À la recherche du temps perdu

CC Pixabay TheUjulala

CC Pixabay TheUjulala

Les heures aux archives sont un hors-temps mystique. Un silence serein y règne et la solitude y est paisible. Elles sont un moment suspendu où l’émerveillement est de mise. On se plonge entre lignes et images anciennes à la recherche d’une réalité évanouie dont on voudrait saisir l’essence. Il n’en reste pas moins un travail laborieux qui met la patience à rude épreuve. Mais le chercheur y est souvent récompensé de la plus belle des manières. 

Rien de plus tangible qu’une journée à fouiller dans les archives. Préparer ce moment est primordial pour être le plus efficace possible, c’est pourquoi plusieurs étapes s’imposent. La première tient dans la définition de la nature même des documents que l’on recherche, pour cela il a fallu questionner mon sujet. Je me suis demandé comment la sensibilité occitane pouvait concrètement se matérialiser dans le quotidien toulousain. Plusieurs réponses m’ont permis de dresser une liste de sources possibles : la musique, les cartes postales et affiches, les journaux, les événements culturels, l’art de rue, etc. Il ne restait plus qu’à localiser les fonds d’archives dans lesquels nous pourrions les exploiter. La partie la plus ardue, je l’avoue, de laquelle je ne suis pas encore venue à bout.

La prise de contact

Seul.e, la démarche s’avère complexe, raison pour laquelle il est tout naturel de chercher des renseignements auprès des plus qualifiés. Voilà pourquoi j’ai passé de longs moments à rédiger des mails pour connaître l’existence d’archives et leur accessibilité.

Par exemple, lorsque je projette de saisir une ambiance, une atmosphère occitane au détour des rues toulousaines, c’est aux expressions artistiques spontanées et sauvages que je pense. Mais comment retrouver la trace de ces graffitis qui ont entre 25 et 45 ans ? Peut-être y a-t-il eu des campagnes photographiques qui les ont immortalisé ? Où ces dossiers pourraient-ils se trouver ? Une fois ces questions posées, je décide de contacter le lieu d’art photographique de la ville – Le Château d’eau – mais aussi les Archives Municipales qui auraient pu être à l’initiative d’une telle mission.

J’avais des indications plus précises quant au lieu où se trouvent de nombreuses cartes postales. En effet, « La carterie occitane » qui inondait les présentoirs à cartes postales de la région toulousaine était détenue par la maison d’édition locale Loubatières. C’est pour cette raison que je l’ai directement contactée pour connaître la localisation et la visibilité de leurs archives privées. Je suis encore en attente de réponse, mais j’espère pouvoir rapidement travailler sur ce matériau.

Le jour J

L'indispensable

L’indispensable. Tous droits réservés Lisa Ribo

Voici mon nécessaire de recherches : un carnet de notes pour les découvertes journalières, acommpagné de son fidèle compagnon le crayon à pied ; un appareil photo pour garder une image de certains documents essentiels ; un magnétophone pour les longues descriptions ou les différents entretiens avec les archivistes, bibliothécaires ou collectionneurs ; mes lunettes de vue bien entendu ; et mon petit carnet de bord dans lequel j’inscris les différentes étapes de mes recherches, accompagnées de notes bibliographiques ou de contacts. Avec cet attirail je peux affronter une journée dans les archives.

Je m’en servirai mardi prochain, 18 octobre, puisque j’ai rendez-vous avec Isabelle Bonafé, archiviste responsable du fond régional de la Bibliothèque d’Étude et du Patrimoine. Elle se propose, très aimablement, de me présenter les différentes ressources proches de mon thème et de m’aiguiller dans ma démarche.

Un cas à part

Parfois, c’est hors des bibliothèques et des lieux d’archivage classiques qu’il faut s’aventurer. Ce sont des sources toutes particulières auxquelles je vais devoir me frotter très rapidement. J’essaie de trouver les coordonnées d’un homme, Patrick Lasseube, amateur photo qui sillonnait les événements culturels occitans de Toulouse. Ses documents privés, des photographies personnelles, pourraient-être un apport considérable à mon travail. Véritables images de l’occitanité toulousaine, une approche et une analyse toutes singulières seraient réservées à ses photographies. Mais avant cela, il faut contacter et rencontrer leur créateur, exhumer les archives, définir le lieu d’exploitation (si j’en emporte ou si je dois venir constamment à son domicile), la fréquence, la durée etc.

Le travail d’archives nous fait passer par de nombreuses émotions : excitation, attente, déception, fatigue, satisfaction … Autant d’états qui sont partie prenante du travail historien.

Crédit image à la une : Hymne occitan « Se canto », carte postale de La carterie occitane, Maison d’édition Loubatières


Lisa RIBO

Je suis étudiante en 2ème année de Master Histoire Contemporaine, sous la direction de M. Vayssière. Mon travail porte sur une aire géographique, culturelle et politique constamment rappelée sur le devant de la scène : l'Occitanie. A Toulouse cette sensibilité est prégnante, elle l'était plus encore entre 1970 et 1990, visible dans la sphère publique, et sensible dans l'intimité. Une affection que nos recherches tentent de mettre en lumière.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *