Les Italiens dans le Midi toulousain : coup d’oeil sur leurs accueils

Dépiquage au Mousse dans le Gers, 1946. CC www.histoire-immigration.fr Jean Dieuzaide

Dépiquage au « Mousse » dans le Gers, 1946. Tous droits réservés à Jean Dieuzaide.

Dans un contexte de durcissement des politiques en matière d’accueil des étrangers, il est intéressant de remettre les évènements en perspective et de voir comment nous avons reçus les Italiens dans le Sud-Ouest, entre les années 1920 et 1950. Ce travail s’est concentré sur le département du Gers en M1 et s’ouvre aux départements de la Haute-Garonne et du Tarn-et-Garonne dans le cadre du M2.

Partir de presque zéro

La soutenance est l’action de soutenir son mémoire, son sujet tant aimé. Pouvoir présenter et discuter le travail fourni pendant une année, est ô combien gratifiant. Mais quand vous ne l’avez pas vécu, il y a ce goût d’amertume. Cette saveur est la mienne. Certes, ma première année de master en Sciences Politiques m’a donné la possibilité de faire un mémoire, un pas donc vers la recherche. Malheureusement, le projet de recherche a été évalué par simple lecture d’un professeur et rangé dans les placards jusqu’à ce que, peut-être, il soit oublié. Pas de soutenance, pas de suite possible. J’ai voulu y remédier. « L’histoire des politiques d’accueil. L’immigration italienne dans le Gers, la marge de manœuvre des communes par rapport à l’Etat (1921-1958) » recèle encore de belles découvertes.

L’évolution du sujet se base sur ce qui a été effectué en Sciences Politiques tout en se prolongeant dans le domaine de l’histoire. Le titre initial a alors connu  quelques changements : « L’histoire des politiques d’accueil, l’immigration italienne dans le Midi toulousain des années 1920 aux années 1950 ».

Une deuxième vie

C’est pourquoi j’ai poussé les (nouvelles) portes de l’Université Toulouse 2 Jean Jaurès. En revenant entre ces murs, j’ai rencontré Madame Laure Teulières. Spécialiste de l’immigration italienne dans le Sud-Ouest, elle a accueilli mon projet. Elle a apporté un regard critique d’historienne sur ce travail. Axé sur la politique, je m’étais restreint à l’administration de l’immigration italienne dans le Gers. L’évolution historique impose d’élargir l’horizon des recherches aux domaines associatif, religieux, ou encore à celui des initiatives locales.

Les prévisions sont de valider ou non les hypothèses émises lors de mon mémoire de première année. C’est-à-dire de savoir si les communes ont devancé les politiques nationales d’accueil face à une arrivée importante d’italiens dans le Gers, la Haute-Garonne et le Tarn-et-Garonne. Les recherches de ce M2 vont aussi permettre de voir comment, concrètement, les immigrés italiens ont été accueillis dans le Midi Toulousain. L’an passé, je me suis attachée à définir les lois nationales au sujet de l’immigration. Cette année, je m’attarderai à définir les structures mises en place et le fonctionnement des associations d’accueil.

Vers l’avenir et l’au-delà

Le bureau de l'association "Les Italo-gascons" CC www.italogascons.fr

Le bureau de l’association « Les Italo-gascons ». Tous droits réservés.

C’est bien d’avoir des objectifs, mais il faut se donner les moyens de les atteindre. Un planning de travail pour ce Master 2 s’impose. Je dois d’abord effectuer des prospections aux Archives Départementales de la Haute-Garonne et du Tarn-et-Garonne. Il s’agit de trouver des sources comparables à celles déjà mobilisées aux Archives Départementales du Gers. Ensuite, il me faut trouver des sources complémentaires, comme des écrits d’époque sur le cadre juridique de l’immigration.

Ce travail de recherche doit me permettre de définir les politiques d’accueil. Je compte finir les prospections au mois de décembre 2016. Je souhaite comparer les chronologies de ces prises de décision en matière d’accueil des immigrés italiens pour tenter de comprendre dans quelle(s) logique(s) les piémontais se sont implantés dans le Midi toulousain.

Enfin, je me laisse le temps de discuter avec ma directrice de recherche pour savoir s’il est pertinent d’interroger des descendants d’immigrés. J’ai déjà rencontré l’an dernier le président de l’association gersoise « les Italo-gascons ». Cette association fait un travail remarquable sur la mémoire de cette immigration.

 

Crédits image à la Une : tous droits réservés à Editalie.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *