Les archives? Très peu pour moi

Creative Commons, Camille Cazalé

Creative Commons, Camille Cazalé

Mes sources sont toutes empilées sur mon bureau, je n’ai qu’à tendre le bras pour les ouvrir et les consulter. Il s’agit de publications compilant divers textes et lettres de Grisélidis Réal, prostituée suisse dont j’étudie le parcours personnel et militant. Je ne me suis donc jamais rendue aux archives à Toulouse ou ailleurs. Je peux travailler assez librement sur mes sources, ce qui présente divers avantages mais aussi quelques inconvénients…

Travailler sur des sources publiées

Dans le cadre de mon Master 1 je ne suis jamais allée dans un quelconque dépôt d’archives, et je n’en aurai pas non plus l’utilité pour mon Master 2, puisque mes sources sont toutes publiées. Je travaille donc généralement chez moi, ou parfois à la bibliothèque quand je parviens à me convaincre de sortir, avec rien de plus qu’un crayon pour annoter les livres sur lesquels je m’appuie et du papier pour y consigner mes remarques et observations. Le principal avantage de disposer de sources éditées est de décider seule de la manière, du moment et du lieu de travail. Je n’ai pas de « journée de travail type » à décrire et présenter. Comme je peux transporter mes sources partout avec moi (je rappelle qu’il s’agit de livres), je peux les consulter à n’importe quel moment de la journée, de la nuit, de la semaine et même pendant les jours fériés et les vacances. Il m’arrive de passer une journée entière à étudier mes sources, comme il m’arrive de n’ouvrir le recueil de correspondances en cours de lecture que pendant cinq minutes avant de passer à autre chose, étant donné que je ne suis pas contrainte par des horaires d’ouverture ou par l’obligation de prendre rendez-vous ou de demander une dérogation pour consulter mes archives.

Quels « dépôts » d’archives?

En tout et pour tout mes archives de M1 et M2 réunies se composent de six ouvrages écrits par Grisélidis Réal (trois recueils de correspondances, un répertoire publié avec quelques articles, un roman autobiographique et un carnet de prison), une série de trois entretiens avec le journaliste et auteur Jean-Luc Hennig et un autre avec une étudiante, quatre extraits de vidéos (un film et deux reportages) dans lesquels elle apparaît, ainsi qu’un extrait audio d’une émission de radio qu’un particulier qui la connaissait m’a transmis, via le blog du Master Histoire de l’Université de Toulouse. J’ai dû me procurer par mes propres moyens les ouvrages qui constituent mes sources, les autres sont accessibles en ligne.

Pour obtenir de plus amples informations je me suis appuyée sur le site des Archives littéraires suisses à la Bibliothèque nationale de Suisse à Berne qui dispose de quelques ouvrages, de toutes ses archives concernant sa vie privée, professionnelle et artistique (dont sa correspondance) et dont on peut en trouver l’inventaire en ligne. Le site du Centre Grisélidis Réal (Genève) propose de créer un centre de documentation sur la prostitution et de faire l’inventaire des archives de Grisélidis Réal pour les rendre accessibles au public. Pour le moment les sources ne sont pas disponibles en ligne ni accessibles, mis à part les extraits vidéos et l’entretien avec une étudiante mentionnés. Je m’appuierai également sur le site de l’auteur et éditeur français Yves Pagès, qui consacre une page à Grisélidis Réal et y réunit quelques archives dont des photos et enregistrements sur lesquels je n’ai pas encore pu me pencher.

Quelques petits inconvénients…

Même si travailler sur des sources publiées ou accessibles en ligne me laisse une complète liberté dans ma manière de les aborder, cela présente néanmoins quelques inconvénients. En effet je me suis longtemps posé la question de la légitimité de mon travail ; mes sources étant publiées, je me suis souvent demandé si les étudier était réellement pertinent et apportait des éléments nouveaux aux questions auxquelles je m’intéresse. J’ai pu relativiser ces interrogations à la suite de plusieurs discussions avec ma directrice de recherche à ce sujet, et après avoir réalisé que, mis à part quelques références dans certains ouvrages et quelques notices biographiques (en ligne, sur Wikipédia par exemple, ou dans les livres que j’utilise comme sources), aucune étude n’avait été menée sur le parcours de Grisélidis Réal.

Le contact avec les archivistes ou des personnes qui auraient à traiter avec mon fonds d’archives m’a aussi fait défaut au début de mes recherches. En effet, en commençant le M1, il s’est avéré assez difficile pour moi de ne pas me perdre dans la masse de sources que j’avais à ma disposition. Je n’ai certes pas eu à craindre le manque ou l’absence d’archives mais j’ai dû apprendre, avec l’aide de ma directrice, à trier celles dont je disposais et à ne pas les considérer comme un ensemble cohérent et allant de soi, ainsi que leur publication le laisse supposer. Ce problème étant résolu je peux désormais aborder mes sources pour le M2 plus sereinement.

Crédit Image à la une : Certains droits réservés, Flickr, Janwillemsen.


Camille Cazalé

Je suis actuellement (2015) en première année de Master d’Histoire contemporaine à l’Université Jean Jaurès à Toulouse. Après un cursus de deux ans dans une classe préparatoire Lettres-Sciences Humaines (LSH) avec une spécialisation en Lettres Modernes au lycée Saint-Sernin de Toulouse j’ai décidé de poursuivre ma licence en Histoire à l’Université de Toulouse avant de partir étudier un an en Suède. Mon sujet de recherche sous la direction de Mme Catherine VALENTI porte sur le parcours de Grisélidis Réal (1929-2005), prostituée, militante et écrivain genevoise.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *