Les archives, connais pas !

CC Pixabay Tumisu

CC Pixabay Tumisu

La particularité de mon mémoire se retrouve principalement dans la manière de faire de l’histoire : pour moi il n’est pas question d’aller au archives. Non, mes archives sont vivantes, elles se trouvent aux quatre coins de Toulouse, je fais de l’histoire orale. 

Le travail pour rencontrer mes sources se prépare bien en amont. Premièrement, il faut construire une grille d’entretien pertinente, cela prend plusieurs semaines et il faut que les questions soient liées, qu’elles restent large sans être trop vagues, pour que la personne ne s’éloigne pas trop du questionnement initial.

Elles sont basées sur la conduite d’entretiens de type semi-directif, c’est-à-dire d’une entrevue intermédiaire, entre l’entretien directif où les questions sont figées et où les réponses sont courtes, et l’entretien libre qui se déroule sur le mode d’une conversation naturelle. Cette sorte d’interview permet plus de liberté, tant pour l’interviewer que pour l’interviewé. La grille ne doit pas être figée, bien au contraire, elle doit être malléable pour s’adapter de manière instantané au discours recueilli, à la personne et à sa manière de réagir à mes interrogations.

Des sources bien vivantes

Ce n’est pas une mince affaire de trouver ses sources orales, parfois ça peut prendre plusieurs mois, il faut arriver à se faire connaitre du milieu sur lequel on travaille, le bouche à oreille est important. Lorsqu’une personne est repérée, il faut arriver à la joindre, soit mail, soit par téléphone, les deux sont pratiques, chacun ayant des qualités et des défauts. Les associations peuvent également aider à la prise de contact, même si, au vu de mon expérience, le plus simple pour rencontrer des personnes consiste à solliciter son réseau ou encore faire des rencontres opportunes lors de soirées. Après avoir explicité l’objet de la recherche au sujet et qu’il ait accepté de participer, il ne manque plus qu’à trouver une date et un lieu de rendez-vous qui convienne à chacun. La dernière étape consiste à vérifier l’état de marche de son matériel et de préparer sa grille d’entretien.

CC, olympus-vn-711pc-enregistreur-numerique

Une fois son sac prêt, il faut toujours prévoir de l’avance. Souvent, les personnes me reçoivent chez elle. Il est donc important d’être ponctuel, présentable sans être guindé et éviter d’arriver les mains vides. Les premières minutes sont primordiales car c’est là que s’installe la relation avec mon interlocuteur, il s’agit aussi de l’installation du matériel pour enregistrer l’entretien. Dans mon cas, j’utilise deux magnétophones et un iPhone. Mes premières questions visent à rassurer et être le plus large possible, pour que je puisse préciser certains points par la suite (et pour que la personne ne prenne pas peur).

Du rêve à la réalité, il y a bien plus qu’un pas.

Mes archives rêvée sont des archives se composant de personnes qui ont une diversité d’histoires, de parcours, de façons d’être, d’âges, de situations familiales, et cela dans le but d’obtenir un panel d’individus équilibré. Lors des entretiens, il faut tenir compte du genre de la personne, de la place qu’elle occupe ou non au sein de la communauté, tout comme de la classe sociale à laquelle elle appartient et de son niveau d’études.

Les origines de la personne ont une importance à prendre en compte. Qu’elle soit séfarade, ashkénaze ou issue d’un couple mixte influe de manière évidente sur la manière d’aborder sa judéité. Les questions d’âge et de génération sont également essentielles pour mieux analyser l’entretien. Cet ensemble de points se retrouve dans l’ouvrage d’André Guitter qui souligne également l’importance de la formulation des questions, ces dernières doivent être le plus neutre possible.  L’auteur met en évidence le rôle des silences qui ne doivent pas être perçus comme un problème, car ils permettent à l’interviewé de réfléchir et de bien comprendre la question, parfois de revenir sur un point auquel il accorde plus d’importance. Prendre son temps est primordial.

Finalement, dans mon corpus de sources rêvées, celles-ci étaient surtout plus nombreuses. Cependant, elles sont encore plus diverses qu’espéré et je suis donc assez satisfait. Pour terminer, il me faut donc m’adapter au manque d’archives et en faire un atout pour s’orienter vers une analyse beaucoup plus qualitative. Par exemple, j’ai fait le choix de construire mon mémoire sur le principe de biographie en m’inspirant du travail de Michael Pollak, et surtout en faisant un atout de la subjectivité de chaque individu.

Crédits image à la Une : CC Pixabay Uroburos

 


Tristan VALERY

Après avoir validé une licence bi-disciplinaire Histoire-Histoire de l’Art à l’université Toulouse II, j’ai décidé de poursuivre ma formation au sein du master recherche Histoire et Civilisations modernes et contemporaines, sous la direction de Mme Teulières.
Actuellement mon travail porte sur des questions d’identités, de mémoire et de transmission concernant les Juifs toulousains.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *