Chercher = du temps, encore du temps !

materiel-de-recherche

Tous droits réservés Elizabeth Boussie, ordinateur et crayon.

Les 19 mètres linéaires dévolus à l’entreprise Tivollier aux Archives départementales de Haute-Garonne ont été acquis dans les années 1960. Peu de travail de fond a été réalisé à ce jour sur cette source et je n’ai pas la prétention d’en venir à bout. Un seul mémoire de DESS a été effectué en 1964 par Marie-Claire Lacaze. Le travail que j’ai pu personnellement réaliser pour le M1 n’a fait qu’effleurer le sujet mais celui de M2 ira, je l’espère, un peu plus loin. 

Pour travailler sur ces archives, grâce à l’inventaire qui est en ligne, je sélectionne  de chez moi les deux ou trois documents que je souhaite dépouiller sur place. Il faut en effet savoir qu’un maximum de trois archives peut être demandé à la fois. Si, en fin de séance je n’ai pas terminé d’étudier un document particulier, il est possible de le réserver pour une durée d’ une semaine, période durant laquelle il ne sera pas ré-archivé mais laissé au niveau de la salle de lecture.

Le seul matériel que l’on puisse introduire dans la salle de lecture est l’ordinateur, le téléphone pour prendre des photos, un crayon à papier et du papier. Ne sont autorisé ni les classeurs, ni les sacs, ni les dossiers …Il est évident que je n’ai pas pu photographier ledit téléphone !

Mal au dos.

Des conditions matérielles pénibles pour moi

Mon principal problème est celui des conditions matérielles de travail, à savoir des tables et des chaises peu adaptées à un travail de plusieurs heures et surtout à mon état de « vieillerie ». Vu mon grand âge, le mal au dos arrive très vite et m’empêche de passer les longues heures d’affilé sur les archives, ce que demande la recherche et la quantité d’informations à déchiffrer.

Pas d’archives idéales

Les archives rêvées seraient toutes en ligne, accessibles à toutes heures du jour et de la nuit, tous les jours, et non pas uniquement en semaine, de 9 heures, parfois 10 heures, à 17 heures (et même pas le lundi matin !). Heureusement, c’est  le cas d’un certain nombres de documents, en particulier les comptes-rendus des jurys des expositions universelles auxquelles l’entreprise Tivollier a participé, par exemple. De plus, si l’écriture était facile à lire, l’archive idéale ne serait pas loin. Il faudrait aussi, bien sûr que ladite archive soit complète, c’est-à-dire qu’il ne manque pas une partie des documents. J’ai en effet découvert qu’en ce qui concerne les annuaires de la ville de Toulouse, il manque plusieurs années sur la période qui m’intéresse et parfois des pages sont manquantes. Que faire alors ?

Malheureusement, les quelques 40 000 lettres commerciales écrites par Auguste puis son fils Emmanuel Tivollier entre 1854 et 1914 n’existent qu’en un seul lieu, sur du papier « pelure », souvent relativement abîmé, avec une encre industrielle qui a pâli et avec une écriture du XIXe siècle parfois difficile à déchiffrer. Quel travail bien ingrat que celui de chercheur !

Crédit image à la Une : Copyright 2014 NomadLovers.com – Published with Ghost

 

 


Elizabeth Boussie

Retraitée encore active, en master 2 d’histoire contemporaine à Toulouse Jean Jaurès, refusant de se plonger dans les massacres, les guerres, les minorités opprimées ou tout autre malheur du monde, refusant aussi de devenir une grand-mère gâteau, une grand-mère nounou ou une grand-mère confiture, je suis donc devenue une étudiante sérieuse et assidue. Je travaille en effet actuellement sur l’histoire d’un produit alimentaire qui connut un succès important à Toulouse dans la seconde moitié du XIXème siècle

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 12 mars 2017

    […] Elizabeth Boussie, Chercher = du temps, encore du temps ! […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *