines de documents) qui sont plus faciles à archiver dans des dossiers et à consulter.

Par ailleurs, ma sœur travaille avec moi et scanne aussi le plus possible de documents, chaque jour que nous y passons. Nous sommes maintenant très performantes, ayant acquis l’expérience de deux ans de numérisation. Nous échangeons aussi beaucoup sur les contenus que nous découvrons. Aux Archives africaines, je peux photographier les documents qui sont dans la bibliothèque. Mais, pour ce qui est des archives, je dois commander et ensuite payer les photocopies que je souhaite emporter.

Documents rares Bibliothèque Nationale de France

Documents rares Bibliothèque Nationale de France. Tous droits réservés Stéphanie Delmotte

S’organiser

Je prépare mes journées de travail différemment selon que je vais à Louvain-La-Neuve, où je peux scanner la totalité des documents ou aux Archives africaines, où je peux prendre des photos uniquement de ce qui se trouve dans la bibliothèque. Mais quel que soit le centre d’archives, je les préviens par courriel des dates auxquelles j’ai l’intention de m’y rendre.

Pour travailler à l’UCL, je fais le point sur les liasses qui ont déjà été scannées, en utilisant la liste des fichiers de scans que j’ai dressée, la date de scan et le contenu. Ensuite je consulte le fichier inventaire établi par l’UCL pour définir les liasses suivantes à scanner en priorité. Je peux obtenir les boîtes qui contiennent les liasses dont j’ai besoin lors de mon arrivée aux archives, dont le personnel est très efficace et – ce qui ne gâche rien – très amical.

Aux Archives africaines, j’écris à chacun des responsables (archives, bibliothèque) pour formuler des demandes précises, de manière à ce qu’ils puissent préparer les documents pour le déplacement prévu. Arrivée aux archives, j’ai des conversations très instructives avec les personnels qui ont une connaissance étendue sur les sujets qui y sont traités.

Dans les différents centres d’archives, je dois m’identifier comme chercheur ou justifier des raisons de mon travail et remplir un document avec mon nom, la date et les raisons de la consultation de ces archives.

Croquis de Fernand Delmotte dans une lettre

Croquis de Fernand Delmotte dans une lettre. Tous droits réservés Stéphanie Delmotte

Des archives de rêve

Lorsque j’ai commencé ce travail, je pensais enregistrer les témoignages des personnes encore vivantes ayant connu la Planco. Puis j’ai effectué des recherches, après avoir entendu parler de l’existence hypothétique des archives de la société. J’ai ainsi trouvé le riche dépôt à l’UCL. D’après trois chercheurs en histoire coloniale et en histoire des entreprises, ces archives ont un caractère unique. En effet, après les événements dramatiques qui ont suivi l’indépendance du Congo dans les années 1960, il existe très peu d’archives sur cette période et encore moins sur les plantations qui, souvent, étaient de petite taille. Elles ont, presque toutes, été abandonnées précipitamment.

La découverte de ces archives et puis, de proche en proche, de nouveaux documents dans des centres différents provoque chez moi émerveillement, enthousiasme, gratitude. Je peux dorénavant entrer dans l’histoire de ma famille et la restituer, car la Planco est l’entreprise de mon grand-père.

Exploiter ces matériaux

Dans l’ensemble des archives de l’entreprise, c’est la correspondance du fondateur et les documents de fonctionnement de la société qui doivent être privilégiés. C’est ce qui apparaît en étudiant les auteurs qui font l’histoire des entreprises : Sylvie Lefranc avec son article sur l’état de l’histoire d’entreprise, Patrick Verley qui montre quels aspects caractérisent une société et Alfred D. Chandler qui étudie « la main visible des managers ».

Sylvie Vabre a noté l’intérêt d’étudier la production de café, fondement de l’entreprise et produit important en Afrique de l’Est. Des publications importantes sur la culture du café sont conservées aux Archives africaines. On y trouve, par exemple, les publications de l’Institut national pour l’étude agronomique du Congo (INEAC). Cet organisme, dont la qualité était mondialement connue, créait des stations d’expérimentation. Une de ces stations, à Nioka, était toute proche de la Planco et son directeur était un ami personnel du fondateur de la société. Du côté des archives, des recherches doivent encore être menées pour utiliser les données disponibles sur la production de café durant l’époque étudiée.

Crouler sous la documentation

Avec le sujet de la Planco, je m’emploie à maîtriser une somme énorme de sources qui sont nécessaires, pour traiter l’histoire de l’entreprise et son contexte dans une époque très riche en événements et complexe.

Crédits image à la Une : Mines d’or Kilo Moto. Nizi Recherche du minerai. Archives familiales. Tous droits réservés Stéphanie Delmotte.


delmotte

Doctorat en sciences de l'information et de la communication 2007 Expert en métadonnées Édition numérique en sciences humaines et sociales Histoire moderne et contemporaine née au Congo Belge

Vous aimerez aussi...

1 réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *