Fille aînée de l’Église et République laïque : « je t’aime, moi non plus »

23 décembre 1959, photo libre de droit.

Passation de pouvoir entre René Coty et Charles de Gaulle le 8 janvier 1959. Tous droits réservés.

Si la France est souvent qualifiée de « Fille ainée de l’Église », l’État français s’est officiellement séparé des Églises en décembre 1905. Dès lors, tous les Présidents français ont jonglé avec la notion de laïcité, conjuguant leur foi personnelle et leur fonction de Chef d’État d’une République laïque.

Durant ma première année de Master, je me suis intéressé aux liens unissant les Présidents français et les papes entre 1953 et 1969. J’ai donc étudié les Présidents René Coty et Charles de Gaulle, notamment au travers de leurs différentes visites au Vatican. Pourquoi commencer avec le Président Coty ? Il est le premier Chef d’État français à se rendre au Vatican en mai 1957, chose inédite depuis 1495. Il a instauré cette tradition des visites présidentielles au Saint-Siège, tradition reprise et entérinée par Charles de Gaulle. De plus, la décennie suivant la Seconde Guerre mondiale fut celle de la réconciliation religieuse entre les français, sans occulter le rôle ambiguë de l’Église durant la guerre. Étudier cette période revêt donc un double intérêt : observer la question religieuse en France au lendemain de la guerre, mais aussi voir la manière dont ces deux présidents chrétiens vont appréhender la religion et la laïcité dans le cadre de leur fonction.

Ma première démarche de recherche

Mon premier sujet de Master 1 tournait autour des Présidents de la Ve République et du Saint-Siège. La chronologie s’étendait donc de 1959 à nos jours. Il fallait donc traiter de six présidents. M’étant rendu à l’Institut François Mitterrand lors d’une de mes visites aux Archives Nationales de Paris, il m’a été donné de rencontrer un historien spécialiste de la question mitterrandienne. Cet historien m’a confirmé ce que je soupçonnais déjà : il est très difficile de traiter de tous les présidents de la Ve République. Aussi bien la longueur de l’époque étudiée que les lourdeurs administratives rendent difficile les démarches nécessaires à l’obtention des dérogations. Je me suis donc tourné vers le Président René Coty et Charles de Gaulle, pour les raisons édictées plus haut. Ma rencontre avec l’historien de l’Institut François Mitterrand ne m’a pas seulement aidé pour mon choix de sujet de Master 1. En effet, après un entretien plus que constructif, l’historien qui m’avait reçu m’apprit que très peu d’études avaient été faites sur les rapports de François Mitterrand avec la religion, et qu’un sujet autour de ce thème pouvait être novateur. Cette suggestion allait mûrir.

Une heureuse rencontre

Après ce contact à l’Institut François Mitterrand, je rencontrais donc mon professeur référent pour parler de cet éventuel sujet de Master 2. Devant le côté novateur et inédit de ce thème, il en est ressorti que cet objet d’étude ferait un bon sujet. J’ai donc repris contact avec l’historien de l’Institut, pour lui demander comment obtenir la dérogation nécessaire à la levée du délai de 50 ans qui s’applique aux archives publiques. Il m’a donc donné quelques clés de recherche et l’adresse mail du responsable des demandes de dérogation. Je suis actuellement en contact avec ce dernier : ma demande vient d’être envoyée.

François Mitterrand

François Mitterrand au lendemain de son élection au plus haut poste de l’État. Tous droits réservés.

Un projet novateur

Cette année de Master 2 va donc s’orienter autour du thème de François Mitterrand et de la religion. Je compte mettre en avant la possible foi du président, qui est quelque peu ambiguë selon les observateurs, et la mettre en parallèle avec sa politique religieuse. Je vais également montrer la différence de vision de la notion de laïcité au travers de grands thèmes comme celui de l’éducation, durant ses deux mandats présidentiels, et ce, en parallèle avec l’époque du général de Gaulle. Enfin, la question religieuse sera étudiée en tant que telle : en effet, les années 80 ont vu l’arrivée de populations de confessions différentes. Étudier la réaction de la République quant à ces nouvelles religions semble pertinent et pourra être l’ un des axes d’étude. Les liens entre l’État français laïque et les autres cultes, et bien évident l’Église catholique, seront explicités.

Mon année se déroulera donc autour de deux axes principaux : tout d’abord l’étude des archives présidentielles et l’analyse des écrits du Président, puis celui de possibles entretiens avec des proches collaborateurs et amis du Président François Mitterrand. Peut être que je mettrais également en perspective les liens particuliers que la gauche entretient avec la religion.

Crédit image à la Une : Détail de la Colonnade de la Place Saint Pierre à Rome, libre de droits.

 


Maxime Séguéla

Titulaire d'une licence d'histoire à l'Institut Catholique de Toulouse, je suis actuellement en seconde année Master à l'Université Toulouse Jean-Jaurès. Pour mon Master 1, j'ai choisi de m’intéresser aux relations qui unissent les présidents français, les papes et la religion, et plus précisément les présidents René Coty et Charles de Gaulle. Pour cette année de Master 2, je vais m'intéresser à la question du président François Mitterrand et de la religion, toujours sous l’œil bienveillant de Mr Foro.

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 27 janvier 2017

    […] donc principalement à ma famille, mon amie, et à mes amis que j’ai parlé de mon sujet de Master 1. Malgré la bonne volonté des uns et des autres à vouloir partager le poids de mon mémoire, je […]

  2. 12 mars 2017

    […] Maxime Séguéla, Fille aînée de l’Église et République laïque : « je t’aime, moi non plus » […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *