Le remembrement : un échec social et environnemental ?

 

« Le monde paysan bouge », 17/02/1960

Au sortir de la Seconde Guerre mondiale se met en place une politique de « modernisation » de l’agriculture française. Le remembrement rural constitue une partie essentielle de cette politique. Il est au départ un choix de la part des paysans notamment parce qu’il permet de répondre au problème du morcellement de plus en plus grand des exploitations agricoles et qu’il permet de faciliter le travail de la terre par les tracteurs. Nous observons cependant que, très vite, le remembrement va poser un certain nombre de problèmes dans les sociétés rurales. Face aux réticences d’une partie des paysans, les politiques et autres acteurs aux commandes des opérations vont mettre en place un remembrement « autoritaire ». Ce dernier va alors susciter la colère d’un grand nombre de paysans.

 

Le remembrement rural : de la nécessité de la « modernisation » aux oppositions paysannes

En 1941, sous le régime de Vichy, se met en place une politique de remembrement. Ce n’est pas la première loi concernant un remembrement rural qui aurait pour objectif, à travers la constitution d’exploitations rurales d’un seul tenant, de faciliter le travail des agriculteurs et d’accroitre la productivité. Dès le début du XXe siècle des lois sont votées mais elles remportent peu de succès malgré de nombreuses campagnes de promotion. Ce n’est pas non plus après la loi du 9 mars 1941 que se met véritablement en place le remembrement, il faut attendre la Libération et plus particulièrement la loi du 20 décembre 1952 pour que se mette en marche une politique plus forte qui va aboutir dix ans plus tard, le 8 novembre 1962, à une loi que l’on qualifie de code du remembrement. Dès lors, il va s’effectuer de manière beaucoup plus intensive et ce jusque dans les années 1980.

Dans l’un de ses derniers articles pour la revue des Annales, Marc Bloch s’inquiète du manque d’études sociales poussées sur le remembrement, sur ce qu’il appelle alors « l’atmosphère sociale du débat ». Ne remettant pas en cause l’utilité de l’opération il invite cependant à ne pas adopter, face aux difficultés et oppositions rencontrées, une « attitude inhumainement rationaliste et dédaigneusement intransigeante ». Malgré les mises en garde de l’historien, nous pouvons observer que c’est cette  attitude qui, dès 1953, est adoptée par les politiques et autres acteurs aux commandes et à l’origine de la relance des opérations de remembrement face aux premières oppositions et revendications, provoquant ainsi la colère de nombreux paysans.

Il convient aussi de noter que l’on se trouve à un moment particulier dans l’histoire du syndicalisme agricole français et plus généralement dans l’histoire des engagements politiques des paysans. En effet, depuis la fin du XIXe siècle et la naissance du syndicalisme agricole, on observe des continuités dans une relative « unité » paysanne. Cependant, dès les années 1960 on se trouve à un moment de rupture, le moment où émerge ce que l’on appelle la nouvelle gauche paysanne qui par de nombreuses crises et réunifications donne naissance à la Confédération paysanne dans les années 1980. Cette nouvelle gauche paysanne voit le jour à la suite de crises successives au sein des organisations syndicales majoritaires (FNSEA, CNJA, etc.) et à la suite d’une remise en question de plus en plus vive du productivisme, de la modernisation intensive, que ces dernières avaient portées au cours des années 1950 et au début des années 1960. La question du remembrement est au cœur de ces ruptures au sein des organisations syndicales car elle catalyse les oppositions.

Une histoire qui reste à écrire            

                 « Et, puisque je viens d’évoquer la résistance paysanne, je voudrais bien que, prenant comme terrain d’expérience trois ou quatre villages où le remembrement a été réalisé ou seulement envisagé, un chercheur s’attache, une bonne fois, à y décomposer, par classes économiques, par groupes d’âge ou d’instruction, les diverses réactions de l’opinion. » Marc Bloch, 1940.

Malgré l’invitation de l’historien on ne recense aujourd’hui aucune monographie consacrée spécifiquement au remembrement. Les évolutions de l’historiographie française nous permettent d’aborder cet objet d’étude appartenant à l’histoire du temps présent de manière différente. Cet objet d’étude, que constitue les oppositions au remembrement, intervient dans le domaine de recherche qu’est l’histoire sociale.

S’intéresser au remembrement et à ses contestataires c’est avant tout s’intéresser aux tensions et aux désaccords qui ont lieu dans les années 1960 au sein des organisations syndicales nationales. C’est ainsi observer la naissance d’une nouvelle gauche paysanne qui s’organise et qui va se constituer sous la forme de la Confédération paysanne. C’est une histoire syndicale qui, par un jeu d’échos, se rapproche des nouvelles questions de l’histoire environnementale. On peut à travers cette question tenter d’observer la naissance d’une pensée environnementaliste chez les paysans.

Interroger les oppositions au remembrement c’est aussi s’intéresser aux petits exploitants qui n’ont pas eu voix au chapitre. C’est s’intéresser à ces paysans qui n’ont pas été entendus ou qui n’ont pas pu se faire entendre, aux abusés de la prétendue « modernisation », du petit exploitant qui se suicide à celui qui quitte des terres ancestrales.

Quelles sources pour une histoire du remembrement ?

Si l’on s’intéresse à l’émergence d’une nouvelle gauche paysanne, il est nécessaire pour cela d’observer les évolutions des organisations syndicales nationales majoritaires. Un tel objet d’étude se verra donc éclairé grâce à l’utilisation d’archives syndicales. Des archives syndicales de différents types (tracts, notes manuscrites, compte-rendu d’assemblées générales, photographies, etc.) que nous pouvons trouver essentiellement au Centre Historique du Travail de Nantes, un centre riche de 23 fonds d’archives qui constituent le secteur « Paysans ».

Faire de l’histoire du temps présent sur des luttes sociales, notamment sur le monde syndical paysan, implique une place essentielle de l’oralité dans les recherches, des témoignages. Il est donc indispensable d’interroger les acteurs et notamment les syndicalistes ou militants car ces derniers conservent de nombreuses sources qui n’ont pas encore fait l’objet de dépôt aux archives et détiennent de nombreuses informations.  Il convient de noter qu’il s’agit d’une histoire sensible car les acteurs sont souvent encore vivants et les tensions au  sein des différentes organisations sont encore vives.

Les sources audiovisuelles permettent d’appréhender le sujet sous un autre angle. Il s’agit, pour certaines des sources audiovisuelles utilisées, d’émission faisant la promotion du remembrement. D’autres sources évoquent différemment le remembrement et les difficultés rencontrées dans certains villages. C’est donc un double discours que nous pouvons observer dans les sources audiovisuelles avec à la fois toute une production d’émissions qui ventent les prétendus mérites du remembrement et d’autres émissions qui elles s’intéressent davantage aux réticences des paysans. Les sources audiovisuelles sont d’une très grande richesse comme le dernier numéro de la revue Etudes rurales, intitulé « La caméra explore les champs », vient nous le confirmer.


ANDRE Antoine

Actuellement étudiant en Master 1 – Histoire, civilisations, patrimoine à l’Université Toulouse Jean Jaurès, j’effectue mes recherches sur le thème des oppositions au remembrement des années 1950 aux années 1970. Auparavant, j’ai effectué mes deux premières années de Licence au sein de l’Université Rennes 2 et ma troisième année au sein de l’université Aix-Marseille Université.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *