Cahiers de couleurs et vieux papiers

cahier-et-ordi

Tous droits réservés Claire Roulot

Pour être tout à fait honnête, ni la prise de notes sur ordinateur, ni l’organisation n’ont jamais été mon fort. Même après les années lycée, j’ai été fidèle depuis assez longtemps aux feuilles volantes et aux cahiers, tâchant ensuite de les classer comme je le pouvais, surlignant parfois des données et des citations dont il me faudrait faire des fichiers Word et Excel.

Avec un peu de mémoire, de classeurs et de surligneurs, j’arrivais à m’en sortir, du moins en ce qui concernait mon sujet de Master 1. J’allais aux Archives Départementales du Gers ou aux Archives Municipales de Fleurance avec seulement mon cahier et des crayons de papier, ayant noté à l’avance les cotes des documents qui m’intéressaient. C’est aussi sur un cahier que j’analysais les lettres de ma correspondances, et sur des feuilles que je mettais en forme mes idées et le plan de mon mémoire. Mais il faut savoir que mon sujet était alors une étude de cas, celle d’une petite correspondance, et les sources avec lesquelles je cherchais à restituer quelques pans de l’univers mental ne formaient pas non plus un gouffre sans fond : les registres paroissiaux de Fleurance, divers papiers concernant la famille Garac, quelques livres de médecine, brochures, journaux et estampes que l’étudiant a pu avoir sous la main. Ce n’était tout simplement pas un travail quantitatif que je m’étais imposé là.

Ce n’est pas le cas en revanche de mon sujet de Master 2. Depuis quinze jours, il s’agit pour moi de relever les références à La Fayette et leur nature dans tous les exemplaires d’un journal, de la date de sa création aux suites de la fusillade du Champ-de-Mars du 17 juillet 1791. Il s’agit pour le moment de Les Révolutions de Paris de Prudhomme, que je trouve soit sur Gallica, soit dans le fond patrimonial de la Bibliothèque de Périgord. Les exemplaires de L’Ami du peuple et des Révolutions de France et de Brabant que j’utiliserai en suivant se trouvent pour leur part à la bibliothèque universitaire de l’Arsenal. C’est un travail de dépouillement long et laborieux : pour le titre que j’ai cité, il s’agit déjà de 109 numéros de 56 pages rien que pour la période donnée. Dilemme : prendre les notes à l’ancienne, sur le cahier, pour ensuite devoir tout recopier sur un fichier ; ou taper directement sur l’ordinateur, tâche à laquelle je suis plus lente et moins habile ? J’ai délaissé depuis une semaine le cahier, et essaye de m’habituer à la machine (même si je l’utilise toujours pour ficher des livres et noter des idées ou remarques me venant à l’esprit.)

Les journaux révolutionnaires que j’étudie (que l’on peut trouver sous forme de volumes reliés), sont des témoignages éminemment partiaux et engagés des événements révolutionnaires. C’est ce qui en fait pour moi l’intérêt : ils sont le produit à la fois d’une réflexion politique propre aux personnalités qui y sont attachées et d’une réaction face aux circonstances, autant politiques que purement matérielles. Il s’agit bien sûr de ne pas adhérer complètement au point de vue du rédacteur, qui sélectionne les faits à raconter afin d’appuyer son propos et tourne parfois certains récits en commentaires satiriques et moraux. Comme l’écrit Gilles Feyel, ces journalistes se sont donné un devoir moral d’éclairer le peuple sur les dangers qui pèsent sur sa liberté et sur ses ennemis : avec La Fayette, ils trouvent une occasion de le mettre en garde contre les hypocrites ambitieux qui veulent détourner la Révolution à leur profit. Je pourrais, si j’ai le temps, intégrer à mon analyse des brochures et gravures anonymes centrées autour du général, ou confronter le portrait-charge des journaux de gauche aux mentions plus élogieuses des feuilles sympathisant avec son action.

Image à la une : Gaston, André Franquin, tous droits réservés.


Claire Roulot

Après avoir passé un Bac L, fait trois années de prépa Ecole des Chartes au lycée de Fermat à Toulouse. Admissible après avoir tenté une seconde fois le concours en mai 2015, s'en sort vivante mais pas prise. Fait un Master 1 en Histoire moderne à l'université Jean Jaurès, et n'a pas de certitudes sur ce qu'elle veut faire de sa vie, à part se consacrer à son obsession pour la Révolution française. Essaie de faire un mémoire intéressant sur la correspondance entre deux illustres inconnus, Jean-Louis Garac, étudiant d'origine gersoise en médecine présent à Paris entre 1788 et 1790, et son père, également médecin, également gersois et également prénommé Jean. La correspondance en question étant trop courte pour soutenir un mémoire de Master 2, elle passe à la presse, avec un sujet sur la réception de La Fayette dans la presse radicale entre 1789 et 1791.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *