Les années disco ou la fin du mythe révolutionnaire

Couverture du journal Gai Pied Source : archiveshomo.info

Tous droits réservés, couverture du journal Gai Pied, n°27, juin 1981.
Source : archiveshomo.info

Dans les années 1970, l’homosexualité militante a fait irruption avec fracas dans la sphère politique française. Il s’agissait de ne plus raser les murs ! Libération sexuelle et révolution socialiste étaient devenus les maîtres mots. Quelques années plus tard, l’arrivée au pouvoir de François Mitterrand est titrée « 7 ans de bonheur ? » par le journal Gai-Pied. L’heure ne semble plus être à la révolte et nombreux.ses sont celles et ceux à revendiquer un droit à l’indifférence. Le militantisme homosexuel en est bouleversé à jamais.

Lors de mon travail de recherche en Master 1, j’ai cherché à déterminer comment l’homosexualité, avec la lutte des Groupes de libération homosexuels (GLH), a réussi à se penser et à se constituer en tant que mouvement. C’est dans un contexte politique et social profondément bouleversé que ces groupes surgissent en 1974 pour investir l’espace politique dédié aux luttes homosexuelles et l’occupent jusqu’à la fin de la décennie. Après un premier temps d’expansion où les GLH se sont développés sur une grande partie du territoire français, les problématiques structurelles et théoriques auxquelles ils se sont rapidement retrouvés confrontés ont été nombreuses et souvent complexes à résoudre. Au fil des ans, la perspective révolutionnaire a lentement fait place à des discours plus réformateurs, plus centrés sur la revendication des droits. Ce basculement idéologique est à la base de mon sujet d’étude pour ce Master 2.

Une recomposition politique de l’homosexualité militante

3ème Université d'été homosexuelle Archives privées de Christian Deleusse

CC, 3ème Université d’été homosexuelle
Source : archives privées de Christian Deleusse

L’été 1979 marque un tournant dans l’histoire des GLH avec l’organisation de la première Université d’été homosexuelle. La perspective politique de ces groupes évolue à l’instar de tous les mouvements politiques de la fin des « années 1968 ». Le Comité urgence anti répression homosexuel (CUARH) nouvellement créé intègre les GLH dans une structure nationale. Les nouveaux discours abandonnent la rhétorique radicale de l’oppression et de la libération pour celle, plus libérale, des droits et de la reconnaissance. L’effacement des différents GLH derrière la nouvelle organisation homosexuelle qu’est le CUARH transforme définitivement la lutte des « anormaux ». Celle-ci se repositionne dans une militance qui milite pour l’abrogation des lois anti-homosexuel.le.s.

Les années 1980 semblent représenter l’autre versant d’une homosexualité qui veut exister au grand jour. La militance politique se tourne vers l’associatif et la reconfiguration générale des organisations politique de l’époque fait basculer les groupes militants homosexuels révolutionnaires dans le passé. Cette perspective est l’un des premiers axe vers lequel je souhaite orienter ma recherche durant ce Master 2. Partant de l’action du CUARH, il s’agira de comprendre comment la mobilisation homosexuelle s’est transformée et quels sont les nouveaux paradigmes qui structurent cette organisation.

Campagne AIDES 1987 libération.fr

Tous droits réservés, campagne AIDES 1987
Source : libération.fr

L’arrivée du SIDA comme bouleversement du militantisme homosexuel

La deuxième raison qui me pousse à vouloir étudier la transformation puis la démobilisation de l’homosexualité militante est l’arrivée du SIDA en France en 1982. Là où la militance politique requerrait une certaine projection dans l’avenir – qu’elle s’exprime par un horizon révolutionnaire ou simplement par celle d’une réforme législative – celle-ci est radicalement modifiée par l’apparition du SIDA. L’avenir ne se perçoit plus en années mais se compte en mois ; les militants prennent alors conscience que leur vies seront particulièrement courtes. À partir de là, il est difficile de trouver du sens à s’engager dans une lutte politique. L’avenir est hypothétique et l’expérience immédiate de la vie par l’intermédiaire de la fête devient un exutoire recherché. Il me semble donc nécessaire, voire primordial, de comprendre comment l’épidémie du VIH a bouleversé la militance politique de ces groupes et comment elle a largement restructuré le monde homosexuel.

Cette recherche d’exutoire est couplée au fait que les années 1980 représentent le développement massif de ce que la rhétorique « homo-gauchiste » de la décennie précédente appelait le « ghetto ». Les lieux de rencontres et de sociabilité marchands se multiplient : bars, discothèques, saunas et autre commerces « spécifiques ». Il semble donc que pour ceux qu’on appelle désormais les gais, il n’y ait plus la nécessité de se retrouver dans des groupes politiques pour se rencontrer et exister. Le libéralisme et l’individualisme de l’époque n’aura pas épargné la communauté homosexuelle.

 

Crédit image à la une : tous droits réservés hexagonegay.com, photo anonyme.


Mathias Quéré

En 2016, étudiant en Master 2 d'Histoire Moderne et Contemporaine à l'Université de Toulouse le Mirail (Toulouse Jean-Jaurès pour la novelangue). Je travaille sous la direction de Sylvie Chaperon sur les groupes homosexuels militants dans les années 1970 et 1980 et plus précisément sur le Comité urgence anti-répression homosexuel (CUARH) entre 1979 et 1985.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 12 mars 2017

    […] Mathias Quéré, Les années disco ou la fin du mythe révolutionnaire […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *