Feuille volante après feuille volante : le (joyeux) casse-tête de l’archive judiciaire

Nécessaire du chercheur en herbe aux archives, tous droits réservés, CF, 2016

Nécessaire du chercheur en herbe aux archives, tous droits réservés, tous droits réservés Cyrielle Forses , 2016

La journée aux archives est devenue au fil du temps un rituel bien rodé : réveil à 7 h dans le froid cantalien, arrivée en silence aux Archives départementales, habituelles salutations au personnel puis plongée, pendant près de 7h30, dans le passé à la rencontre de ces femmes et hommes qui ont résisté. 

Pour étudier le phénomène anti-révolutionnaire langagier et gestuel dans le Cantal, j’ai très vite opté, au sein de l’inventaire de la série L, pour les sources dites « répressives » car elles ont le mérite de rendre compte des troubles à l’ordre public à une époque donnée. Par ailleurs, plusieurs historiens ont mis en exergue le caractère extrêmement attrayant de l’archive judiciaire. Arlette Farge la dépeint comme une « trace brute de vies », Robert Muchembled la présente comme étant la plus susceptible de faire entendre « la voix des oubliés de l’histoire », alors que Jean Nicolas dit des procédures judiciaires qu’elles sont « les mal aimées du monde archivistique ».

Ces belles et paradoxales formules d’historiens ont fortement orienté la perception de mon sujet, mais aussi les réponses que je recherche dans les dossiers judiciaires : les interrogatoires, notamment, sont révélateurs des discours et des personnalités des acteurs ; ils sont de fait déterminants pour saisir la portée des paroles et des actes. Atypique, mystérieuse, évanescente, tantôt loquace tantôt mutique, la source judiciaire m’a irrémédiablement attirée et conquise.

Rigueur et obstination ou les outils indispensables de l’historien(ne)

Les séjours dans le Cantal me sont limités et donc très précieux : Aurillac est à 250 kilomètres de la Ville Rose, ce qui m’oblige à une certaine organisation. L’excursion dans ce XVIIIème siècle finissant, aussi bien poussiéreux que fascinant, débute dès la veille de la visite aux archives. En effet, je repère trois ou quatre affaires dans l’onglet « Archives judiciaires » du supplément de l’inventaire de la série L, qui m’a été très gentiment imprimé par les archivistes lors de ma seconde venue, puis je réserve les cotes des documents sur le site Internet du dépôt. Ainsi, à mon arrivée à 8h15, les dossiers attendent solennellement d’être dépouillés.

Il s’agit également de préparer son petit nécessaire de chercheur en herbe. Tout d’abord, je réalise un tableau, sous format papier, dans lequel je pourrai ranger minutieusement toutes les données collectées dans ces écrits tout aussi jaunis que précieux : la cote, le nom de l’affaire, la typologie, la typologie secondaire, l’année, le mois, le jour, le moment de la journée, le lieu, le district, la commune, les accusés, leur sexe, leur âge, leur profession, leur niveau d’instruction, leur nombre, les émetteurs ainsi qu’une case « notes ». De même, j’emmène ma carte de lectrice, mon carnet de bord, un crayon à papier, une gomme ainsi qu’un taille-crayon et… des mouchoirs, car de la lecture de documents peu consultés peuvent donner lieu à des éternuements et même à quelques larmes. Mon téléphone m’accompagne toujours si quelques prises de photos s’avèrent nécessaires. J’ai renoncé assez vite en cours d’année dernière à travailler avec mon ordinateur et un appareil photo, me sentant plus à l’aise avec l’apanage finalement très traditionnel de l’historien qu’est le papier.

En une journée, je ne peux dépouiller que trois à quatre affaires, car malgré l’intérêt que revêtent les archives judiciaires, quelques mois ont été nécessaires pour réellement comprendre le fonctionnement de la justice révolutionnaire, une des institutions qui subit les changements les plus radicaux sous la décennie. La lecture est donc longue et fastidieuse. Procès-verbaux, mandats d’arrêt, interrogatoires et sentences, c’est toute une procédure à assimiler, sans compter les nombreuses pièces manquantes qui perturbent la compréhension. Malgré une monotonie apparente, les procédures révèlent de jolies surprises, notamment à travers les interrogatoires mais aussi des documents assez inattendus. J’ai eu la chance l’année passée de découvrir un poème et une chanson dont le feuillé est représenté ci-contre.

Chanson royaliste, ADC, tous droits réservés, CF, 2016

Chanson royaliste, ADC, tous droits réservés, CF, 2016

Nouvelles sources et vieux papiers

Pour cette année, je vais continuer à me balader sur les sentiers battus de la source répressive, car bien que j’aie dépouillé les affaires de la série L, je dois encore étudier celles de la série U dont les cotes n’ont pas reçu de classement définitif dans leur période respective. Pour ce qui est de la nouvelle orientation de mon sujet – essayer de comprendre pourquoi mon département natal a finalement absorbé le phénomène révolutionnaire – de nouvelles sources sont nécessaires. En effet, je vais très certainement me diriger vers les discours et correspondances des autorités locales qui s’expriment sur la situation du département. C’est finalement assez amusant de se rendre désormais aux archives en se disant qu’il ne faut « rien » trouver…

 

Crédits Image à la une : tous droits réservés, Archives départementales de la Drôme.


Cyrielle Forses

Cyrielle Forses, étudiante en Master 2 Histoire moderne sous la direction de Valérie Sottocasa. L'objet de mon étude porte sur les résistances à la Révolution dans le Cantal à travers les prismes langagier et gestuel avec comme bornes chronologiques 1791-1799

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *