À la recherche d’une histoire des politiques d’accueil

Un bordel organisé. Photo Raphaëlle Talbot.

Un bordel organisé. Tous droits réservés Raphaëlle Talbot

Tous les historiens passent par les archives et la recherche dans un dépôt. L’apprentie chercheuse que je suis essaie donc d’en prendre les meilleures habitudes. Retour sur un de ces quotidiens.

Un bon petit-déjeuner et un sac bien pensé, la journée de travail aux archives peut commencer. Mes ustensiles incontournables sont les suivants : mon dossier « fourre-tout » du mémoire, des feuilles vierges, un crayon à papier aiguisé, ma carte de lectrice, mon ordinateur et son chargeur, mon portable et son chargeur.  Le point de départ de mes recherches se traduit toujours par une journée qualifiée « d’inventaire ». Dans chaque dépôt, je cherche minutieusement dans les inventaires des fonds tout ce qui serait susceptibles de m’intéresser. La liste obtenue permet de constituer le futur planning.

Organisation rime avec anticipation

Planning des archives. Photo Raphaëlle Talbot.

Exemple d’un planning des archives. Tous droits réservés Raphaëlle Talbot

Une journée de travail est aussi organisée si je sais quels documents je vais consulter en arrivant. Cela est possible grâce à mon planning. À la fin de chaque visite aux archives, je réserve sur la plateforme de l’établissement une archive pour ma visite prochaine. Le gain de temps me permet d’aller plus vite à mon arrivée, lorsque j’attends la levée des documents. Pour chaque jour correspond une liste de sources à exploiter. Les numéros de cotes surlignés signifient qu’elles ont été utilisées. Les numéros de cotes entourés sont les « anticipées », c’est à dire sur lesquelles je travaillerai la prochaine fois.

Puisque mes archives sont publiques, je n’ai pas besoin de prendre rendez-vous. Les dépôts où je me suis rendue sont les Archives Départementales du Gers, de la Haute-Garonne et du Tarn-et-Garonne. Les inventaires utilisés se trouvent dans la série « M » de l’administration générale de la Préfecture, « J » des communes, « W » pour la période post 1940, « 4M » de la police. Pour le niveau national, j’ai consulté le site internet de Légifrance pour me rapporter aux lois au sujet de l’immigration en France entre les années 1920 et 1950.

Un parcours semé d’embuches ?

Dans le cas de mon mémoire sur l’histoire des politiques d’accueil des immigrés italiens, les archives publiques m’ont jusqu’à présent permises d’accéder à toutes les sources souhaitées. Les freins ont été le manque de matière pour certaines communes et l’indisponibilité de quelques sources. Souvent, j’ai pu régler le problème d’indisponibilité. En effet, il s’agissait soit d’archives trop abîmées pour être consultables en mains propres, soit d’un retard dans le traitement de l’archivage. Cependant, le manque d’archives au niveau des communes a souvent été traduit comme un échec.

En n’ayant pas la possibilité d’accéder au niveau le plus local de mon analyse, j’ai eu le sentiment d’échapper à la réalité des choses. En élargissant le champ de mes recherches, d’un à trois départements, j’ai pu confronter mes sources et établir des parallèles entre des communes de départements différents. Cela m’était impossible l’an passé, puisqu’une seule commune (Dému) avait déposé ses archives au sujet des immigrés.

S’inspirer pour mieux se guider

1939-carte-adherent-fascio-2

Carte adhérent Fascio, Archives Départementales de la Haute-Garonne. Tous droits réservés Raphaëlle Talbot

Pierre Milza, spécialiste de l’immigration en France, s’appuie dans L’immigration en France au XXème siècle sur des rapports de préfet pour comprendre la vision de la population française à l’égard des immigrés italiens. Je me suis inspirée de ces travaux quant à la recherche de sources d’institutions politiques ou judiciaires. Je me suis toutefois un peu détachée de sa méthode, préférant mettre en avant le « local » en lieu et place du « national ». La part principale de mes sources concerne des archives départementales ou communales, presque jamais nationales.

Dans son livre Immigrés d’Italie et paysans de France (1920-1944), Laure Teulières se concentre particulièrement sur la part économique des immigrés italiens dans les populations du Sud-Ouest. J’ai donc pris le même dépôt, à savoir les archives départementales puisque mon espace géographique est sensiblement le même. Dans un soucis de définir les politiques d’accueil, je me suis concentrée sur les séries M et 4M.

Enfin, je me suis inspirée de Monique Rouch pour comprendre la vague d’immigration italienne dans son ensemble. Son travail se base sur les recensements de la population durant l’entre-deux-guerres. Son livre de témoignages, « Comprar un pra », consiste à prendre comme source la parole orale. Cette méthode ne s’est pas révélée nécessaire pour ma vision institutionnalisée des politiques d’accueil. Cependant, l’élargissement actuel de mon sujet de la Sciences Politiques à l’Histoire m’amène à penser que je pourrais utiliser le témoignage d’anciens immigrés italiens comme source complémentaire pour enrichir mon travail.

Crédits image à la Une : tout droits réservés à www.archives32.fr


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *