Du M1 au M2 ; nouveaux regards sur la prostitution

Tous droits réservés, Tribune de Genève, Antoine Grosjean

Tous droits réservés, Tribune de Genève, Antoine Grosjean

Comment une prostituée peut-elle s’engager politiquement ? Cette question est celle à laquelle je tenterai de répondre dans mon mémoire de Master 2. Celui-ci se place donc dans la continuité du Master 1 pour lequel j’avais choisi d’étudier le parcours de Grisélidis Réal (1929-2005), prostituée et artiste genevoise, à travers ses correspondances.

Avant de se pencher sur mon nouveau sujet, il me semble nécessaire de revenir le bilan de cette première année de recherche.

De l’immersion dans la vie privée de Grisélédis Réal…

Si Grisélidis Réal a laissé derrière elle de nombreux écrits, j’avais fait le choix pour cette première année de Master d’étudier uniquement ses correspondances. Écrites entre 1954 et 1993, elles sont réunies dans Mémoires de l’inachevé (1954-1993) et La passe imaginaire (1980-1991). Cette première entrée dans la vie de Grisélidis Réal par ses écrits les plus intimes permet de se faire une idée assez précise de ce qu’a été son parcours. Sans avoir cherché à remettre en question sa sincérité, il s’agissait ici de comprendre la manière dont elle-même rapporte et présente son vécu, ainsi que la façon dont elle « construit » une image d’elle-même parfois ambiguë.

Différents thèmes apparaissent au fil des lettres, la montrant tour à tour ou simultanément comme une mère dévouée, une artiste passionnée, une femme libre à la vie de bohème hors-norme, une prostituée résignée ou une « courtisane » fière de son « métier humanistes ». L’objectif de ce premier mémoire était donc de montrer comment se construisent et se révèlent les différentes facettes de Grisélidis Réal à travers sa correspondance, de voir en quoi sa pratique épistolaire met à jour une identité féminine marginale et multiple. Sans doute peut-on considérer son entrée, puis son retour dans le monde de la prostitution, comme deux événements déterminants : ils changent complètement son rapport à la société et la font entrer dans de nouveaux modes de socialisation. Quand elle commence à se prostituer à Genève en 1964 – après une première expérience du milieu dans les bordels allemands entre 1961 et 1963 – elle vit son activité comme une souffrance et une humiliation.

Après avoir mis un terme à son activité en 1969 pour se consacrer à l’écriture, son point de vue change radicalement lorsqu’elle décide de la reprendre en 1977. Désormais, elle ne cache plus son statut de prostituée qu’elle considère comme un véritable métier d’utilité publique, ce qu’elle revendique fièrement. Sa participation à la lutte des prostituées sur le plan international dès 1975 est très probablement à l’origine de ce changement. C’est précisément cet autre pan de sa personnalité qui fera l’objet de mon mémoire de Master 2.

Salon de la rue des Moulins, Henri de Toulouse-Lautrec, 1894, Musée de Toulouse-Lautrec.

Creative Commons, Wikimédia Commons

…A l’étude de son militantisme

Mon sujet de Master 2 se trouve donc dans la continuité de celui du Master 1. Il y sera question d’étudier l’engagement de Grisélidis Réal auprès des prostituées luttant pour obtenir plus de droits et de déterminer comment cet engagement a changé son rapport à son activité et sa pratique de la prostitution. J’avais pour idée d’inclure ce point au propos du mémoire de Master 1, mais j’ai finalement dû revenir sur les objectifs que je m’étais fixés. Après en avoir discuté avec ma directrice de recherche Mme Catherine Valenti, nous avons décidé de faire de cette question le sujet du mémoire du Master 2.

En effet, au fur et à mesure que la lecture des sources avançait , ce thème s’est révélé être plus vaste et plus riche que la première conception que je m’en étais faite. L’inclure dans le mémoire de M1 n’aurait donné lieu qu’à une analyse superficielle de cet aspect incontournable du parcours de Grisélidis Réal, alors qu’il nécessite de revenir en détails sur tous les événements (conférences, congrès etc.) auxquels elle a participé ; il nécessite aussi de revenir sur sa notoriété grandissante qui lui vaut d’être de plus en plus sollicitée par les médias, suisses comme internationaux (presse, télévisions, radio), et le monde universitaire.

Compte tenu du statut ambigu des prostituées qui les pousse aux marges de la société, il sera aussi indispensable de faire un détour par la sociologie et les travaux de Lilian Mathieu pour comprendre les modes d’engagement et d’action qui leur sont accessibles. Pour cette deuxième étude du parcours de Grisélidis Réal, je devrai m’appuyer sur l’ensemble des sources qu’elle a produite, à savoir correspondances, entretiens, journal intime, articles de journaux etc.

Ma soutenance m’a permis de confirmer ces pistes de réflexions. Les membres de jury se sont montrés favorables à l’orientation choisie pour le M2, mais m’ont aussi suggéré d’approfondir certains points abordés de manière encore trop superficielle dans le mémoire de M1, notamment le rôle des femmes dans l’art dans la deuxième moitié du XXème siècle.

Grisélidis Réal en décembre 2003

Creative Commons, Wikemedia Commons, Schimek

Pour entamer cette nouvelle phase de recherche, je vais commencer par rassembler le plus d’informations possibles sur le combat des prostituées pour obtenir davantage de droits. Autrement dit, il me faudra recenser tous les événements liés à ce combat des années 1980 à 1990. Il sera aussi indispensable de faire le point sur le débat féministe autour de la question de la prostitution, opposant abolitionnistes et néo-réglementaristes. Je commencerai ensuite à lire et analyser les sources à ma disposition, pour enfin revenir sur les points du M1 que je souhaite étayer.

Crédit Image à la une : Domaine public, Wikimédia commons


Camille Cazalé

Je suis actuellement (2015) en première année de Master d’Histoire contemporaine à l’Université Jean Jaurès à Toulouse. Après un cursus de deux ans dans une classe préparatoire Lettres-Sciences Humaines (LSH) avec une spécialisation en Lettres Modernes au lycée Saint-Sernin de Toulouse j’ai décidé de poursuivre ma licence en Histoire à l’Université de Toulouse avant de partir étudier un an en Suède. Mon sujet de recherche sous la direction de Mme Catherine VALENTI porte sur le parcours de Grisélidis Réal (1929-2005), prostituée, militante et écrivain genevoise.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 12 mars 2017

    […] Camille Cazalé, Du M1 au M2 ; nouveaux regards sur la prostitution […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *