Quand passion et travail se lient : tisane, plaid et compagnie

Quand les tours de construisent peu à peu. Tous droits réservés. JJ

Quand les tours de construisent peu à peu. Tous droits réservés. Julia James

Julien Gracq, Un balcon en forêt, c’est un livre qui par hasard a lancé l’idée de mon mémoire. Redonner une place à la nature, rentrer dans une histoire plus intime, moins évènementielle. J’ai commencé à constituer ma bibliographie dès l’été précédent mon Master 1, les vide-greniers, les bibliothèques de famille ont été mes premiers apports bibliographiques. Je me laissais guider par les titres, par les récits. Puis peu à peu les lectures sont devenues plus spécifiques … 

Comme précisé mes premiers livres étaient basés sur une recherche par curiosité, par envie. Un titre me plaisait, je le lisais. Cette phase de lecture a permis de cibler ce que j’aimais, ce que je souhaitais étudier. Pour exemple, les livres que je trouvais en vide-greniers se nomment Gens des cimes, Grenoble et ses montagnes. Ils sont écrits au début du 20ème siècle. La lecture étant fondamentale selon moi, mon but était d’approcher mon sujet avec une connaissance des environs et du milieu. Une fois imprégnée de mon sujet, des montagnes que je voulais étudier je me suis dirigée vers des lectures plus spécifiques et plus pointues…

Gravir outillée tout en laissant place au hasard…

Lorsque vous gravissez une montagne, vous vous préparez physiquement, psychologiquement, matériellement ; mais jamais vous ne pouvez deviner ce que vous croiserez sur le chemin. Celui qui essaye d’imaginer ce qu’il va voir ne sera jamais aussi satisfait que celui qui n’anticipe pas ses regards et ses émotions. La recherche bibliographique est calquée sur le même modèle, il revient au chercheur de s’outiller avec des livres dits « de base », de méthode pure tout en laissant une part à l’errance dans les rayons de la bibliothèque.

En effet, laisser une part de liberté dans les critères de recherche permet de s’ouvrir à d’autres domaines, à d’autres genre littéraires aussi. C’est cette diversité bibliographique qui a dessiné naturellement mon historiographie. Une grande partie de mon travail a été, et est toujours, d’intégrer des méthodes d’analyse du milieu montagnard et des sensibilités. Suite à des interrogations diverses j’ai décidé d’étudier plus spécifiquement les paysages montagnards qui sont la concrétisation des valeurs prônées sur un territoire, des envies de la part des acteurs.

Les outils de recherche tels que Archipel , Archipel +, Surgir (pour la faculté de Grenoble) m’ont permis de trouver de nombreux livres méthodologiques rapidement et dans des domaines variés (gestion environnementale, anthropologie des paysages etc). Pour les livres portant sur la montagne en elle-même, le raisonnement a été différent, plus personnel. Déjà éprise de la montagne, et surtout bercée par sa littérature, je me suis dirigée vers des livres « classiques » tels que L’invention du Mont-Blanc de Philippe Joutard, L’Oeil émerveillé de Samivel, Frison Roche. Puis le travail a été celui d’une construction.

Les auteurs constituent pour la plupart des bibliographies à la fin de leurs ouvrages et de fil en aiguille, je me suis laissée porter par les références. Je les note dans un carnet à n’importe quel moment, puis je les recherche sur des sites tels que Archipel, Archipel +. Lorsque ceux-ci font partie d’une autre bibliothèque en France, je les fais venir grâce au prêt entre bibliothèques (PEB). Enfin pour les livres concernant le parc en lui-même, les sites de recherche sont variés, je consulte les publications du parc national des Écrins lui même grâce à leur site internet ; mais je me sers aussi de réseaux tels que celui de la BNF ou Surgir. En effet, le réseau Archipel n’offre pas une bibliographie concernant le parc étant donné sa localisation.

Livres trouvés dans la bibliothèque des sciences de l'université de Grenoble.

Livres trouvés dans la bibliothèque des sciences de l’université de Grenoble lors d’une visite par curiosité. Tous droits réservés, Julia James.

Si il y a bien un point à préciser c’est que ma recherche bibliographique est faite par passion des livres, lire beaucoup ne me dérange pas, mon seul objectif étant de me laisser porter entre les différents ouvrages. Peu à peu (rappelons la chère métaphore de l’entonnoir !), les lectures deviennent naturellement de plus en plus spécifiques. Il y a aussi une grande part de hasard dans mon travail, beaucoup d’ouvrages ont été trouvés en flânant dans les librairies, dans les bibliothèques (universitaires ou non). Si j’avais alors un mot à dire se serait de s’intéresser à tout et de ne pas se laisser avoir par les critères de recherche ; de ne pas avoir peur des vingt pages proposées sur Archipel lorsque l’on tape le mot « parc » dans la barre de recherche ; de ne pas entrer une grande quantité de critères de recherche lorsque l’on souhaite constituer sa bibliographie.

Et Internet dans tout cela ?

Exemple d'utilisation de Persée, se renseigner rapidement. Tous droits réservés. JJ

Exemple d’utilisation de Persée, se renseigner rapidement. Tous droits réservés. JJ

Comme spécifié plus haut Internet est un outil de recherche utilisé à des fins précises. Les sites tels que Persée, Cairn m’ont permis de « voyager » au sein des écrits. Il y a par le biais de cet outil une occasion de passer de point de vue en point de vue, de comparer les idées. Il est aisé d’ouvrir deux fenêtres sur son ordinateur et de comparer deux écrits portant sur notre sujet. Les articles offerts par ces sites ont été utilisés majoritairement dans l’historiographie, lorsqu’il s’agissait d’argumenter, de comparer, d’analyser des époques. De plus, le format proposé par ces sites, celui de l’article, permet de saisir un auteur, une méthode, rapidement et efficacement.

16 Octobre 2016 : 156 livres. Et ?

À l’heure actuelle, lorsque j’écris cet article, ma bibliographie compte 156 livres et articles. Tous ont été lus ou partiellement lus selon les parties intéressantes. Mais cela a-t-il vraiment été nécessaire ? La méthode a-t’elle été efficace ? Lire beaucoup, lire par hasard, lire par gavage diront certains m’a permis de me perdre et de mieux me retrouver.

Lire sans cadre m’a permis d’approcher mon sujet par de multiples entrées. Lire rassure aussi. C’est aussi beaucoup de temps consacré à la lecture, au fait de rester assise, couchée, debout dans des lieux variés à lire un crayon à papier dans la main (je rappelle que notre mission dans ces billets est de faire perdurer le mythe de l’historien dans sa tour avec son châle et son chat, cf article « La quête du Graal« ). Mais ma venue en Master recherche est aussi pour cela, pouvoir vivre ma passion au quotidien : la lecture. Les livres ont donc ici deux missions : m’informer tout en étant variés, d’où une grande liberté dans la recherche bibliographique. Si je devais citer une frustration, ce serait celle de ne jamais avoir pu accéder à un des livres les plus rares sur la montagne : Grand-Cartheret John, La montagne à travers les âges, Grenoble, Librairie savoyarde, 1903.

Ma recherche bibliographique se fait donc au quotidien. Tout comme pour les archives, ce sont les livres qui m’ont menée à mon sujet et qui l’ont précisé peu à peu.

Crédit image à la une : tous droits réservés. Julia James.

 


Julia James

Après un passage éclair d’un an en classe préparatoire hypokhâgne, j’intègre la licence d’histoire à l’université Jean Jaurès en deuxième année. Durant mon cursus un manque se manifeste, celui de la nature, de l’environnement. Les grands évènements marquent mais quand est-il du cadre général ? Je décide alors de partir en master recherche pour essayer de revenir au rapport homme-nature.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *