L’œuvre au noir : vers une prosopographie des élites quercynoises entre 1561 et 1793

Tome II du Répertoire géographique des étudiants du Midi de la France par Patrick Ferté. Presses de l'Université des Sciences Sociales de Toulouse. Tous droits réservés.

Tome II du Répertoire géographique des étudiants du Midi de la France par Patrick Ferté. Presses de l’Université des Sciences Sociales de Toulouse. Tous droits réservés.

En septembre 2002, j’ai soutenu un mémoire de maîtrise intitulé Histoire sociale des étudiants quercynois: L’impact de la suppression d’une Université de proximité, Cahors (1740-1792), sous la direction de M. Patrick Ferté. La publication de son Répertoire géographique des étudiants du midi de la France (1561-1793) – Pour une prosopographie des élites a suivi.

Le tome II de ce répertoire paru en janvier 2004 est dédié au diocèse de Cahors : il a largement repris mes résultats de recherche. Je souhaite à présent poursuivre ce travail commencé il y a 15 ans et reprendre la prosopographie que j’avais menée.

Pour une prosopographie des étudiants quercynois de l’Ancien Régime

Entre ma maîtrise et le présent sujet de Master 2, intitulé pour l’instant « La société quercynoise à travers le prisme de l’université – Prosopographie des élites locales issues du diocèse de Cahors (1561-1793) », j’ai souhaité élargir le champ de la prosopographie dans les limites chronologiques du répertoire de M. Ferté. Le corpus des 6000 étudiants quercynois ne sera étudié que pour deux villes, Cahors et Moissac, et un village, Gigouzac.

Pourquoi un tel choix ? Cahors est la principale ville du diocèse, siège d’une université créée en 1331 et supprimée en 1751. Un Présidial et une Cour des Aides y sont également installés. Les familles cadurciennes ont un intérêt certain pour l’université et fournissent plus de 1000 étudiants sur les 6000 au total. Moissac pour sa part donne 350 étudiants environ aux universités étudiées par M. Ferté. Cependant l’absence de matricules pour l’Université de Bordeaux permet d’espérer d’en retrouver davantage. La situation de Moissac presque à égale distance de Cahors, Toulouse et Bordeaux interroge. Quant à Gigouzac, il s’agit d’un petit village qui fournit seulement 10 étudiants. Ces derniers ont tous accompli leurs études à l’Université de Cahors avant 1751, preuve de l’impact de la suppression. Cela réduit drastiquement les effectifs capables d’accéder à l’université, essentiellement à celle de Toulouse après 1751. Toutefois, les familles ne se sont pas découragées lorsqu’elles étaient capables de consacrer des moyens conséquents aux études de leurs fils. Cette préoccupation paraît encore d’actualité.

Des conjonctures estudiantines à l’histoire sociale des familles des étudiants

J’ai choisi par ailleurs d’axer davantage sur de l’histoire sociale mon mémoire de Master 2. Je recherche les origines socioprofessionnelles et le devenir des étudiants issus du diocèse de Cahors sur trois siècles. Mon objectif est de retrouver un maximum de données concernant les dynasties d’étudiants ou les étudiants « isolés » à partir de sources diverses. J’envisage de solliciter le personnel des Archives et des bibliothèques pour retrouver le plus grand nombre de documents. Je reprendrai aussi contact avec M. Patrick Ferté qui poursuit des recherches sur les universités d’Ancien Régime. J’espère aussi participer à l’atelier Studium concernant l’histoire de l’enseignement pour y rencontrer d’autres chercheurs. Cet atelier est lié au laboratoire Framespa. Depuis 2002, j’ai progressé dans l’apprentissage de la paléographie, ce qui me permet d’élargir au XVIe et au XVIIe siècles mes recherches. Dans ce cadre, j’ai souhaité être dirigée par Mme Sylvie Mouysset, spécialiste de la première modernité.

Un planning provisoire pour mon athanor personnel

Pour filer la métaphore de l’alchimie, j’espère transformer la boue et le calcaire quercynois en or au rythme suivant :

  • Octobre 2016 – janvier 2017 : recherches en Archives et bibliothèques, inventaire des sources, constitution de la bibliographie et dépouillements ;
  • Février – juin 2017 : rédaction du mémoire en lien avec une base de données sous FileMaker Pro.

Crédits image à la Une : Tous droits réservés. Image de couverture de l’ouvrage de Patrick Ferté, Répertoire géographique des étudiants du Midi de la France, Presses de l’Université des Sciences Sociales de Toulouse (Toulouse 1 – Capitole), gravure sur bois extraite du traité de Guillaume Benedicti, Repetitio solemnis super c. Raynutius de testamentis, Lyon, S. Gryphe, 1526. (L’image du traité a été inversée.)


Isabelle Laur

Je suis étudiante en Master 2 Histoire, Civilisations, Patrimoine à l'Université de Toulouse 2-Jean Jaurès pour l'année universitaire 2016-2017. Je suis titulaire d'un CAPES d'Histoire et Géographie. J'ai précédemment accompli un Master 2 Archives et Images à l'Université de Toulouse 2-Jean Jaurès en 2015-2016. J'ai obtenu le concours d'attaché territorial de conservation du patrimoine option Archives fin septembre 2016.

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Eric dit :

    Bonjour je suis dans la même problématique de recherche que vous mais en thèse de doctorat ( dernière année ) sur l université de Besançon dans la période 1765 1789 mon corpus est de 1000 étudiants si vous le souhaitez nous pourrions en discuter Eric Thiou

  1. 20 novembre 2016

    […] Isabelle Laur, L’œuvre au noir : vers une prosopographie des élites quercynoises entre 1561 et 1793 […]

  2. 3 février 2017

    […] biais des commentaires. L’ensemble participe au Grand Œuvre qui se transforme sans cesse. De l’œuvre au noir à l’œuvre au jaune, le chemin de la recherche est ponctué de […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *