Tempus fugit : de Bernard Dadié à Diaoulé Karamoko

GG Google images

Frédéric Lemaire, « Bernard Dadié, itinéraire d’un écrivain africain dans la première moitié du XX siècle », L’Harmattan, Paris, 2008

En 2000, j’avais soutenu une maîtrise à l’université de Toulouse II- Le Mirail sous la direction de Sophie Dulucq. Que le temps passe vite, l’université s’appelait encore Le Mirail à cette époque et mon mémoire portait alors sur les premières années de vie de Bernard Dadié, célèbre écrivain ivoirien.

J’avais travaillé sur la période allant de sa naissance à sa sortie de prison (1916-1950). Cette maîtrise avait été ensuite publiée aux éditions de L’Harmattan en 2008, toujours grâce à Sophie Dulucq. Une publication qui avait été compliquée à mettre en œuvre car j’habitais alors en Angola, et il avait été nécessaire de récupérer mon mémoire sur la disquette où il avait été enregistré ! Une disquette … c’est dire que je parle ici d’un temps que les moins de 40 ans ne peuvent pas connaitre.

Mon travail s’inscrivait dans le retour, entamé une vingtaine d’années auparavant, de la biographie sur le devant de la scène historiographique. Le genre était sorti de la « cave » de l’histoire, de sa « période d’excommunication » et aspirait à rejouer les premiers rôles. Des biographies apparaissent comme s’il en pleuvait et toutes les grandes maisons d’édition avaient une collection dédiée. Les grands noms du passé avaient été étudiés, tels de Gaulle (par Lacouture), Pétain (par Ferro), et même encore, et même surtout, Saint Louis par Le Goff. Même les anonymes connaissaient, post mortem, leur heure de gloire. Je me souviens d’avoir lu avec beaucoup de plaisir le Ménétra de Daniel Roche, publié en 1982.

Ce travail de maîtrise m’avait fait découvrir, à mon humble niveau d’apprenti chercheur, « comment on écrit l’histoire » et j’avais pu rencontrer Bernard Dadié à Paris. J’avais utilisé ses écrits (pièces de théâtre, poèmes, articles journalistiques, romans) comme un matériau, comme des sources. Car j’avais constaté, en les plaçant en perspective avec sa vie, qu’il s’appuyait sur des pans entiers de son existence pour les insérer dans ses œuvres. J’étais également allé à la BNF consulter des journaux dans lesquels il avait rédigé des articles, j’avais fréquenté les librairies parisiennes de L’Harmattan, de Présence Africaine (il en avait été un des membres fondateurs en 1950) et bien d’autres encore dans le Quartier Latin afin d’y trouver des ouvrages sur l’époque étudiée, sur son œuvre. Au final, je m’étais déplacé à Paris, à Perpignan, à Toulouse (j’habitais Figeac au moment de la rédaction du mémoire), j’avais rencontré des hommes et des femmes que je ne connaissais pas, j’avais découvert des lieux, des logiques administratives de fonctionnement (celle de la BNF en particulier).

Et maintenant, que vais-je faire ?

GG Google images

P. Renouard, « Le Prince Diaoulé-Karamoko », Revue Illustrée, second semestre 1886, Planche hors texte

Mais tout ceci, c’était avant. Depuis mon retour en France, en 2009, je n’ai cessé de demander un congé de formation à mon administration. Graal que je viens enfin d’obtenir, du 1er octobre 2016 au 30 juin 2017. « Sacré Graal » que voilà ! Quid à présent du sujet de M2 ? Poursuivre avec Bernard Dadié ? Difficile, même s’il est toujours en vie et qu’il vient, à plus de 100 ans, de recevoir le prix UNESCO-UNAM James Torres Bodet pour l’ensemble de son œuvre.

Installé à Rodez, j’ai pensé travailler sur un sujet me permettant d’exploiter des sources locales. « Le Rouergue et l’Afrique » par exemple. Mais une visite aux Archives Départementales de l’Aveyron, puis une autre à la Société des Lettres de l’Aveyron, une discussion avec son conservateur enfin, m’ont amené à revoir ce projet. Pas assez de documents, ou des travaux qui ont déjà été menés. Comme celui autour de la vie de l’explorateur Camille Douls, né en Aveyron en 1864 et assassiné en Algérie à l’âge de 25 ans.

Sophie Dulucq m’a alors proposé de travailler sur un sujet inédit : « La venue en France, en août-septembre 1886, de Diaoulé Karamoko, fils de Samory Touré ». Exit le XXe siècle, place au XIXe ! Profitant de l’été, et d’un mois de septembre où j’ai été laissé libre par le lycée de Rodez où j’enseigne, j’ai commencé à « défricher » le sujet. Je ne suis donc pas dans ce domaine aussi avancé que mes « compagnons de doute » qui vont travailler en M2 dans la continuité de leur M1. Les remarques qui suivent seront donc à prendre avec beaucoup de précaution car je ne possède encore que très peu de recul sur mon sujet de mémoire.

Premiers pas en compagnie de mes « compagnons de doute »

A ce stade de mon travail, je ne peux encore émettre que des suppositions, proposer des pistes de réflexion sur ces « premiers pas ». Ainsi, je ne sais pas si Karamoko a laissé des écrits sur son passage en France. D’ailleurs, savait-il écrire ? Pour le moment, il me semble que cette recherche va s’inscrire dans une logique d’étude des représentations. Domaine qui relève de l’histoire culturelle, aujourd’hui très dynamique dans les recherches portant sur la colonisation de l’Afrique. Je pense travailler dans la perspective d’une étude du regard de l’autre – cet « étrange étranger » – et montrer comment le prince Karamoko, Africain de haut rang, a été vu par la presse française, quasi exclusivement parisienne selon mes sources, en cette fin des années 1880. Je pense donc avoir recours au site Gallica, cette bonne fée qui se penche avec beaucoup de bonheur sur le berceau des « bébés-chercheurs ».

Pour le moment, je suis dans une phase d’accumulation de documents ayant trait à mon sujet (j’y reviendrai dans un autre billet). Et, de façon parallèle, je lis les articles scientifiques qui traitent de l’historiographie de l’histoire coloniale. Je me « nourris » de cette façon de sources que je vais ensuite exploiter selon des axes de recherches que je pense pertinents.

Je pense pouvoir terminer cette première phase avant les vacances de la Toussaint. Puis, ensuite, exploiter tous les trésors que je ne manquerai pas de découvrir. Je n’écarte néanmoins pas l’idée de découvrir d’autres matériaux, chemin faisant. En particulier si je peux me rendre au centre des Archives Nationales d’Outre-Mer (ANOM) à Aix en Provence, ou bien à Paris et notamment aux bibliothèques de l’Université Paris I Sorbonne. Elles conservent les archives personnels d’Yves Person, auteur d’une monumentale, et quasi introuvable hélas, thèse sur Samory Touré, le père de Karamoko.

Crédit photographique Image à la Une : Karamoko et ses compagnons, Le monde illustré, 26 août 1886, CC.


Frédéric Lemaire

Enseignant titulaire dans le secondaire depuis 1999, je reprends mes études cette année. Après avoir enseigné dans un certain nombre de pays à l'étranger (Tanzanie, Kenya, Nigeria, Arabie Saoudite, Angola) puis avoir soutenu une maîtrise en 2000 à Jean Jaurès avec Sophie Dulucq, je poursuis avec un M2. Toujours autour de la colonisation en Afrique comme thématique, et toujours avec Sophie Dulucq.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 12 mars 2017

    […] Frédéric Lemaire, Tempus fugit : de Bernard Dadié à Diaoulé Karamoko […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *