Rebelle ou pas (vraiment) rebelle : telle est la question

Lesueur Jean-Baptiste, Royalistes s'apprêtant à abattre un arbre de la liberté en Vendée, 1793-1794, Musée Carnavalet

Lesueur Jean-Baptiste, Royalistes s’apprêtant à abattre un arbre de la liberté en Vendée, vers 1793-1794, Musée Carnavalet, tous droits réservés

Mon mémoire de M2 n’implique pas de changement de sujet, mais requiert un nouveau regard, de nouvelles sources et de nouveaux acteurs. En effet, l’objectif de première année était de partir à la rencontre de ces femmes et hommes du Cantal qui, au fil de la décennie révolutionnaire, étaient réticents face au Paris centralisateur. Il s’agissait plus spécifiquement d’étudier les formes, verbales et gestuelles, que ces émotions populaires ont revêtu. Pour cette nouvelle année de chercheur en herbe, c’est une quasi-négation de ce que j’ai démontré qui se profile…

A la toute fin de l’année de M1, j’ai réalisé que j’avais choisi un titre et une notion qui donnaient une vision biaisée de ce que je voulais démontrer dans mon mémoire. En effet, le terme « Contre-Révolution » ne collait pas à la réalité cantalienne et à celle de ses habitants. J’ai donc opté pour une expression plus neutre de « résistances villageoises à la Révolution ». Ce terme désigne les ruraux qui ont reçu les débuts de la Révolution avec enthousiasme, ferveur et soulagement mais qui ont néanmoins exprimé leur mécontentement à partir de 1791-1793, et surtout en 1795-1796, à cause des politiques religieuse et militaire de l’État qui les plongent dans une profonde lassitude. Ces dernières ont été jugées prédatrices et perturbatrices quant à l’harmonie, aux libertés et aux traditions des cellules locales et familiales.

« Ce que j’aimerais faire, c’est un mémoire sur rien »

Je me suis autorisée à emprunter cette référence au génie de Flaubert parce que ma soutenance a révélé un second constat : certes, il y a eu des résistances anti-révolutionnaires (pour reprendre le terme de Roger Dupuy) ou a-révolutionnaires (selon l’expression d’Hubert Delpont) dans le Cantal, mais elles ont été finalement assez peu nombreuses et de peu de gravité par rapport à celles qui ont secoué les départements limitrophes de la Lozère, l’Aveyron et la Haute-Loire. En effet, ces séditions cantaliennes ont été en grande majorité clandestines et peu sanctionnées par la justice.

Valérie Sottocasa et Christine Dousset m’ont donc suggéré de « compléter » mon sujet : c’est-à-dire essayer de comprendre pourquoi le Cantal a finalement absorbé le phénomène révolutionnaire. Ce type d’histoire n’aurait pas été possible il y a une dizaine d’années. Étudier un département dans lequel il ne s’est pas déroulé d’événement marquant à une période historique donnée peut paraître en effet peu digne d’intérêt dans le domaine de la recherche…

Nouvelles sources pour de nouvelles problématiques

Fort heureusement pour moi, ce n’est plus le cas. Cependant, cette orientation nécessite une nouvelle démarche et surtout de nouvelles sources. En effet, la première année était consacrée à la recherche des « voix des oubliés de l’histoire », selon la belle formule de Robert Muchembled, et ce, à travers les archives judiciaires. Or, dans la perspective du M2, c’est certainement vers des sources plus « officielles » que je me dirige à présent, autrement dit des discours produits par les autorités locales sur la situation départementale. Seulement je n’ai pas encore une idée précise des archives que je vais mobiliser, je dois à présent me relancer dans une lecture rigoureuse et attentive des inventaires de la série L. L’enjeu est donc de mettre en lumière les raisons pour lesquelles le Cantal s’est montré peu dissident sous la Révolution. Complicité des autorités municipales, peu d’inclination naturelle à la rébellion, enclavement… Plusieurs hypothèses sont possibles et cette année sert à les confirmer, étayer ou infirmer.

Franquin, Les archives de la gaffe, 1957

Franquin, Les archives de la gaffe, 1957, tous droits réservés

Beaucoup d’envies et d’idées, mais peu de temps, voilà ce qui qualifie nos angoisses de tout jeune chercheur. Un des défis du M2 consiste aussi à ne pas reproduire les erreurs de l’année passée. Pour mener à bien le projet de cette année, j’aimerais un emploi du temps parfaitement équilibré entre cours, séminaires, mais surtout lectures et consultations aux archives, soit un planning utopique, mes sources se trouvant dans le Cantal. C’est pourquoi, je consacrerai plutôt le premier semestre à la bibliographie, toutefois agrémenté de trois ou quatre séjours aux archives, de deux jours à une semaine. La seconde temporalité permettra des consultations des sources plus approfondies.

L’objectif sera enfin de commencer la rédaction bien plus tôt que l’année dernière, c’est-à-dire bien avant le mois de mai. Cette organisation va-t-elle me réussir? Réponse en juin.

 

Image à la une: Lesueur Jean-Baptiste, Citoyen qu’on arrête pour l’obliger à mettre une cocarde nationale, vers 1790, Musée Carnavalet, tous droits réservés

 


Cyrielle Forses

Cyrielle Forses, étudiante en Master 2 Histoire moderne sous la direction de Valérie Sottocasa. L'objet de mon étude porte sur les résistances à la Révolution dans le Cantal à travers les prismes langagier et gestuel avec comme bornes chronologiques 1791-1799

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *