Le mémoire : un travail en constante évolution

Association Anne Frank, Faire la queue en 1942, tous droits réservés.

La soutenance du mémoire de Master 1 n’est pas une finalité en soi. Au contraire, elle permet de mieux le questionner, d’affiner la problématique et de définir de nouveaux axes de recherche pour le Master 2.

Lors de la soutenance, j’ai présenté le fruit de mon travail de Master 1. Mon sujet traitait du ravitaillement dans le Tarn durant la Seconde Guerre mondiale au niveau législatif et surtout sur sa mise en place. Ces différents aspects de mon mémoire ont été évoqués sans en détailler le contenu. La méthodologie adoptée tout au long de l’année a bien évidemment eu une incidence sur ma problématique et sur l’étude de cas. Cette dernière était limitée dans le temps et dans le sujet abordé.

Très vite, les membres du jury ont montré quelles étaient les lacunes : une problématique trop large, une analyse des données sur les relations sociales et économiques entre les différents acteurs pas assez étoffée et des conclusions relevant plus d’hypothèses de travail que de réelles affirmations. Rassurons-nous, il est tout à fait normal de se retrouver dans ce genre de situation : l’étude de cas étant par définition restrictive, elle ne peut faire preuve de toute l’ouverture nécessaire pour traiter en intégralité le sujet. Le jury a pour rôle de critiquer (positivement et négativement) le travail fourni afin d’ouvrir toutes les pistes de réflexion possible. Ce sont ces ouvertures qui constituent le cœur du master 2.

Les conclusions du master 1 et l’ouverture vers le master 2

tickets-de-rationnement-fr-juin-1940

Katsumotosan, Rationnement du pain en juin 1940, tous droits réservés.

Ma recherche a mis en valeur plusieurs aspects du ravitaillement dans le Tarn. Premièrement, les habitants du Tarn se voient imposer une lourde législation encadrant l’économie dès septembre 1940. La disponibilité en ressources étant forte, notamment pour les céréales, les Tarnais contournent massivement les lois de Vichy. Les cultivateurs, dont les récoltes sont imposées et les prix fixés, peuvent vendre leurs denrées à de meilleurs prix que ceux proposés par l’État. Les consommateurs veulent subvenir à des besoins primaires : se nourrir, se chauffer et se vêtir. Ces derniers ne sont pas satisfaits par le système économique de Vichy reposant sur le rationnement des denrées. Quant aux entreprises, elles cherchent à continuer leur activité, leur production tournant au ralenti avec le manque de matières premières. Enfin, les stocks de nourriture sont entamés, permettant aux réfugiés lorrains, belges ou hollandais ayant fuit les combats de s’alimenter. Trocs en dehors du circuit légal, achat directs aux producteurs et ventes sans ticket constituent autant de moyens illégaux d’acquérir des ressources.

Deuxièmement, il semble que la diversité agricole et industrielle du Tarn permette à ses habitants de pouvoir se ravitailler plus facilement que dans le reste du Sud de la France (zone dite libre, en opposition au Nord dite zone occupée), souffrant de la quasi-monoculture du vin et du manque d’industries. Mes premières conclusions tendent à montrer que les Tarnais ont moins souffert des privations que la plupart des autres départements du Sud de la France et que sa population est très solidaire.

À l’issue de la soutenance, je me suis interrogé sur deux points. Le premier est celui des relations sociales : pourquoi y a-t-il eu ce mouvement de solidarité ? Comment s’est-il formé ? Quels sont les liens entre les différents individus ? Peut-on observer également des conflits entre eux ? Le second point est la situation géographique : où se situent les différentes ressources ? Qui y a accès ? Les bassins de monoculture et l’éloignement géographique de la préfecture tarnaise sont-ils des obstacles au ravitaillement ?

Objectifs pour le master 2

Afin de répondre à ses différents problèmes, je compte me servir de témoignages oraux de Tarnais ayant vécu à cette époque ainsi que des sources disponibles aux Archives du Tarn, et des ouvrages bibliographiques relatifs à ce département entre septembre et décembre. Dès janvier, je traiterai les sources disponibles aux Archives de Haute-Garonne afin de commencer la rédaction du mémoire de master 2 à partir de mars 2017. Entre le master 1 et le master 2, une évolution notable du mémoire a lieu : les problématiques liées au sujet se précisent et laissent la place à des champs jusque-là peu ou pas assez explorés comme la sociologie et la géographie.

Crédits Image à la Une: Flag of Vichy France, C.C Wikimedia Commons, Tom Lemmens.


Steven Dunn

Après avoir validé une licence SHS mention histoire en 2011, Steven DUNN est actuellement étudiant en master 2 histoire, civilisations et patrimoine modernes et contemporaines. Il est spécialisé sur la Seconde guerre mondiale et particulièrement sur les questions de ravitaillement.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 20 novembre 2016

    […] Steven Dunn, Le mémoire : un travail en constante évolution […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *