La quête du Graal

Les archives c'est aussi une technique de pilotage à acquérir. Tous droits réservés, Julia James.

Les archives c’est aussi une technique de pilotage à acquérir. Tous droits réservés, Julia James.

Tu vas au fond d’une cave ? T’as mis ton châle et pris ta tisane ? Et le matou ? (oui, même Gaston Lagaffe possède un chat). Quand on prononce le mot archive, on ne peut éviter ces remarques portant sur un mythe connu de tous : historiens, archivistes ne voient que très peu la lumière du jour et leurs meilleurs amis sont les livres et les araignées. Fort bien mais je vous promets, lecteurs et lectrices, que la bougie a déserté les archives, que Windows 98 a quitté depuis bien longtemps notre monde et que les archives ne sont pas (oh non !), des lieux où nous parlons comme au 14ème siècle. 

Il y a tout de même un petit manuel d’utilisateur des archives à connaître. Tout d’abord se munir d’une feuille et d’un crayon à papier (gare aux stylos qui tâchent) est indispensable ; un appareil photo est aussi « obligatoire ». La tablette (élue l’investissement le mieux rentabilisé de mon année) permet de prendre de bonnes photos et de les zoomer ensuite, ce qui m’évite l’utilisation d’une loupe. Mais personnellement, je rajouterais quelques éléments non négligeables à cette liste. Tout d’abord se munir de mouchoirs, il y a dans certains documents d’archives une sorte de pellicule qui pique les yeux et salit les doigts (vous pouvez aussi vous munir de mouchoirs en cas d’une émotion trop forte suite à une découverte historique).

Petit matériel à l'usage du jeune chercheur. Tous droits réservés. JJ

Petit matériel à l’usage du jeune chercheur. Tous droits réservés Julia James

Prendre un sac commode, en effet, le silence régnant dans les lieux d’archives fait vite comprendre que farfouiller pendant des heures n’est pas la meilleure action à mener. Prévoir un vêtement chaud, pour des soucis de conservation les lieux d’archives surprennent par leur tiédeur (oui, oui, la légende du châle se maintient et nous l’aiderons à perdurer). Enfin, une chose essentielle lors des visites aux archives est l’organisation, une organisation qui nous est propre certes, mais qu’il faut établir au plus tôt afin de ne pas se perdre.

Le périple au sein du papier…

ToulouseGap : 539,2 km. Toulouse-La Grave La Meije : 656,2 km. Mes archives papiers se situent loin de mon domicile étudiant. Aller aux archives est donc synonyme d’organisation et de préparation. Pour trouver mes sources, je suis partie de mon sujet initial : le parc national des Écrins et du village que je voulais étudier La Grave La Meije. Puis au cours de mes recherches, mon sujet s’est étoffé pour devenir : La mise en place de mesures environnementales et leur réception par la population. Ce sont les documents trouvés, les informations glanées, qui ont guidé mon sujet dans cette direction, vers l’histoire de deux cultures qui s’affrontent, se côtoient, s’allient.

Ma première année de Master a reposé essentiellement sur des sources manuscrites (papier). Certains des documents nécessaires à ma recherche sont situés au domaine de Charance à Gap, au siège du parc national des Écrins et une prise de rendez-vous est nécessaire pour les consulter. Ce fonds d’archives est d’un apport considérable, il comporte de nombreuses diapositives sur les paysages alpins, tous les documents de mise en place du parc national et de son évolution (les conseils scientifiques, les conseils d’administration), de nombreux dossiers de presse sur le parc en lui-même, des ouvrages publiés. Ils permettent de faire une analyse générale du parc national et de ce qui en découle.

Un autre lieu important pour mes recherches est le dépôt des archives départementales de Gap (O5). Pour celles-ci une simple visite suffit. Ne disposant pas de beaucoup de jours lorsque j’y vais, les archivistes me donnent accès à un nombre illimité de cartons d’archives par jour (une consultation normale est limitée à 7 cartons par jour). Ce lieu d’archives possède de nombreux documents administratifs sur les pouvoirs mis en place dans la région, les tendances électorales ; ce qui me permet d’analyser le contexte de mise en place du parc. Enfin, l’endroit qui m’est le plus familier est la mairie de La Grave La Meije qui dispose des archives administratives du village, des correspondances, des bulletins « d’infos » qui sont d’une grande utilité dans le cadre de mes recherches. Je peux à partir de ces documents comprendre la réception du parc national. Le local à archives ayant été inondé il y a quelques années, les documents portant sur Napoléon côtoient ceux du parc national, mais cela ne fait que renforcer le charme de ces lieux si atypiques.

En effet, l’avantage des archives de village est que nous sommes acteurs de la recherche, pour ma part, je suis moi-même dans le local en train de chercher les cartons et les documents. Il ne s’agit pas d’un simple inventaire informatique (ou non) que nous consultons. Ne disposant pas d’un temps illimité lorsque je me rend sur mes lieux d’archives, je prends en photos ce qui semble (et le verbe est approprié) correspondre à ma recherche et j’effectue un tri plus tard. J’établis aussi une sorte de sommaire lors de mes visites avec le document, sa date, sa cote ; cela me permet de ne pas confondre des photos. Mon planning de visites aux archives se fait selon l’emploi du temps universitaire mais aussi familial.

Quand papier et numérique s’allient

Il y a là un inconvénient à avoir des archives loin. Cependant, je dispose d’un avantage : travailler sur une période débutant en 1970 offre des archives en bon état, variées et souvent peu étudiées dans mon domaine de recherche. Certains documents à la mairie de La Grave La Meije n’ont jamais été consultés depuis leurs émissions. Travailler sur une période récente offre un second avantage : les sources numérisées. La presse est d’un grand apport au sein de ma recherche, pour comprendre les regards portés sur les populations, pour saisir les politiques mises en place.

Or celle-ci est entièrement numérisée au sein de l’université, de plus, les archives du journal Le Monde sont dans les souterrains de la BU, il suffit d’oser plonger dans l’antre et d’en ressortir avec des livres rouges et immenses (concernant les autres journaux, ils ont été numérisés et leur version papier jetée). L’INA est aussi d’un grand secours pour ma recherche (attendez, j’ai même pris mon abonnement Premium, si si ! Mais je ne vous donnerai pas mes codes). Cette ressource numérique dispose de nombreuses vidéos sur les populations de montagne, sur les visions de celles-ci par « l’extérieur » (je me refuse ce mot mais comment faire autrement?), sur les discours politiques.

Et si le Graal n’était pas à chercher ?

Partir chercher le Graal, c’est partir avec une idée en tête. Or, c’est comme rechercher le T-shirt de ses rêves : on ne le trouve jamais. Et pourquoi ? Parce que les producteurs n’agissent pas en fonction d’une seule demande (et aussi parce qu’ils ne sont pas dans notre tête…). Les archives obéissent au même principe. Lorsque je m’y rends, je n’espère pas trouver telle ou telle chose, j’attends d’être surprise en inspectant les documents susceptibles d’être liés à mon sujet. Il y a peut-être dans cette méthode une perte de temps, mais celle-ci est largement compensée par le plaisir de découvrir et non pas de convenir. Je me souviens du récit d’un chercheur qui me racontait ses années de thèse sur la génétique et la physiologie des cellules (ou quelque chose de cet ordre là…), celui-ci souhaitait absolument que ses expériences aillent dans un sens, mais un jour il a dû accepter de se rendre compte qu’il fallait changer et que le mécanisme escompté n’existait pas. Il ne faut pas souhaiter un fait, mais expérimenter, pratiquer pour en tirer les faits. En histoire, je pense que le phénomène est le même, il ne faut pas attendre. Simplement explorer et découvrir. Un choix des archives à utiliser est cependant à opérer, car oui, deux ans c’est court. La peur de passer à côté de quelque chose est peut-être celle qui persiste le plus… Pour l’éviter, j’ai décidé de réduire les bornes chronologiques de mon sujet et de consulter les archives les plus « distrayantes » et les plus originales.

Pour finir…

En bref, les archives c’est du muscle retrouvé (oui celui-ci se perd peu à peu durant la vie de chercheur) grâce au nombre incalculable de livres, de cartons et de registres que vous aurez la chance de soulever. C’est aussi, quelque fois, assommant (certaines archives représentent un danger certain de part leurs poids et leurs tailles).

Assommant vous avez dit assommant ? Tous droits réservés, Julia James

Assommant vous avez dit assommant ? Archives RP1054 Le Monde Mars-Mai 1973. Tous droits réservés, Julia James

Mais c’est surtout le coeur de la recherche et la joie de trouver des informations. Je tiens à remercier ici les différents centres d’archives que je visite fréquemment, mais aussi tous les travailleurs de l’ombre qui chaque jours numérisent et mettent en ligne divers documents. Tous ces documents me permettent de saisir la montagne qui se dessine à partir du tournant des années 1970.

Certains documents d’archives seront produits lors d’entretiens menés durant mes recherches par mes soins. Ces entretiens seront des profils de personnalités locales. Ils permettront de saisir leurs perceptions du milieu naturel, leurs acceptations du parc national des Écrins et leurs pratiques en général.

 

 

Crédit image à la Une : Inde. Tous droits réservés Julia James. Laisser une trace, la chercher, l’étudier.


Julia James

Après un passage éclair d’un an en classe préparatoire hypokhâgne, j’intègre la licence d’histoire à l’université Jean Jaurès en deuxième année. Durant mon cursus un manque se manifeste, celui de la nature, de l’environnement. Les grands évènements marquent mais quand est-il du cadre général ? Je décide alors de partir en master recherche pour essayer de revenir au rapport homme-nature.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *