Immersion dans l’imaginaire occitan

Titre d'un album du groupe "Fabulous Troubadors"

Album des « Fabulous Troubadors »

L’Occitanie vient de naître. Une entité existant depuis des décennies dans la conscience collective de sa population, mais qui reçoit aujourd’hui une véritable délimitation territoriale. À Toulouse, l’occitanité revendiquée par certains n’a eu de cesse de s’incarner au travers de différentes productions artistiques durant les dernières décennies du XXe siècle. Mais comment capter cette culture occitane des années 70-90′ aux quatre coins de la ville rose ?

Notre première approche fut celle de l’étude des positions, actions et engagements d’individus précis (9 universitaires) par rapport à la culture occitane toulousaine dans le cadre du mouvement occitaniste des années 1970. Néanmoins, malgré la cohérence de leur groupe, il a été nécessaire de les replacer dans un ensemble plus vaste pour mettre en exergue le bassin culturel dans lequel ils baignaient. C’est pourquoi ce deuxième temps de travail voudrait mesurer l’impact du foisonnement culturel occitan dans la prise de position de ces hommes, et plus clairement encore, mettre en lumière les liens entre le milieu et la personne, les différentes influences et interpénétrations de l’environnement et de l’individu.

Saisir une ambiance

Le paysage toulousain regorgeait d’images, de couleurs et de sons aux nuances occitanes. Une atmosphère particulière qu’une analyse iconographique pourrait rendre palpable : des photographies, des cartes postales, des chansons, des films, des graffitis, des bandes-dessinées, des événements ; autant de manifestations occitanes semées dans toute la ville. Une question émerge de cette profusion culturelle : « Quelle(s) représentations de la sensibilité occitane a-t-on voulu véhiculer au travers des productions artistiques toulousaines ? » Une interrogation qui touche à l’essence même de la culture occitane, puisqu’elle demande une définition de l’art occitan, mais questionne aussi sur le degré de conscience et les aspirations plus implicites. Quelles représentations pour l’entité occitane ?

Bien s’entourer

Bibliothèque d'études méridionales Toulouse

Bibliothèque d’études méridionales Toulouse             C.C Sébastien Poublanc

Pour baliser le plus efficacement possible le sentier, l’appui de certains est indispensable. En première année déjà, François Pic, grand érudit, archiviste à la Bibliothèque d’Etudes Méridionales et chargé de cours au département d’occitan, a été d’une aide incroyable. Cette année encore, il a permis la mise en place d’un corpus d’archives vraiment efficace et l’éclaircissement de la problématique sortie comme par enchantement des méandres de nos discussions. Mais c’est aussi sur Isabelle Bonafé, responsable des archives locales à la Bibliothèque municipale de Toulouse, qu’il faudra prendre appui, ou encore Jean Penent, ancien conservateur des musées Dupuy et Labbit de Toulouse, historien de l’art spécialiste de la peinture occitane. D’autres noms s’ajouteront petit à petit à cette liste, permettant un croisement de regards des plus fructueux.

Une organisation nécessaire

  • Le mois d’octobre devra être consacré à la prise de contact et les rencontres avec les différentes personnes citées ci-dessus, ainsi qu’à la localisation précise des différents fonds d’archives utilisables.
  • En novembre, une problématique quasi achevée devra être posée sur le papier, ainsi que la mise en cohérence des différents résultats d’entretiens.
  • De décembre à janvier : dépouillement et  classement de sources, afin qu’émerge au début du second semestre un brouillon d’analyse et de plan détaillé.

 

Crédit image à la Une : Détail d’une photographie présente dans l’ouvrage : Olivier Gal, Truskool. Une histoire du graffiti à Toulouse,  Atlantica, 2016.


Lisa RIBO

Je suis étudiante en 2ème année de Master Histoire Contemporaine, sous la direction de M. Vayssière. Mon travail porte sur une aire géographique, culturelle et politique constamment rappelée sur le devant de la scène : l'Occitanie. A Toulouse cette sensibilité est prégnante, elle l'était plus encore entre 1970 et 1990, visible dans la sphère publique, et sensible dans l'intimité. Une affection que nos recherches tentent de mettre en lumière.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *