Que reste t-il des brigands ?

Brigands politiques contre les symboles républicains, auteur inconnu, XVIIIe siècle

Brigands politiques contre les symboles républicains, Lesueur Jean-Baptiste, fin XVIIIe siècle

L’étude du brigandage durant la période révolutionnaire dans la Haute-Garonne est un sujet vaste. Il soulève de nombreux points d’études, aussi bien sociaux que politiques. Sur ce dernier point, il faut souligner que la période est marquée par des bouleversements étatiques importants, révélant une fracture entre les tenants de la République et une partie importante de  la population rurale. Cette cassure entraîne mécontentements puis révoltes.

À partir des commentaires fais par les membres du jury lors de la soutenance, je souhaite approfondir certains aspects de mes recherches.

Mon programme

N’ayant peut-être pas une base assez solide sur les faits révolutionnaires, je me concentrerai sur la lecture de différents ouvrages afin d’étoffer mes connaissances, et ainsi distinguer le rôle primordial de la Révolution dans le phénomène du brigandage. L’aspect criminel doit d’ailleurs aussi être creusé plus avant. Il s’agira de catégoriser les différents crimes tels que la contrebande, le vol ou encore le meurtre afin de cerner l’ensemble des délits commis durant l’époque révolutionnaire et en comprendre les raisons et les enjeux. Pour cette année, j’approfondirai donc grandement mes connaissances par de nombreuses lectures qui paraissaient, jusqu’ici, insuffisantes pour cerner les aspects politiques et stratégiques qui ont radicalement chamboulé la fin du XVIIIe siècle.

Concernant la forme de mon mémoire, de nombreuses modifications devront y être apportée. J’améliorerai mon style d’écriture, notamment concernant la concordance des temps et l’emploi de certains termes parfois mal utilisés ou peu expliqués. J’établirai aussi davantage de graphiques et de cartes. Pris par le temps lors de la première année de master, je n’ai pu construire de carte réellement satisfaisante, alors qu’une illustration sur la conquête de territoires des brigands politiques aurait éclaircit mes propos.

Du côté des sources, bien qu’ayant déjà une base de donnée relativement solide, je l’étayerai. J’essaierai de relier des documents pouvant être en rapport les uns avec les autres afin de dresser le portrait d’une affaire complète et ainsi mettre en avant le déroulement des faits (rapport du ou des délits, présentation du ou des acteurs, mesures prises et résultats obtenus).

Enfin, concernant la suite de mon mémoire, la partie restant à traiter va s’attarder sur les dernières années de la période révolutionnaire, d’octobre 1799 à 1802. Après l’échec de la révolte royaliste, les sources se font plus discrètes sur le brigandage ; il s’agira alors d’étudier la permanence ou la disparition du phénomène, s’il subsiste encore quelques criminels, brigands de droit commun ou des hors-la-lois royalistes persistant dans leur lutte. Évidemment, mon travail se terminera par une conclusion faisant le bilan des réalités du brigandage dans la Haute-Garonne durant la période Révolutionnaire.

Crédits image à la Une : CC Wikimedia Commons, PassePresent


Cédric Mazel

Je m’appelle Cédric Mazel. Une fois ma licence d’histoire obtenue, je voulais continuer dans cette voie et plus particulièrement sur l’époque moderne (mais aussi contemporaine). C’est pour cette raison que j’ai décidé de m’inscrire dans le master histoire et civilisation moderne et contemporaine à l’université Jean Jaurès de Toulouse.
Ayant toujours été curieux par tout ce qui touche la criminalité et la justice, les travaux de Mme.Sottocasa sur le brigandage m’ont permis de m’orienter sur un sujet similaire. J’ai donc décidé de travailler sur le brigandage dans le midi Toulousain durant la Révolution, période marquée par des changements sociaux importants.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *