Du foie gras , encore et toujours, mais en réseau !

En tête d’une facture Tivollier, Archives départementales de Haute Garonne

Le travail du mémoire de M1 était relativement descriptif  : Une industrie alimentaire de luxe à Toulouse au XIXe siècle : les pâtés aux foies gras et aux truffes du Périgord de la maison Tivollier. 

Le M2 s’oriente donc vers un approfondissement de certains points à peine abordés : les participations aux Expositions universelles et la formation d’un réseau entretenu par le chef d’entreprise, Auguste puis Emmanuel Tivollier par exemple. Les recherches déjà effectuées ont montré que cette entreprise participe aux Expositions universelles tout au long de la période (1854-1914), même si les thèmes proposés semblent bien loin des préoccupations d’une petite entreprise toulousaine. Il apparaît donc intéressant de chercher quels avantages les responsables de la Maison Tivollier trouvent à ces événements et comment ils organisent ces participations.

Alors que la production des pâtés de foies gras est limitée, quelle influence ces participations ont-elles sur les ventes ? Quel coût représente ces manifestations ? Par exemple, l’exposition de 1876 à Philadelphie a pour thème principal l’industrie et les produits du sol et de la mine. Or, les conditions de participations soulèvent de nombreuses difficultés ainsi que le souligne le rapport officiel. Quelles autres motivations peuvent alors avoir les dirigeants  des établissements Tivollier pour participer à autant d’Expositions ?

Comprendre la constitution d’un réseau actif

auguste-tivollier

Auguste Tivollier, par Marius Engalières, 1850. (Musée du Vieux Toulouse, inv 61.2.1)

Le dépouillement des quelques courriers commerciaux réalisé pour le premier mémoire montre que les correspondants de l’entreprise sont nombreux et variés : clients, fournisseurs, amis, famille etc. Le chef d’entreprise entretient des relations épistolaires très fréquentes avec toutes ces personnes et il me semble intéressant de chercher à voir si cela constitue effectivement un réseau efficace, et si ce dernier évolue. J’envisage donc, grâce à une base de données relationnelles, d’étudier les caractéristiques de ces destinataires et de voir si cela constitue un véritable réseau au sens le plus large du terme.

Planifier un travail

Afin de dépouiller suffisamment de lettres commerciales, sur les quelques 40 000 écrites entre 1854 et 1914, il est  indispensable de monter une base de données. Je devrais ainsi pourvoir établir une véritable cartographie des correspondants et, en analysant deux périodes particulières, étudier une éventuelle évolution.

Ensuite, les recherches doivent porter sur les divers comptes-rendus des expositions universelles pour y retrouver des commentaires sur la participations des petites entreprises françaises. Les incitations des Etats pour que les entreprises soient présentes à ces manifestations sont nombreuses, car il s’agit avant tout de manifestations hautement « diplomatiques » illustrant les rapports de forces économiques.

Crédit image à la Une : CC Wikimedia Commons Ethique & Animaux L214


Elizabeth Boussie

Retraitée encore active, en master 2 d’histoire contemporaine à Toulouse Jean Jaurès, refusant de se plonger dans les massacres, les guerres, les minorités opprimées ou tout autre malheur du monde, refusant aussi de devenir une grand-mère gâteau, une grand-mère nounou ou une grand-mère confiture, je suis donc devenue une étudiante sérieuse et assidue. Je travaille en effet actuellement sur l’histoire d’un produit alimentaire qui connut un succès important à Toulouse dans la seconde moitié du XIXème siècle

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 18 décembre 2016

    […] Elizabeth Boussie, Du foie gras, encore et toujours, mais en réseau ! […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *