La routine de l’historien

La vision des brigands politiques par les autorités, archives dép. de la Haute-Garonne, 1 L 372 98

La vision des brigands politiques par les autorités, archives dép. de la Haute-Garonne, 1 L 372 98

Mes journées de recherche ont énormément évolué entre le début de l’année de M1 et celle de M2, aussi bien sur la répartition de mon travail que sur les sujets de recherche. Ce changement répond, en partie, à l’évolution de mon sujet qui m’a permis de me questionner sur de nouveaux aspects, entraînant alors de vives modifications de l’organisation de mes journées passées aux archives.

C’est durant les premiers mois de l’année de M1 que j’ai passé le plus de temps aux archives. Le sujet de mon mémoire étant plus ou moins établi, je me devais de faire l’inventaire des sources disponibles sur celui-ci. Durant cette période, j’ai donc recherché les sources en rapport avec mon sujet et je les ai, dans un premier temps, photographiées pour ensuite les classer sur mon PC une fois le week-end venu. J’avais affaire à des documents judiciaires, parfois tapés à la machine mais le plus souvent écrits à la main. Décrets, lois, simples lettres … les documents étaient nombreux et variés, mais toujours relativement simples à lire. Pour l’instant, le travail était redondant mais nécessaire. C’est une fois l’ensemble des documents photographiés et triés que ma façon de travailler aux archives s’est transformée.

L’évolution du travail

Certaines habitudes sont tout de même restées : prévoir au moins le jeudi pour aller aux archives et réserver des documents le plus rapidement possible, histoire d’avoir toujours du travail et maximiser mon temps de recherche. Creusant un peu plus les aspects qui méritaient d’être étudiés, j’ai relevé certains critères importants qui n’apparaissaient pas forcément dans mes sources. J’ai donc dressé une liste de points à approfondir. Par exemple, j’ai étudié les crimes commis durant un certains moment de la journée et j’ai pu me rendre compte que ceux-ci pouvait être réservés à certains créneaux horaires : les attaques de maisons se font la nuit pour surprendre dans leur sommeil les occupants, tandis que les attaques de convois se font la journée.

Les archives : apports et limites

Globalement, mes documents se recoupent : je n’ai pas vraiment de difficulté à trouver des informations sur un sujet précis. Cependant, certains documents font preuve de très peu d’informations qui peuvent, en plus, être approximatives : j’ai eu à m’intéresser à des affaires où un maire déplorait l’état de son canton submergé par les royalistes, mais à aucun moment il n’est plus précis sur le nombre de ceux-ci. Il ne nous renseigne pas non plus sur la date d’arrivée de ces individus.

Le document qui pourrait s’avérer parfait pour mon sujet d’étude devraient s’articuler ainsi : d’abord la présentation des correspondants (maires, députés, administrateurs…), la date du document et du délit, la présentation précise des auteurs des faits (nombre, nom, prénom, âge, fonction dans la vie civile et s’ils ont une famille), la description des faits (avec également des apports sur le moment de journée et la présence d’arme), les motivations qui les ont poussés à faire cette action, une note supplémentaire concernant le ressenti de cette affaire sur les forces de l’ordre (peur, négligence…) et bien sur, les mesures prises pour enrayer la menace. Un document présenté comme tel me permettrait alors d’étudier quasiment tout les points qui m’intéressent.

Un nouveau regard sur les sources grâces aux lectures

Les lectures sont d’une aide précieuse dans le traitement des archives. J’ai pu, en lisant notamment les travaux de Valérie Sottocasa ou de Nicole Castan, aborder mon sujet et donc mes sources d’un autre point de vue. Par exemple, je me focalisais au début de mes recherches, uniquement sur les brigands. Mes apports bibliographique m’ont fait réaliser que s’intéresser davantage à la justice et à ses acteurs pouvait enrichir mes connaissances sur le phénomène du brigandage. J’ai donc pu formuler, alors que je n’y avait pas forcément pensé auparavant, de nouveaux questionnements : quelle est l’image des brigands qui se reflètent chez les autorités ou encore, comment ses dernières s’organisent-elles pour enrayer la criminalité ?

Image à la Une : Archives départementales de la Haute-Garonne, tous droits réservés http://mathieuarnal.blogspot.fr


Cédric Mazel

Je m'appelle Cédric Mazel. Une fois ma licence d'histoire obtenue, je voulais continuer dans cette voie et plus particulièrement sur l'époque moderne (mais aussi contemporaine). C'est pour cette raison que j'ai décidé de m'inscrire dans le master histoire et civilisation moderne et contemporaine à l'université Jean Jaurès de Toulouse. Ayant toujours été curieux par tout ce qui touche la criminalité et la justice, les travaux de Mme.Sottocasa sur le brigandage m'ont permis de m'orienter sur un sujet similaire. J'ai donc décidé de travailler sur le brigandage dans le midi Toulousain durant la Révolution, période marquée par des changements sociaux importants.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *