Du Master 1 au Master 2 : nouveaux acteurs, nouveaux enjeux

Wikipedia Commons, British Government

CC Wikipedia Commons, British Government

A peine le M1 terminé qu’il faut déjà rempiler pour une seconde année. Une nouvelle épreuve qui s’annonce terrible, qui ne réserve que de la sueur, du sang et des larmes comme disait ce bon vieux Winnie… Un peu excessif ? Peut-être, mais en attendant, voyons ce nous qui attend !

Le sujet de M1 devait mettre en lumière les inconnus de la construction européenne, montrer pourquoi ils étaient des pionniers et comment leurs idéaux personnels ont été confrontés à la réalité de la construction. Le but était d’aller plus loin que la classique explication du fonctionnement des institutions européennes. Pour cela, j’ai choisi de livrer un mémoire qui s’attache tout particulièrement aux hommes et aux femmes à l’origine de l’intégration européenne. Le principal fil rouge de ce travail étant la recherche et la traduction de l’européanisme dans les institutions et chez leurs acteurs.

L’évolution du sujet

Suite à la soutenance, les membres du jury m’ont encouragé à poursuivre dans cette thématique. Mais les sources que j’ai à disposition ne sont pas assez riches pour pouvoir développer un second mémoire valable. Il fallait donc changer la base de ma recherche, tout en essayant de reprendre les grandes lignes de mon M1 : l’étude de parcours de vie d’hommes et de femmes de la construction européenne.

Dans l’esprit, le sujet pour le M2 ne change pas. Je reprends des acteurs peu connus de la construction européenne des années 60 et je m’attache à définir leurs engagements pour l’Europe. Ce qui change, c’est la position des acteurs. De simple exécutants, je vise désormais à étudier les décideurs. La taille du panel évolue aussi. De douze acteurs, je passe à trois, maximum quatre. La spécificité de mon premier travail doit rester : les institutions sont secondaires, les vies et les parcours priment. Afin de répondre aux attentes d’un mémoire de M2, les sources devront être bien plus conséquentes que celles que j’ai utilisé pour le M1, ce qui implique un changement dans ma méthode de travail et une confrontation à de nouvelles archives.

Ce qui va changer

Source comedycentral.com

Malgré son emploi du temps chargé, Mr Vayssière sera mon principal interlocuteur pour m’aider dans ma recherche car, en plus d’être mon directeur de recherche, il travaille actuellement sur un sujet assez similaire au mien : il étudie lui aussi la vie d’un fonctionnaire européen. Le premier sujet avait été réalisé plutôt en solitaire. Pour celui-là, il va falloir que je me confronte plus au monde des archives et aux autres possibles détenteurs de sources afin d’approfondir le plus possible la quantité et la qualité de mes sources. Dans cette optique, l’étude des fonds d’archives de l’université catholique de Louvain à Bruxelles, ainsi que ceux de l’institut universitaire européen de Florence est envisagée.

Let’s go to work

A la différence de l’année dernière, je sais un peu plus vers quoi je me dirige, ce qui me permet de définir un premier planning de travail :

  • ces deux premières semaines sont destinées à rassembler le plus de sources possibles sur un nombre restreint d’acteurs ;
  • une première analyse de ces sources me donnera la possibilité de faire un premier choix de 3 à 4 acteurs maximums ;
  • en me plongeant dans les sources, je devrais pouvoir dégager un premier plan qui tournera autour de deux grandes parties, une plus centrée sur la biographie des personnages, l’autre sur la comparaison de leur action politique ;
  • enfin viendra la longue phase d’écriture qui doit débuter vers le mois d’avril-mai.

Bien évidemment, ce plan ne tiendra pas en l’état. Il faudra envisager les échecs, les retards et une multitude de petites choses qui font qu’au final l’apprenti historien se retrouve toujours à finir à 3h du matin pour rendre le lendemain. Mais bon, c’est déjà pas si mal non ?

Crédit image à la une : caricature de Pierre Kroll, Le Soir (journal belge), 6 janvier 2007. Tous droits réservés Pierre Kroll.


Samuel Roques

Diplômé d'un DUT Information-Communication en 2012 et d'une licence en Histoire en 2015. Étudiant en Master 2 Histoire contemporaine sous la direction de Bertrand Vayssière, mon sujet d'étude porte sur les acteurs de la construction européenne dans les années 60, c'est à dire à l'époque où l'institution s'invente et s'organise.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *