Droit du corps, droit du travail : que choisir dans les 70’s ?

CFDT Aujourd’hui, n°31, mai-juin 1978, dossier : « Situation et luttes des travailleuses », 95J 8, Archives Départementales de la Haute-Garonne

Si je vous dis « années 1970 », vous me répondez changements, avancées des mœurs, transformations sociales. Mais pour qui ? Les femmes ont toujours des salaires inférieurs aux hommes et celles-ci sont victimes de la déqualification du travail ouvrier. Que faire ?

Les syndicats sont là pour les défendre mais peuvent-ils prendre un compte les intérêts d’un groupe particulier alors que leur principe d’action repose sur l’unité afin de lutter contre le capitalisme dans un processus de lutte des classes ? Dans le même temps, avec les « évènements » de mai-juin 1968 puis, le développement de la seconde vague du féminisme les femmes prennent conscience qu’elles peuvent dorénavant s’exprimer et défendre leurs revendications. Ce mouvement a-t-il une influence sur le syndicalisme ? Les femmes accèdent-elles plus facilement aux responsabilités ? Comment s’exprime la syndicalisation féminine à la CGT et à la CFDT dans les secteurs industriels de l’habillement, du textile et des cuirs en région toulousaine ?

Pourquoi la région toulousaine ?

L’historiographie des liens entre l’histoire du syndicalisme et l’histoire des femmes est récente, elle date des années 1970 avec les ouvrages de Margaret Maruani et de Marie-Hélène Zylberberg-Hocquard. Ces deux histoires ont été en mal d’institutionnalisation et n’ont vraiment émergé qu’après mai-juin 1968 et la libéralisation de la parole scientifique avec l’apparition de cours sur l’histoire des femmes notamment à l’université du Mirail à Toulouse. Il y a très peu d’études portant sur les régions. Dès lors, j’ai choisi la région toulousaine car c’est ma région natale et parce qu’aucune étude n’a encore été réalisée sur ce sujet.

Quelles sources ?

Mon étude s’appuie sur des tracts, de la correspondance, des journaux syndicaux, des rapports de congrès … conservés à l’Institut d’Histoire Sociale de la CGT de la Haute-Garonne, aux Archives Départementales de la Haute-Garonne et aux Archives Municipales de la ville de Toulouse concernant la région toulousaine et le niveau national afin d’établir des comparaisons. J’ai également pu interroger des militantes ayant travaillé dans ces usines dans les années 1970 afin de recueillir leur témoignage. Cela a été une expérience très enrichissante.

Quels résultats ?

Ouvrières piqueuses des établissements Ramonède à Colomiers. La Dépêche du Midi, édition Toulouse, 5 novembre 1972

Ouvrières piqueuses des établissements Ramonède à Colomiers. La Dépêche du Midi, édition Toulouse, 5 novembre 1972

A l’issue de cette recherche, il m’a apparu très clair qu’à cette époque, la place des femmes au sein du monde du travail est désormais non négligeable. Par conséquent, elles doivent pouvoir lutter comme les hommes pour le respect de leurs droits par l’intermédiaire du syndicalisme. Les déléguées affrontent plus facilement leur patron et expriment clairement leurs revendications. Les forts mouvements de grève, d’occupation d’usines en sont la preuve. Dans les usines féminisées de l’habillement, du textile et des cuirs, en difficulté croissante dans les années 1970, les femmes syndiquées sont majoritaires.

Cependant, au niveau du syndicat en Haute-Garonne, elles ont encore du mal à se faire une place pour accéder à des postes à responsabilité. C’est également le cas au niveau national malgré les politiques de syndicalisation mises en place par la CGT et la CFDT postérieures aux années 1970. Ces femmes sont encore confrontées à un blocage des mentalités dont sont conscients les syndicats. Les années 1970 sont toujours marquées par l’univers patriarcal imprégnant l’ensemble de la société française. Ceux-ci veulent une syndicalisation des femmes plus massive mais toujours au service de la lutte des classes. Ce n’est pas un objectif qui marche seul, la syndicalisation des femmes sert quelque chose de plus grand. Les années 1970 sont des années très politiques. La CGT et la CFDT veulent avant tout augmenter leurs effectifs pour être plus fort face au patronat. L’importance donnée aux Commissions Femmes vise à instruire les femmes au niveau syndical et non à prendre en charge leurs problèmes spécifiques. Le syndicat est avant tout une unité à défendre. Face à ce postulat, les syndicats éprouvent un certain malaise face à l’existence d’un « groupe femmes » avec des problèmes particuliers. La fin des Commissions strictement féminines à la CFDT au début des années 1970 et la mise en place de Commissions mixtes sont en cela assez représentatifs. Les femmes doivent pouvoir intégrer le groupe syndical et tout le monde doit pouvoir aborder les questions du travail des femmes. Ce procédé établit une cassure entre cette organisation syndicale et le mouvement gauchiste féministe souhaitant des groupes de paroles exclusivement composés de femmes pour permettre une plus grande liberté de parole.

Cependant, le mouvement féministe influence le milieu syndical. La CFDT, dès le début des années 1970, en est proche par l’intermédiaire notamment de Jeannette Laot avec son soutien au MLAC et par l’acception des gauchistes au sein de l’organisation. Quant à la CGT, son magazine Antoinette, aborde de plus en plus les sujets féministes à la fin des années 1970. La défense de la loi Veil représente un grand moment de lutte en commun pour ces deux syndicats au sujet de son renouvellement et de son amélioration en 1979. C’est dans cette défense que la CGT et la CFDT ont su s’unir et tenir des positions similaires. Dans les entreprises féminisées de l’habillement, du textile et des cuirs, ces luttes féministes restent quelque chose de « flou ». Ces sujets ne sont pas abordés au sein de l’entreprise ou alors très peu grâce à l’influence de déléguées intéressées par ces thèmes. En effet, dans l’usine le syndicat est représenté par des individus particuliers, ceux-ci ne défendant pas toujours les idées confédérales. Cela est spécifique d’une discontinuité entre le local et le national dans le domaine syndical. Néanmoins dans les années 1970, les luttes strictement salariales ont une incidence sur l’ensemble des droits des femmes : lutter pour de meilleures conditions de travail, c’est lutter pour une amélioration de ces conditions de vie. Dès lors « le travail libère les femmes ».

Quelles perspectives pour le M2 ?

Ces premiers résultats exposés ci-dessus m’amènent à me demander si dans les autres secteurs très féminisés de la santé, de l’éducation et des PTT, les syndiquées, sont-elles plus exposées aux idées féministes dans les années 1970 du fait de leur plus haut niveau d’éducation ? Il s’agira également de comprendre : de quelles manières dans les années 1970, s’exprimait la syndicalisation au sein des filières professionnelles très féminisées de la santé, de l’enseignement et des PTT ? J’aimerais voir grâce à ces nouveaux questionnements concernant ces filières s’il y avait des différences avec les filières de l’habillement, du textile et des cuirs étudiées en master 1. Si oui, pourquoi et comment s’exprimaient ces différences ?


Gonzalez Anaëlle

Je suis actuellement en première année de master d’histoire contemporaine à l’Université Jean Jaurès à Toulouse. J'ai commencé mes études après un baccalauréat économique et social par une première année de classe préparatoire littéraire au Lycée St Sernin. J'ai ensuite terminé ma licence d'Histoire à l'Université Jean Jaurès. Mon sujet de recherche sous la direction de Mme Chaperon et de Mr Boscus porte sur les femmes et le féminisme au sein du mouvement syndical dans les années 1970 en région toulousaine

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *