Des femmes et des Lettres : itinéraire d’un sujet

Portrait de la Présidente Dubourg,collection privée, tous droits réservés à Mariotto Anne

Portrait de la Présidente Dubourg, collection privée, tous droits réservés Anne Mariotto

« Élites féminines et diffusion des savoirs au XVIIIe siècle », tel est mon sujet de mémoire. Au cours de mon année de Master 1, mon objectif était de dresser le portrait de la Présidente Dubourg, l’épouse d’un Président au mortier du Parlement de Toulouse.

Madame Dubourg est connue dans l’historiographie toulousaine pour avoir tenu de nombreux salons durant la seconde moitié du XVIIIe siècle. On pourrait la qualifier de « femme savante », car au-delà des salons, la Présidente procède à des expériences dans son cabinet de curiosités et tient correspondance. Je travaille en effet sur une correspondance entre la Marquise de Livry et la Présidente Dubourg. Cet échange dure près de trente ans, à raison de presque une lettre par semaine. L’échange épistolier compte aujourd’hui encore près de mille lettres.

Ces deux femmes sont issues de la noblesse parlementaire et sont des amies de longue date, partageant des nouvelles familiales, politiques, mondaines et scientifiques. Il s’agit d’une correspondance passive, car seules les lettres de la Marquise nous sont parvenues. Dresser le portrait de Madame Dubourg n’est donc pas possible.  Lors de ma soutenance, j’ai réalisé que je ne pouvais pas m’attacher simplement à écrire l’histoire de la Présidente ou à faire l’histoire du monde des salons à Toulouse à travers les sources que j’utilise. En échangeant avec ma directrice de recherche, Sylvie Mouysset, et avec Madame Christine Dousset, j’ai vraiment compris l’intérêt d’étudier une correspondance comme source historique.

Nouvelles approches

CC Wikimédia Commons / Domaine Public

Baquet de Mesmer, CC Wikimédia Commons, Anton Mesmer

Par conséquent, j’ai décidé de changer d’axe et d’approfondir la question de la lettre en tant que support matériel. J’effectue donc une étude sur la matérialité de la correspondance. Je cherche à comprendre comment est écrite une lettre, en étudiant chaque élément matériel : le papier, le cachet, l’adresse, la graphie, etc. Sur cet aspect, il est important de signaler les inestimables conseils de Géraud De Lavedan, archiviste aux Archives municipales de Toulouse. Il m’a notamment permis de mieux comprendre le fonctionnement des cachets et de découvrir la présence de filigranes dans le papier de la correspondance. Bien conscient de la particularité de l’approche, j’ai souhaité travailler sur un autre axe, en lien avec la transmission de savoirs. Je m’attache donc à étudier les nouvelles données dans les lettres qui sont d’ordre scientifique et technique, comme par exemple, les expériences sur l’électricité ou les baquets de Mesmer.

Parlons agenda !

Considérant cette nouvelle approche, le programme de travail de cette année est le suivant. D’abord, il s’agira de terminer le dépouillement des sources. L’objectif à atteindre s’étend sur 15 ans de correspondance, soit approximativement 500 lettres, à traiter d’ici la mi-novembre. J’en suis actuellement à un peu plus de 300.

En parallèle, la mise en place d’une bibliographie et d’une historiographie complète est à faire. Je commence ce travail dès maintenant et je compte terminer par la rédaction de l’historiographie pour la fin janvier 2017. Ensuite, je m’attaquerai au traitement des données sur la matérialité et sur la rédaction de la première partie, entre février et mars.

Puis, entre avril et mai, j’écrirai la seconde partie traitant de la diffusion des nouvelles scientifiques. Juin sera le mois de l’introduction et de la conclusion, avec force relectures. J’estime une soutenance possible pour fin juin ou début juillet. Nous verrons si les délais espérés seront possibles à tenir.

Image à la Une : CC Wikimédia Commons


Hugues Raynaud

Hugues Raynaud est étudiant en master 2, spécialisé en histoire moderne à l’Université Toulouse 2 – Jean Jaurès.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *