Que l’expédition commence !

Équipement d’exploration archivistique, Tous droits réservés, Laborde-Tuya, 2016.

Chaque journée aux archives est une petite expédition. Le sac du jeune historien se prépare comme la valise d’un voyageur : avec la même minutie et la même prévoyance. Crayon de papier, feuilles, carte de lecteur, appareil photo – supplément lunettes – sont les indispensables d’un séjour aux archives.

 La consultation de mes sources se fait principalement aux Archives Départementales de la Haute-Garonne qui concentrent les archives judiciaires mais aussi celles de la Seconde Guerre mondiale. Les archivistes qui y travaillent ont réalisé de nombreux inventaires, notamment un dédié aux juridictions d’exception de la Seconde Guerre mondiale et disponible sur leur site internet.

Je me suis également tournée vers les Archives municipales de Toulouse afin de consulter un écrit du for privé dont m’avait parlé une archiviste lors d’une visite. Dans mes recherches, je m’appuie essentiellement sur les inventaires papiers réalisés par l’ensemble de l’équipe des Archives départementales. En comparaison avec les inventaires disponibles sur les sites des centres d’archives, je les trouve plus nombreux et bien mieux fournis. Ainsi, leur consultation me permet de cibler ma recherche et d’accéder aux cotes des documents que je souhaite consulter.

Mes premiers pas dans le monde des archives

Pour ma première visite, la prise de rendez-vous avec une archiviste s’est avérée indispensable. Elle m’a expliqué le fonctionnement du centre de dépôt, les différentes façons de classer et répertorier les fonds et surtout, comment rechercher un document dans le « mille-feuille archivistique ». La compréhension des méthodes de classification et la connaissance des restrictions de lecture concernant certains documents « sensibles » m’ont permis de gérer la profusion de mes sources et d’envisager assez tôt les demandes de dérogation.

Les dossiers de procédure de la Libération sur lesquels je travaille étaient soumis à un délai de soixante-quinze ans avant consultation, sauf si j’étais en mesure de prouver que la personne concernée dans le procès étudié était décédée depuis plus de vingt-cinq ans. Une telle restriction implique d’être organisée et de formuler des demandes de dérogation dès le mois d’octobre, étant donné qu’elles mettent en général deux mois pour aboutir. Or, depuis le 25 décembre 2016, les archives de Vichy et plus largement de la Seconde Guerre mondiale, sont libres à la consultation, ce qui facilite grandement mes recherches.

Si je me réjouis de l’assouplissement de la consultation de mes archives, je déplore tout de même leur nature exclusivement judiciaire. J’aimerais trouver des archives privées sous forme de journaux intimes ou de correspondances et je rêve de recueillir des sources orales tels que des témoignages de femmes collaboratrices ou de leurs descendances. De telles sources me permettraient de donner la parole directement à ces femmes, sans passer par le filtre judiciaire. Elles apporteraient une richesse d’informations et de détails caractéristiques de l’environnement de chacune, qui m’aideraient à comprendre leur engagement collaborationniste.

Crédits Image à la Une: Tous droits réservés, Institut d’Histoire de la Révolution Française (IHRF), Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, Anonyme.


Lisa Laborde-tuya

En 2016, étudiante en master 2 Histoire, Civilisations, Patrimoine à l’ Université Jean Jaurès de Toulouse, je réalise un mémoire sous la direction de Sylvie Chaperon, sur les Femmes collaboratrices en Haute-Garonne de par mon intérêt pour l'Histoire des femmes, les questions de genre dans la guerre et la thématique de femmes et violence. Diplômée d'un BAC ES option européenne anglais, j'ai par la suite obtenu une licence Bi-disciplinaire en Histoire et Histoire de l'Art, Archéologie dans cette même université.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *