Entre vertige et aplomb

''Il faut pas ramasser les fleurs ni toucher les escargots ici'' Cousine alpine, 5 ans. Tous droits reserves.

« Il faut pas ramasser les fleurs ni toucher les escargots ici » Cousine alpine, 5 ans. Tous droits réservés, Julia James.

Il y a eu cette question pendant presque un an : où me dirigent mes pas ? Vais-je dans la bonne direction ? Et puis avec les montagnes et les moutons, ai-je ma place ?

Les livres rassurent, les rencontres autour aussi. Alors on décide d’écrire et surtout de soutenir. Car ce jour J, le jour de la soutenance, c’est nous même dans ces multiples feuilles de papier que l’on soutient. C’est notre personne, notre idée, nos montagnes de livres. Je suis arrivée avec un sujet : la vallée de la haute Romanche, un paysage politique. Le Parc national des Écrins et la population locale, les noces de béryl ?

Cette question traitée en Master 1 a dégagé deux faits : la population a accepté le parc, non sans réticences et litiges. Tu t’assois, tu te lèves, tu ne sais comment te positionner face à ce jury. Puis il faut parler. Pause. A ce moment là il y a toutes les personnes rencontrées dans les Alpes, les professeurs de Grenoble (Rolland Douzet, Sandra Lavorel, Anne-Marie Granet Abisset), toutes les personnes des villages montagnards qui m’ont demandé de porter leur parole (à tord ou à raison), qui m’ont remplie d’énergie. J’étais prête à parler, à défendre.

Marcher seule et à plusieurs…

Le Master 2 est dans la continuité du master 1, la soutenance a été une passerelle entre les deux années, un moyen de savoir si oui ou non j’avais emprunté la bonne route. Il y a une chose essentielle à ne point oublier : le master est avant tout une folle aventure. J’ai durant un an préparé mon sac à dos, maintenant il me faut partir (avec une bonne carte si possible …).

L’année de master 1 a été consacrée à de nombreuses lectures dans le but d’établir le sujet, de me guider. Les livres dans mon année qui vient prendront une part moins importante de mon temps. Lors de la soutenance, les membres du jury ont confirmé ce point, ce qui rend cette année plus trépidante encore. Une fois le cadre d’étude fixé en Master 1 il me reste à poursuivre et creuser, à étudier les visions des populations, leurs visions de la montagne pour comprendre les litiges territoriaux, et par ce biais, comprendre leur intégration ou non du parc national et des politiques environnementales.

Mon année sera partagée entre les archives et le terrain. Cet été a déjà été l’occasion de rencontrer une équipe de chercheurs, de les interroger, de partager. Au sein de l’UMR de la Station Alpine Joseph Fourier, j’ai pu approfondir mon sujet grâce à l’intégration de nouveaux outils d’analyse scientifique (classification paysagère selon les pratiques qui le parcourent, selon l’utilisation des sols, selon la composition des sols) et au contact de botanistes, de professeurs en écologie. Ces derniers permettent d’ouvrir les champs de ma recherche en me fournissant de nouvelles pistes d’étude comme le fait de s’attacher à quantifier et qualifier les milieux, d’explorer leur composition pour en comprendre l’attrait. C’est donc rechargée que j’ai pu me lancer dans la suite de l’ascension.

Toute randonnée commence par les préparatifs…

Le début de l’année est consacré à l’étude approfondie des archives du parc national (quel paysage a été choisi, quels litiges ont eu lieu sur le territoire ?). Des lectures supplémentaires viennent compléter le programme. Les lectures de cette année se basent sur l’anthropologie et la sociologie afin d’intégrer des outils d’analyse des mentalités et des pratiques de la société. À partir de janvier jusqu’en mars, une fois que l’agriculteur est rentré chez lui attendant la belle saison, il s’agira d’aller l’interroger sur ses pratiques, sur le regard qu’il porte sur la montagne, sur les changements de regards qu’il a vécu (sans le savoir ..), sur l’héritage familial. Avril, mai, juin, écrire et composer seront mes principales occupations. C’est donc au travers d’une montagne culturelle que je vous propose de voyager cette année.

Crédits image à la Une : tous droits réservés, Julia James


Julia James

Après un passage éclair d’un an en classe préparatoire hypokhâgne, j’intègre la licence d’histoire à l’université Jean Jaurès en deuxième année. Durant mon cursus un manque se manifeste, celui de la nature, de l’environnement. Les grands évènements marquent mais quand est-il du cadre général ? Je décide alors de partir en master recherche pour essayer de revenir au rapport homme-nature.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *