La soutenance dans son sillage : l’Hermione maintient son cap !

Bataille de la baie de Chesapeak, par V. Zveg.

Bataille de la baie de Chesapeak, par V. Zveg.

Au terme de cette première échéance que constitue la soutenance de Master 1, le champ des possibles s’annonce vaste. Cet exercice, court mais exigeant rigueur et précision, m’a permis de recevoir une évaluation d’ensemble de ce travail préliminaire. Il m’a aussi offert l’opportunité de bénéficier d’un nouveau regard, spécialisé sur les questions maritimes.

Je souhaitais déterminer dans quelle mesure la frégate l’Hermione fraîchement reconstruite pouvait être considérée comme un lieu de mémoire. À la suite de cette première partie, je peux répondre par l’affirmative, bien que la résonance de ce patrimoine récent ne concerne pas tout le monde.

De symboles en représentations, l’Hermione louvoie au rythme du patrimoine maritime

Dans la première étude de cas développée au cours du master 1, je me suis interrogé sur la représentation littéraire de l’Hermione. Durant sa construction et à la suite de son périple en 2015, l’Hermione s’est construite dans l’imaginaire collectif. Dans l’éventail de productions livresques contemporaines traitant de la frégate, j’ai souhaité comprendre l’héritage de la littérature maritime dans l’univers de la bande-dessinée historique et du roman écrit sur le navire. J’ai ainsi tenté d’établir une chronologie du récit de voyage et du journal de bord, depuis l’arche de Noé, tout en m’appuyant sur l’historien du voyage Sylvain Venayre et son ouvrage Panorama du voyage.

Il fallait dans un premier temps définir cette notion de « représentation » et ces courants d’histoire culturelle des années 1980. Puis, au fur et à mesure des extraits de récits que j’ai détaillé, Emmanuelle Charpentier, spécialiste du littoral et maître de conférence en histoire moderne, qui est devenue codirectrice de mon master, émit l’hypothèse de  » l’Hermione comme un  personnage de fiction « . Une des recherches de ce mémoire de master 1 que j’ai trouvé la plus intéressante est le parallèle entre la bande dessinée de Jean-Yves Delitte L’Hermione et les toiles de maître du XVIIIe siècle. Dans cette étude sur  » L‘Hermione dans la littérature », ce sont le côté fictionnel et l’aspect légendaire que j’ai souhaité mettre en lumière. Mètres carrés de voilures, kilomètres de cordages et tonnes de bois révèlent le désir de l’homme de se construire un patrimoine nouveau, reposant sur une histoire qui rassemble.

Dans la continuité de problématiques soulevées

Les enjeux qui vont animer mon travail de recherche de cette année vont se porter sur l’association et l’avenir de l’Hermione. Pour ce faire, j’ai utilisé l’ouvrage de Françoise Perron sur le patrimoine maritime, publié à la suite d’un colloque tenu en 2000 à Brest. Bien que l’Hermione ne soit qu’un exemple de la renaissance de Rochefort et de son retour dans le cercle des villes et gens de mer, on peut aujourd’hui associer la frégate à d’autres exemples de ce patrimoine. C’est ce que je vais tenter d’entreprendre. Dans l’objectif de rendre plus vivant ce mémoire, je souhaite rassembler tous les témoignages possibles des personnes qui ont évolué avec l’Hermione, les ouvriers du chantiers, les ingénieurs, les membres de l’équipage et ceux qui sont venu l’accueillir à son retour. C’est un des enjeux de faire de l’histoire immédiate, de recueillir la mémoire des vivants.

Les aventures de l’Hermione en Master 2

Lors de ma soutenance, de nouvelles pistes bibliographiques m’ont été proposées, afin d’enrichir ma partie sur l’évolution de la marine. Je souhaite prendre contact avec l’association Hermione-La Fayette, et pourquoi entreprendre un stage de deux semaines au sein de l’association. Cette prise de contact me permettra d’envisager la suite des aventures de l’Hermione, son prochain voyage, l’aspect financier, sa place dans les réseaux sociaux… Un détour par les archives de la marine afin d’illustrer le mémoire final semble inéluctable.

Crédits image à la Une : CC Wikimedia Commons Brest.fr


Quentin Laurensan

Ayant obtenu une Licence d’Histoire-Géographie à l’Université Toulouse Jean-Jaurès, j’ai choisi de me diriger vers la recherche contemporaine. Je travail actuellement sur L’aventure de l’Hermione vu sous l’angle d’un voyage contemporain au fil des représentations et des symboles. Je ne me présente pas comme un globe-trotter cherchant à écrire un récit de voyage, mais ayant passé beaucoup de temps en Bretagne, je ne suis pas insensible au charme de la navigation.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *