Il faut revoir sa copie !

Creative Commons, Pearson Education, Anonyme, 2016.

Tous droits réservés, Pearson Education, Anonyme, 2016.

La réalisation d’un travail de recherche, pour une première année de Master, soulève de nombreuses interrogations. Il impose également des réajustements d’ordre pratique et méthodologique afin de présenter un travail construit et synthétique à la fin de l’année.

Ces réflexions, mais aussi les imprévus propres à chaque recherche scientifique, ont fait évoluer mon sujet, notamment au niveau des pistes d’étude et des sources à étudier. Ainsi, pour cette première année de Master recherche, j’ai réalisé un travail principalement statistique sur les femmes collaboratrices en Haute-Garonne, d’après des sources judiciaires datées d’octobre 1944 à juillet 1945. Ces sources, notamment les arrêts et les dossiers de procédure examinés, proviennent essentiellement d’une des quatre juridictions d’exception de la Libération, à savoir la Cour de Justice de Toulouse.

Ma recherche repose également sur des textes de lois comme les ordonnances codifiant la répression des crimes pour fait de collaboration ou encore la peine d’indignité nationale. Grâce à une analyse quantitative, j’ai essayé de cerner la grande diversité des formes de collaboration féminine en Haute-Garonne, mais aussi de déterminer s’il existe une forme de sexuation dans les formes d’épuration au niveau du traitement des accusés, des peines appliquées et des exécutions sommaires. Les contraintes temporelles ont eu un impact direct pendant cette première année, notamment au niveau des demandes de dérogation et vis-à-vis de la profusion des sources judiciaires. Ces difficultés sont les principaux aspects qui m’ont contrainte à faire des choix méthodologiques, notamment en limitant les sources utilisées et en étudiant une période plus courte.

Nouvelles pistes après la soutenance

La soutenance a également permis de faire évoluer mon sujet en formulant d’autres questionnements pour le Master 2, tout en soulignant les limites de mon travail de première année. Parmi ces nouvelles pistes d’étude se trouve la nécessité des diversifier mes sources en m’intéressant principalement à la presse collaborationniste et à quelques écrits du For privé. À cela s’ajoute la volonté de réaliser une histoire des femmes et du genre plus poussée. Pour y parvenir, je souhaite proposer une analyse qualitative et m’intéresser aux discours de défense des accusés. Il s’agira d’étudier les champs lexicaux utilisés, les motifs invoqués, comparer les déclarations entre hommes et femmes, examiner le discours des instances judiciaires à l’égard des accusés.

Ce travail sera réalisé dès le mois de novembre afin d’étudier convenablement ces discours et d’avoir suffisamment de temps avant de passer à la rédaction à partir de février. Enfin, il serait intéressant d’élargir la recherche à la comparaison d’autres départements, même si peu de recherches ont été réalisées à ce jour. Parmi les quelques chercheurs ayant travaillé sur ce sujet, Anne Simonin, dont les travaux sur les femmes miliciennes dans le département de la Seine et surtout les catégorisations proposées dans son article La femme invisible : la collaboratrice politique, ont été d’une grande aide pour réaliser le portrait social des femmes collaboratrices.

Crédits Image à la Une : Tous droits réservés, Mémorial de Caen, Anonyme.


Lisa Laborde-tuya

En 2016, étudiante en master 2 Histoire, Civilisations, Patrimoine à l’ Université Jean Jaurès de Toulouse, je réalise un mémoire sous la direction de Sylvie Chaperon, sur les Femmes collaboratrices en Haute-Garonne de par mon intérêt pour l’Histoire des femmes, les questions de genre dans la guerre et la thématique de femmes et violence. Diplômée d’un BAC ES option européenne anglais, j’ai par la suite obtenu une licence Bi-disciplinaire en Histoire et Histoire de l’Art, Archéologie dans cette même université.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *