Celle qui croyait avoir compris son sujet

CC Wikimedia Commons Didier Descouens

CC Wikimedia Commons Didier Descouens

La déchristianisation, ce phénomène violent, court et inédit qui vise à faire table rase de la religion chrétienne aurait-il eu lieu à Toulouse pendant la Révolution française ? Après une année de recherche, j’ai une piste !

Mon objectif pour ce master était de traiter la déchristianisation de la ville de Toulouse. Je voulais savoir si il y avait eu une déchristianisation, spontanée ou imposée, et arriver à en expliquer la raison. Le programme était très ambitieux pour une première année de recherche ! Cependant, j’ai été surprise de voir la forme qu’a pris ce chemin, notamment lors de la soutenance de mon mémoire de première année. J’ai alors pu comprendre l’évolution de mon sujet, de mes directions de recherche ainsi que de ma propre perception du sujet.

Tout cela est aujourd’hui devenu bien plus clair. Par exemple, le titre même a évolué au cours de l’année, ce qui est bien représentatif de la façon dont j’abordais mon sujet au départ et de comment je le conçois aujourd’hui. Au début le titre était « La déchristianisation de l’an II à Toulouse » : j’étais déterminée à travailler sur ce thème. Puis plus mes recherches avançaient ou stagnaient, et plus je me rendais compte que je ne prenais pas la question sous le bon angle. En effet, dans mes sources, la question de la déchristianisation était difficile à appréhender, il me manquait quelque chose. Par contre, dans ces mêmes sources, le thème du serment à la Constitution civile du clergé revenait invariablement. J’ai donc décidé de le prendre en compte et d’intégrer cette question à mes recherches. Finalement, la question du serment a pris la première place dans mon mémoire et le titre est devenu « La question religieuse à Toulouse pendant la Révolution française : du serment à la déchristianisation ».

Étudier la question du serment pendant cette première année m’a conduite à mieux comprendre comment étudier la question de la déchristianisation dans les sources, mais aussi de mieux comprendre les mentalités, la pensée et l’évolution des réformes religieuses pendant la Révolution française à Toulouse. Toutefois, je n’ai toujours pas travaillé directement sur la déchristianisation…

Du serment à la déchristianisation, tout ça à Toulouse ?

Y a t-il un lien entre le serment et la déchristianisation ? Je pense que oui et c’est ce que je vais chercher à démontrer pendant cette deuxième année de recherches. En effet, étudier la question du serment et ses conséquences dans la vie quotidienne des Toulousains m’a menée à une archive très intéressante, constituant ce que nous pourrions appeler un acte de déchristianisation pour la bonne ville de Toulouse. Affaire à suivre…

Pour cette année qui démarre, je vais donc travailler sur la déchristianisation en elle-même, avec l’avantage qu’aujourd’hui ma compréhension des enjeux de ces réformes est plus claire. J’ai notamment réalisé combien l’intégration et la compréhension de l’étude de la question du serment à la Constitution civile du clergé est d’un intérêt premier si l’on veut comprendre la déchristianisation. Je vais aussi étudier plus précisément la relation entre les deux Églises qui se forment pendant la Révolution française à Toulouse. L’Église constitutionnelle qui a accepté de prêter le serment, c’est l’église officielle, celle qui est présente lors des manifestations publiques. Elle s’oppose à l’Église réfractaire, celle qui a refusé de prêter le serment. Initialement protégée par les autorités toulousaines, cette dernière voit progressivement des mesures prises à son encontre et finit par devenir illégale. Il en va de même pour l’Église constitutionnelle qui voit sa position et l’intégrité de sa doctrine compromise par les nouvelles directives des autorités toulousaines et gouvernementale.

Le planning pour le master 2 (enfin, normalement)

En tout premier lieu, je dois de nouveau alimenter ma bibliographie avec les ouvrages concernant la religion populaire : ce sera notamment le cas des travaux d’Alphonse Dupront, mais aussi de Mona Ozouf et d’Antoine de Baecque qui portent sur la question de la « régénération », thème prisé des révolutionnaires. À cela vont s’ajouter les travaux de Bernard Plongeron sur la théologie et la politique pendant le siècle des Lumières. Ensuite, je pense mettre en place une base de données. Elle intègrera les archives non traitées de l’année dernière sur la déchristianisation, ainsi que toutes celles que je sélectionnerai lors de mes prochains dépouillements.

Crédit photo à la une : Wikimédia commons


Lauréline Brousse

Après avoir validée une licence en histoire, je suis maintenant étudiante en Master 2 Histoire moderne sous la direction de Valérie Sottocasa. Mes recherches portent sur la question religieuse à Toulouse pendant la Révolution française. Ce travail comprend l'étude du serment à la Constitution civile du clergé et la déchristianisation de l'an II.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 20 novembre 2016

    […] Lauréline Brousse, Celle qui croyait avoir compris son sujet […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *