Du M1 au M2, stupeur et tremblements ?

Gustave Flaubert - © Domaine Public

Gustave Flaubert – © Domaine Public

« Il y a dans l’ardeur de l’étude des joies idéales faites pour les nobles âmes. » Comme le pointe malicieusement Flaubert, l’histoire conduit certainement l’étudiant à une grande joie quand il découvre, explique ou réfute des faits et des évènements au grand jour, et qu’on ose lui reconnaître ainsi ses premières qualités d’apprenti-chercheur.

Petit groupe d’âmes ayant survécu à la première année de Master, la seconde année semble nous motiver autant qu’elle inquiète. Pour ma part, la perspective d’approfondir et de progresser davantage dans l’étude de mon sujet et dans ma démarche me stimule vivement.

De la première année…

Comme dit dans un précédent billet, mon sujet concerne le diocèse de Rodez à la fin du XVIIIe siècle. La première année ambitionnait d’établir la situation de ce diocèse avant les premières manifestations révolutionnaires dès 1789. J’ai ainsi mis en évidence les principaux fondements et l’organisation de ce territoire dans son aspect matériel – où les sources qui nous décrivent l’état des paroisses et des églises abondent – mais aussi humain. Il s’agissait de savoir qui étaient vraiment les fidèles et le clergé, et quels rapports existaient entre ces religieux et ces laïcs.

J’exposais ainsi mes conclusions provisoires lors de ma soutenance. L’idée d’élaborer une histoire des mentalités – ou du moins une tentative qui s’en rapproche  – a été appréciée par les membres du jury. Ces derniers m’ont cependant incité à analyser davantage mes sources pour privilégier une approche et une utilisation plus dense, tout en reconnaissant leur sécheresse et leur irrégularité. Il me revient donc d’approfondir deux aspects opposés mais néanmoins décisifs dans la compréhension de mes recherches :

  • D’une part l’idée des conflits locaux et des oppositions qui se créent ou s’influent dans un cadre réduit et qui se déroulent dans un contexte particulier ;
  • D’autre part, approfondir les idées d’influences et de migration des savoirs et des mesures, des courants de pensées et, bien évidemment, des migrations humaines lors du moment révolutionnaire.

… aux nouvelles perspectives

Suite à la soutenance, je ne souhaite pas modifier mon sujet, ni pour l’instant le titre envisagé pour mon second mémoire. Je continue de suivre un plan chrono-thématique qui aborde cette année la période révolutionnaire en insistant sur les aspects précédemment mentionnés. La seconde partie de ce travail actuellement s’intitule : « Le diocèse de Rodez à la fin du XVIIIe siècle – Partie II : Le diocèse sous la Révolution française (1789-1799) ».

Le Serment du Jeu de paume par Jacques-Louis David (1791).

Le Serment du Jeu de paume par Jacques-Louis David (1791).

J’envisage d’étudier au-delà de la chronologie du moment révolutionnaire dans le Rouergue, l’impact au niveau humain en centrant mon approche sur le religieux, c’est-à-dire le fonctionnement et les acteurs du diocèse. Il s’agira de déterminer comment, avec l’émergence de l’Eglise constitutionnelle, et globalement la mise en place d’un Nouveau Régime, se donne à voir un changement de mentalité et un renversement dans les idées des hommes du diocèse. Il s’agira pour moi d’analyser et de voir comment ce diocèse, fermement ancré dans une tradition médiévale tout en étant ouvert aux idées des Lumières, s’est comporté au moment révolutionnaire. La question de la déchristianisation sera progressivement intégrée à ce traitement historique.

À l’exception de la soutenance et de quelques discussions lors de mes recherches en archives, je n’ai que rarement eu l’occasion de parler de mes recherches avec des chercheurs travaillant sur ces questions et cette période. J’espère que cette partie de mon mémoire sur la Révolution me permettra d’approfondir ma connaissance sur la période tout en recevant un certain nombre de critiques et de commentaires sur mon travail. L’abondance des sources concernant la période et le sujet – mêlant la sphère religieuse et politique – devrait sans aucun doute me faire confronter un certain nombre d’opinions et d’idées tout au long de cette nouvelle année de recherches. 

Dans ces premières semaines, il est encore très difficile pour moi d’établir un planning fixe et décisif de mon année. Il me vient seulement en tête de grandes perspectives de travail, au moins jusqu’à la fin de l’année civile. Ainsi, je compte lire une trentaine d’ouvrages concernant mon étude et ses différents thèmes. En clair, mes lectures jusqu’en décembre vont se concentrer sur la question religieuse au moment révolutionnaire et sur la chronologie de la Révolution. J’entamerai ensuite la lecture de la bibliographie relative au Rouergue révolutionnaire et aux questions de mentalités et d’influence au niveau populaire. Cette bibliographie d’intention va évoluer et se développer au fur et à mesure du travail parallèle mené en archives. Enfin, et peut-être aurait-il fallu commencer par là, les conseils et les directives de recherches, de lectures, de réflexions et de méthodes de ma directrice de recherches viendront rythmer cette ardeur pour peut-être espérer ces « joies idéales ».

Crédits image à la Une : CC Pixabay OpenClipart Vectors


Gautier LOUYRIAC

Après avoir obtenu une licence en histoire mention patrimoine, Gautier LOUYRIAC s'est spécialisé sous la direction de Valérie SOTTOCASA sur l'histoire religieuse de l'Ancien Régime. Il prépare actuellement un travail sur le diocèse de Rodez.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *