Les lieux pour le dire

CC Wikimedia Commons Paulparis2010

CC Wikimedia Commons Paulparis2010

Au milieu de mes lectures, nombreuses et variées, je découvre que les archives nationales du Sénégal (ANS) devraient se révéler une véritable mine d’or pour mon sujet. Certes, mais où sont-elles ces archives ? Je consulte Internet et découvre qu’elles sont déposées à Dakar ! Logique … Je dois prendre l’avion alors ??

Difficile d’envisager cette solution. Je poursuis donc mes investigations et, grâce à la thèse d’Yves Person sur Samori Touré (tome III p. 2143), j’apprends que « les ANS ont été intégralement microfilmées de 1966 à 1968 et peuvent être consultées à la BN, à Paris« Fort bien ! Mais cette thèse a été soutenue il y a près de quarante ans, ces archives sont-elles toujours à la BN – devenue Bibliothèque Nationale de France (BNF) depuis 1994 – ou bien ont-elles été déplacées aux Archives Nationales d’Outre-Mer (ANOM) à Aix-en-Provence ?

Chercher, c’est prévoir

Afin d’éviter de perdre son temps, et son argent, il est absolument indispensable de consulter les sites Internet des archives. Voire d’appeler directement les services quand cela est possible. Je commence par regarder du côté de la BNF et découvre qu’il existe un service dédié pour répondre aux questions des usagers (lecteurs, chercheurs). Je décide de les appeler. Attention à son horaire très particulier, car ce service n’est ouvert que de 10 à 13 heures…. Après quelques minutes de recherche, mon interlocuteur me répond qu’elles sont bien à la BNF !

En raccrochant, je me souviens que j’étais déjà allé à la BNF pour mon travail sur Bernard Dadié (en octobre 1999). Un rendez-vous avec une responsable avait été nécessaire avant de pouvoir y poursuivre mes recherches. Une carte m’avait même été délivrée. Je la retrouve. Je cherche à la mettre à jour sur Internet. Impossible. J’appelle de nouveau le service et retombe, par chance, sur la même personne. Je me fais expliquer la procédure à suivre pour m’ inscrire, la salle où je vais pouvoir consulter les microfilms. En effet, j’ai constaté sur le site Internet de la bibliothèque parisienne que le site Richelieu était fermé pour travaux du 1er octobre au 14 décembre 2016…

Fort heureusement, les documents qui m’intéressent sont consultables sur le site François Mitterrand qui, lui, est bien ouvert. Je m’informe sur les justificatifs à produire pour mon inscription. Pas besoin de prendre rendez-vous semble t-il, car j’ai déjà été enregistré. Ma carte d’identité et ma carte d’étudiant suffiront. Quid des jours d’ouverture et des horaires ? Je consulte à nouveau le site Internet où tout est précisé. Le site François Mitterrand est même ouvert le dimanche après-midi. Faut-il réserver une place particulière (comme c’est parfois le cas) ? Non, pas pour consulter les microfilms. Existe t-il un délai de réservation des documents que l’on veut consulter ? En effet, j’étais allé à Aix pour ma maîtrise et j’avais constaté, à mes dépends,  qu’il fallait réserver les documents une semaine à l’avance… Ici ce n’est pas le cas.

Et pourquoi ne pas en profiter pour aller découvrir d’autres archives parisiennes ?

20161003_132657

CC, Les outils de l’apprenti chercheur, Frédéric Lemaire

Si je vais à Paris, je pourrais peut-être en profiter pour voir s’il n’existe pas d’autres archives à consulter ? Je me rappelle alors que Karamoko était accompagné d’un certain capitaine Mamadou Racine Sy pendant son voyage à Paris en 1886. Un militaire donc. Et pour les archives militaires, il existe le Service Historique de la Défense (SHD) installé à Vincennes. Je m’empresse d’aller sur leur site Internet : quel est le mode de fonctionnement du service, quels sont les horaires, les délais pour consulter des  archives ? En parallèle, j’ai poursuivi mes lectures. J’ai ainsi découvert que le dossier militaire, enregistré sous la côte 3Ye 58 83, est disponible au SHD. Avec cette référence, je consulte les archives en ligne mais ne trouve rien.

Il semble que tout ce qui concerne les officiers (côte 3Ye) ne soit pas en ligne mais à consulter sur place. Mais je préfère m’assurer que le dossier est bien présent. J’appelle donc un ami qui se rend chaque semaine à Vincennes pour ses recherches et lui demande de vérifier pour moi si le dossier est bien là-bas. Si c’est le cas, je réserverai, à l’avance, une place par Internet. Il est en effet inutile de courir le risque de ne pas obtenir satisfaction en raison de contraintes administratives découvertes en arrivant.

Existe t-il des conditions particulières pour accéder aux documents ? J’étudie un évènement qui s’est déroulé en 1886, donc il n’y aura pas de problème à propos du délais de communication des informations. Le sujet est-il sensible ? Non, il ne l’est pas. Je ne devrais donc pas avoir besoin de dérogation pour pouvoir le consulter.

Un passage par Paris s’impose. Faudra t-il également aller à Aix-en-Provence ? En réalité, cela dépendra de ce que je vais trouver à Paris. Si la « récolte » est bonne, il peut se révéler inutile de se rendre aux ANOM. Quand faut-il se déplacer à Paris ? Rapidement il me semble. Je suis assez avancé dans mes recherches pour savoir ce que j’aimerais trouver mais je suis persuadé que je dois pas attendre davantage pour aller à Paris.  Car repousser cette sortie aurait à mon sens deux inconvénients majeurs :

  • ne pas savoir comment utiliser ce que je vais y trouver si je suis trop avancé dans mon travail. Donc me retrouver avec des « trésors » que je pourrais pas exploiter. Et là encore, j’ai connu cette mésaventure. Pour ma maîtrise, j’avais fait fonctionner le prêt inter-bibliothèque pour exploiter une thèse soutenue à l’université de La Sorbonne. Mais quand celle-ci était arrivée (vers le mois de mars il me semble), mon travail était bien trop avancé pour véritablement en tirer profit (alors que cette thèse était d’une extrême richesse pour mon mémoire).
  • fonder de grands espoirs sur ce que je vais trouver et ne pas vraiment pousser assez loin mes investigations dans d’autres directions. Or, ces archives peuvent se révéler très décevantes et ne pas m’apprendre grand chose. Ou bien, au contraire, être très riches et m’ouvrir alors des perspectives insoupçonnées. Avec le risque d’être victime du « syndrome du mineur » dont parle Tocqueville quand il raconte « J’étais comme le chercheur d’or auquel la mine serait tombée sur la tête : j’étais écrasé sous le poids de mes notes et ne savait plus comment sortir de là avec mon trésor ».

Crédit Image à la une :CC, Frédéric Lemaire, Une vision des Archives Nationales d’Outre Mer (ANOM), Aix-en-Provence

 

 


Frédéric Lemaire

Enseignant titulaire dans le secondaire depuis 1999, je reprends mes études cette année. Après avoir enseigné dans un certain nombre de pays à l'étranger (Tanzanie, Kenya, Nigeria, Arabie Saoudite, Angola) puis avoir soutenu une maîtrise en 2000 à Jean Jaurès avec Sophie Dulucq, je poursuis avec un M2. Toujours autour de la colonisation en Afrique comme thématique, et toujours avec Sophie Dulucq.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *