Le petit vieux malade de l’Europe : le retour !

Creative Commons. Jean-Luc Vogley.

Tous droits réservés.
Jean-Luc Vogley.

Pour ma première année de master, j’avais décidé de travailler sur les images et les représentations de l’Empire ottoman en France durant la période des réformes du Tanzimat (1839-1878) qui était alors vu au travers des récits de voyageurs francophones.

Lors de ma soutenance, j’ai pu présenter l’existence d’une vision stéréotypée mais également « schizophrénique » de cet empire en pleine mutation. Les voyageurs nous présentaient l’image d’un empire déclinant et malade où régnait à la fois le réformisme et la tolérance, mais également le despotisme, l’intégrisme religieux et la barbarie. Il s’agissait alors d’une vision issue d’une catégorie sociale francophone bien précise. En effet, la très grande majorité des récits interrogés furent rédigés par des individus issus du monde culturel francophone, tels Gérard de Nerval ou Théophile Gautier.

Élargissement de la temporalité du sujet

Suite à ma soutenance, mon directeur de recherche et moi-même avons décidé d’élargir mon sujet en commençant par sa temporalité. En effet, lors de ma première année de recherche, je me suis consacrée à l’étude d’une période bien précise de l’histoire ottomane au XIXe siècle : la période des Tanzimat. Une période de profondes réformes qui tenta d’associer des idées issues du monde traditionnel ottoman et musulman aux idées nouvelles provenant d’Europe occidentale. Elles avaient pour but de mettre fin aux graves problèmes internes et externes que connaissait l’empire. Mais, il ne s’agissait pas des premières réformes de ce type dans l’Empire ottoman au XIXe siècle. En effet, elles débutèrent dès 1808 avec l’arrivée au pourvoir du sultan Mahmud II. De plus, toutes ces réformes eurent un impact durable sur la société ottomane, bien après la fin officielle des Tanzimat. C’est pour cette raison que j’ai décidé d’élargir la temporalité du sujet en la faisant débuter en 1808 avec Mahmud II et terminer en 1908 avec la Révolution Jeune-Turque qui fit rentrer l’Empire ottoman dans une nouvelle ère.

Travailler sur de nouvelles sources

Pour ce deuxième temps qui commence, j’ai décidé de travailler sur de nouvelles sources en présentant la vision de l’Empire ottoman issue de deux autres composantes de la société francophone du XIXe siècle. Je voudrai, dans un premier temps, travailler sur des ouvrages publiés par des politiciens et diplomates qui eurent au cours de leurs carrières des relations plus ou moins directes avec cet empire. Ensuite, je me pencherai sur des documents rédigés par des membres des communautés religieuses francophones provenant notamment des archives dominicaines de Toulouse et de la Communauté de Jésus de Vanves. Par la suite, si j’en ai la possibilité, j’aimerais travailler sur les archives de l’Alliance israélite universelle qui se trouvent à Paris. L’étude de ces sources me permettrai à terme d’accéder aux visions alors issues des mondes culturels, politiques et religieux francophones du XIXe siècle.

Planning de M2

Pour pouvoir mener à bien toutes ces recherches, j’ai décidé de mettre en place un planning de travail qui divisera alors mon année en plusieurs parties :

  1. dans un premier temps, je travaillerai à contextualiser mon sujet en prenant en compte l’histoire des réformes sous Mahmud II et les conséquences des Tanzimat après 1878 ;
  2. dans un deuxième temps, je me consacrerai au travail dit « d’archive ». Je me plongerai dans les catalogues de la BnF, de la bibliothèque de Toulouse et des fonds anciens de la bibliothèque universitaire de cette même ville pour tout ce qui est récits de voyage et ouvrages publiés par des politiciens et des diplomates. Et ce, avant de me plonger dans les archives ecclésiastiques et israélites ;
  3. dans un dernier temps, je me plongerai dans l’analyse de mes sources et sur l’étude de la prosopographie des écrivains avant de débuter la rédaction de mon mémoire final.
Tous droits réservés. Une du Petit Journal, Dimanche 18 octobre 1908, "Le Réveil de la Question d'Orient", Gallica.

Tous droits réservés. Une du Petit Journal, Dimanche 18 octobre 1908, « Le Réveil de la Question d’Orient », Gallica.

 

Crédits image à la Une : Tous droits réservés, Le Retour, film de Henri Cartier-Bresson, 1946.


Béatrice Vogley

En 2015, étudiante en première année de master d'histoire contemporaine à l'université Toulouse Jean Jaurès. J'ai débuté mes études, après l’obtention d'un baccalauréat économique et sociale, par une licence d'histoire à l'université Toulouse Jean Jaurès. Je prépare un mémoire sur les images et les représentations de l’État ottoman en France durant la période du Tanzimat ottoman ( 1839-1876) sous la direction de Mr Jean-François Berdah.

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 20 novembre 2016

    […] reste omniprésent pour mon sujet. En effet, comme expliquer dans mon billet sur les sujets, j’ai décidé pour cette année d’élargir la temporalité de mes recherches en me […]

  2. 12 mars 2017

    […] Béatrice Vogley, Le petit vieux malade de l’Europe : le retour ! […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *