And now for something completely different…

Rubrique-à-brac, tome 3, tous droits réservés, Gotlib

Pour des raisons que j’exposerai dans ce billet, j’ai choisi pour mon mémoire de Master 2 un sujet en apparence très dissemblable de celui que j’ai étudié pour celui de Master 1 – exception faite de la période concernée. Entre la petite correspondance d’un étudiant gascon à Paris en 1789 et la presse patriote d’extrême-gauche, il semble en effet y avoir une grande distance, autant dans la nature du document que dans le travail demandé.

 Les lettres de Jean-Louis Garac étaient riches en thèmes à parcourir : médecine, sciences, politique, anecdotes…  Elles permettaient de couvrir plusieurs sujets ainsi que de reconstituer tout un pan de l’univers matériel et idéologique d’un jeune provincial dans le Paris de 1789. Elles m’ont laissé un goût pour les documents manuscrits, ou du moins pour des écrits inséparables de leur contexte. Mais cette correspondance était aussi remarquablement brève : 31 lettres, dont deux ne sont que de simples missives. Malgré tout l’intérêt du témoignage, y consacrer une seconde année m’aurait condamnée à la redite : une fois la famille Garac restituée et les lettres analysées dans leur ensemble, le tour était fait. C’est d’autant plus le cas qu’il ne m’a pas été possible de trouver une correspondance comparable. Ce genre de document est rare : dénicher ce genre d’écrits produit par un inconnu, avec une telle proximité des événements relevait d’une quête chimérique. Mieux valait ne pas s’entêter. J’ai donc essayé de réfléchir à un nouveau sujet, passant en revue les thèmes récurrents du document et les sources que j’avais été amenée à utiliser.

La Nation française assistée de M. la Fayette, Gallica, estampe anonyme, tous droits réservés.

 J’ai depuis quelques années un intérêt certain pour l’histoire des représentations, notamment concernant le décalage courant entre la réalité des faits ou des personnages historiques et l’image déformée, mythique que nous nous en faisons. J’aime à savoir comment de telles images se sont progressivement formées. Ce processus intervient plus rapidement qu’on ne l’imagine : dans ses lettres consacrées aux journées qui ont précédé et suivi la prise de la Bastille, Garac prétend avoir vu les troupes de Lambesc charger des promeneurs paisibles le 12 juillet aux Tuileries. Quatorze prisonniers sont sortis de la prison selon lui, alors que les historiens affirment aujourd’hui qu’ils n’étaient que sept. Ce sont sans doute des gasconnades, des approximations,alimentées par la diffusion de rumeurs, elles-mêmes relayées par certains journaux et pamphlets. J’ai donc étudié brochures et exemplaires de journaux parus à la suite du 14 juillet comme les Révolutions de Paris. Un autre détail a attiré mon attention de la correspondance de Garac : sa relation avec les personnalités politiques du moment. Il ne se tarit pas d’éloges sur La Fayette, son véritable héros du jour, d’autant plus que l’étudiant est alors membre de la Garde nationale.

Les mésaventures de Gilles César

Ces deux éléments me firent penser aux aléas de la réputation du « Héros des Deux Mondes » dans la société française. S’il inspire de nos jours une sympathie plus ou moins indifférente au grand public (un sondage fait par Le Nouvel Observateur lors du Bicentenaire lui donnait 45 % d’avis positifs et 48% de réponses « sans opinion »), il passa d’enfant chéri de l’opinion patriote en juillet 1789 à un paria rejeté par presque tous les partis, bête noire des révolutionnaires jacobins au moment de sa capture par une garnison autrichienne le 19 août 1792. Les circonstances, les choix politiques de La Fayette et sa position inconfortable entre réformisme et défense de la monarchie expliquent bien entendu cette progression, mais il faut compter aussi avec une presse qui s’est attribuée une fonction de juge et d’accusatrice. Celle-ci veut dénoncer les complots et les mesures mettant en danger les acquis de la Révolution et les droits du peuple, scrutant les faits et gestes de personnages suspects. Les journalistes, élaborant leur propre réflexion politique, font de La Fayette un épouvantail concentrant sur lui toutes les peurs des militants populaires.

Les relations de La Fayette avec la presse de gauche (allégorie) ou Les Remords d'Oreste, Wikimedia commons, William Auguste Bouguereau

Les relations de La Fayette avec la presse de gauche (allégorie) ou Les Remords d’Oreste, CC Wikimédia Commons, William Auguste Bouguereau.

J’ai décidé pour l’instant de me concentrer sur les trois grands titres de la presse révolutionnaire « d’extrême-gauche » : Les Révolutions de Paris jusqu’à la mort du rédacteur principal Elisée Loustallot en septembre 1790, Les Révolutions de France et de Brabant de Camille Desmoulins et L’Ami du peuple de Marat. Après avoir établi une bibliographie sur La Fayette et sur ces journaux, je vais m’appliquer à relever les occurrences du premier dans ces publications, pour établir une liste de caractérisations par catégories (positives, négatives, champs lexicaux du courage ou de l’hypocrisie, références antiques…). Je ne sais combien de temps cela me prendra : n’écrivant pas bien vite, il faudrait que je commence à rédiger tôt, vers le mois de mars. La taille de l’échantillon étudié dépendra donc du temps qui me restera pour analyser ces journaux.

Image à la une : A Night at the Opera, les Marx Brothers et Sam Wood, listal, tous droits réservés.


Claire Roulot

Après avoir passé un Bac L, fait trois années de prépa Ecole des Chartes au lycée de Fermat à Toulouse. Admissible après avoir tenté une seconde fois le concours en mai 2015, s'en sort vivante mais pas prise. Fait un Master 1 en Histoire moderne à l'université Jean Jaurès, et n'a pas de certitudes sur ce qu'elle veut faire de sa vie, à part se consacrer à son obsession pour la Révolution française. Essaie de faire un mémoire intéressant sur la correspondance entre deux illustres inconnus, Jean-Louis Garac, étudiant d'origine gersoise en médecine présent à Paris entre 1788 et 1790, et son père, également médecin, également gersois et également prénommé Jean. La correspondance en question étant trop courte pour soutenir un mémoire de Master 2, elle passe à la presse, avec un sujet sur la réception de La Fayette dans la presse radicale entre 1789 et 1791.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 12 mars 2017

    […] Claire Roulot, And now for something completely different… […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *