Une année atypique

CC, la mémoire, Magritte, 1948

CC, la mémoire, Magritte, 1948

Pour mieux comprendre les apports de ma soutenance, il semble capital de revenir sur mon sujet et sur les particularités du parcours effectué de l’an dernier. Mon sujet s’intitule Juif toulousain identité, mémoire et transmission. À la lumière de ces trois mots, mon sujet de recherche questionne le choix de rester ou de partir d’individus se reconnaissant comme juifs.

Peu importe la période et les catégories de personnes concernées par la marginalisation, l’objectif de mon mémoire est de la comprendre, pour mieux la combattre. Si l’histoire que je pratique peut être qualifié d’histoire culturelle, et plus précisément d’histoire des représentations, mon mémoire fait appel à une réflexion pluridisciplinaire.

Un sujet particulier…

Le questionnement prend donc en compte l’impact de la mémoire et des discours intergénérationnels sur la manière de vivre sa judéité en France, plus exactement à Toulouse. Pour tenter de répondre à la question posée, de nombreuses lectures m’ont été nécessaires, en plus des recherches sur le terrain pour rendre compte de la situation présente. En choisissant de travailler sur des sources orales, je fais le choix de l’immersion au sein de la communauté. Il m’est donc apparu crucial d’interroger les juifs toulousains, de recueillir et d’écouter leurs ressentis sur leur histoire.
J’ai décidé d’orienter le travail sur un travail biographique, certes non représentatif des juifs toulousains, mais qui me permettrait de comprendre les mécanismes identitaires, la subjectivité de chaque témoin devenant un atout pour mon étude. Mes entretiens donnent donc à voir, dans une certaine mesure, une réalité sociale et redonne une voix aux  » sans voix « .

qui s’est heurté à certaines difficultés…

De nombreux facteurs m’ont causé des difficultés, un a particulièrement ralenti mon travail : la prise de contact avec des juifs toulousains. Les institutions, du fait des attentats, sont méfiantes à l’encontre des personnes extérieures, elles sont verrouillées et frileuses aux regards extérieurs. Cependant, les personnes que j’ai rencontrées se sont montrées loquaces et ravies de répondre à mes questions. Je n’ai jamais dû insister pour les rencontrer, les rencontres se sont souvent faites par le biais d’amis ou par des rencontres opportunes.

La retranscription des entretiens m’a pris beaucoup de temps et je n’ai pas pu le terminer, tout comme les analyses. J’ai donc présenté un plan détaillé où seules certaines sous parties ont été développées. M’étant lancé dans une entreprise trop importante pour moi, je n’ai pas pu faire une relecture et une mise en page satisfaisante, et c’est sur cela que les jurées – Mme Teulières et Mme Chaperon – ont particulièrement insisté. Il me reste un énorme travail de corrections des fautes d’orthographe et de syntaxe.

mais qui laisse entrevoir un futur plus radieux

Je souhaite durant mon M2 reprendre correctement le travail effectué durant mon M1 qui, sur certains points, reste très brouillon. L’ensemble doit être corrigé. Parallèlement au master d’histoire, je participe au réseau de master Arpège qui a pour but d’évoquer les questions du genre. Ces cours m’ont laissé entrevoir de nouvelles perspectives que je n’avais pas envisagées.

J’aimerais recentrer mon sujet en interrogeant uniquement des femmes et leur rapport à la judéité à travers les mêmes thèmes. En effet, les femmes rencontrées cette année se sont montrées assez critiques envers certains courants du judaïsme et leur comportement à l’égard des femmes. Leur rapport à l’antisémitisme est surement vécu différemment, elles se sentent des cibles privilégiées ou à l’inverse plus à l’abri, etc. Tous ces questionnements vont conserver la même zone géographique, et le même questionnement relatif au départ.

En ce qui concerne mon planning de M2, je vais dans un premier temps reprendre l’ensemble du M1 et retravailler ma grille d’entretiens. Parallèlement, je vais essayer de poursuivre la retranscription des entretiens et continuer à chercher de nouveaux contacts pour les interroger.  Idéalement, il faudrait qu’en décembre j’ai mené deux ou trois entretiens supplémentaires et terminé mes corrections. La seconde partie de l’année concernerait l’analyse de mes sources et la rédaction du mémoire.

Crédits image à la Une : CC Pixabay Republica


Tristan VALERY

Après avoir validé une licence bi-disciplinaire Histoire-Histoire de l’Art à l’université Toulouse II, j’ai décidé de poursuivre ma formation au sein du master recherche Histoire et Civilisations modernes et contemporaines, sous la direction de Mme Teulières.
Actuellement mon travail porte sur des questions d’identités, de mémoire et de transmission concernant les Juifs toulousains.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *