Une journée dans les vieux documents, mais pas pour tout le monde

Délibération de la mairie de La Rochelle. Tout droit réservé Eva COT

Délibération de la mairie de La Rochelle.
Tout droit réservé Eva COT

Dans le cadre de mon mémoire, je ne traite pas vraiment d’archives. Je ne me suis d’ailleurs jamais rendu dans un dépôt d’archives. Les seuls documents s’en rapprochant sont des copies de délibérations de mairies. Elles me sont utiles dans mes recherches portant sur les rues Olympe de Gouges.

Je commence ma journée par allumer mon ordinateur et chercher les adresses mails des mairies possédant une voie publique nommée Olympe de Gouges, afin d’obtenir plus d’informations. Je divise mon travail en me consacrant chaque jour à une région ou deux en fonction du nombre de voies dont elles disposent. Parfois, je ne peux pas directement envoyer un message à une mairie, je dois remplir un formulaire sur le site de la ville pour entrer en contact avec elle.

À travers ce courrier, je cherche à obtenir la date de nomination de la rue et une copie de la délibération du conseil municipal s’y reportant. Le temps d’attente pour les réponses varie, j’obtiens parfois l’information dans les heures qui suivent, mais souvent il faut attendre plusieurs jours pour trouver le document dans les archives. Les mairies ne répondent pas toutes aux mails. Je consacre donc mes après-midi à recontacter celles auxquelles j’avais écris précédemment, mais cette fois par téléphone. Lorsque je me trouve directement en communication avec des membres travaillant pour la mairie, il m’est plus facile d’obtenir les données que je souhaite.

Par contre, je suis souvent mise en attente et mon appel est transféré dans différents services (voirie, urbanisme, archive). Le personnel m’envoie ensuite un courrier dans lequel se trouve une copie de la délibération.  Les contacts par téléphone me prennent plus de temps par rapport aux mails mais ils sont souvent plus fructueux. Néanmoins, je rencontre de temps en temps certaines mairies réticentes à me communiquer les délibérations. La plupart du temps, elles ne comprennent pas la raison pour laquelle j’ai besoin de ces documents et elles me fournissent uniquement la date de nomination de la voie publique. J’obtiens plus facilement les délibérations de la part de très grandes villes (Toulouse, Lille, Renne) ou des toutes petites communes. Les membres de ces dernières sont très aimables, ils me proposent souvent de les recontacter si j’ai besoin de plus d’informations.

Pourquoi utiliser des délibérations ?

L’analyse des délibérations me permet dans un premier temps de savoir en quelles années les villes ont décidé de nommer une de leurs rues Olympe de Gouges. Dans un second temps, elles m’apportent des renseignements sur les raisons de ce choix. En effet, il est intéressant de voir qu’en fonction des années, les arguments pour nommer une voie publique Olympe de Gouges ne sont pas les mêmes. Durant celles qui suivent le bicentenaire de la Révolution française, l’aspect mis en avant est celui de la révolutionnaire. Depuis 2013, les qualificatifs changent et elle est plutôt décrite comme pionnière du féminisme en France dans ces délibérations.

Ces archives de la mairie me servent aussi à établir si des années ont été plus propices que d’autres à la nomination de voie publique. Grâce à ces données, je peux créer des graphiques. Ces derniers sont plus parlants lorsqu’un plus grand nombre de mairies me répond.

Image à la Une : Tout droit réservés Eva Cot


Eva COT

Etudiante à l’université Jean Jaurès de Toulouse depuis 2011.
Actuellement en master 2 recherche histoire et civilisations modernes et contemporaines.
Thématique de recherche : La mémoire d’Olympe de Gouges depuis le bicentenaire à nos jours en France

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *