Du canard à la cochonne, du foie gras à la truffe : La Maison Chambon et Marrel

Truffes brossées en boîte de la maison Chambon et Marrel

 » Post hunc tradentur tubera, si uer tunc erit et facient optata tonitrua cenas maiores. ‘tibi habe frumentum’ Alledius inquit,’o Libye, disiunge boues, dum tubera mittas «    (Juvénal, Satire v/1).

Voilà déjà une chose intéressante de voir que ce champignon que nous appelons truffe suscitait déjà l’intérêt durant l’antiquité. Met d’exception, il est avec le foie gras l’un des produits incontournables du sud Ouest. Alors que l’histoire de l’alimentation est restée pendant longtemps un sujet partiellement traité, les études prenant toujours pour point de départ la question des crises alimentaires, il paraît utile d’alimenter ce pan de l’histoire d’une manière différente. Ainsi retracer le parcours de la Maison Chambon et Marrel, conserverie alimentaire trouvant ses origines dans le XIX e siècle, offre cette perspective et au delà permet également de façon moins globale, d’enrichir de manière intéressante et certaine l’histoire locale, et en l’occurrence celle du département du Lot.

 

De la vente sur les marchés à la fondation de la conserverie : origines et premiers succès de la Maison Chambon

 

Mon sujet de recherche porte donc sur l’histoire de la conserverie alimentaire lotoise de truffe et de foie gras Chambon et Marrel et ce sur la période 1880 – 1939. A l’origine on observe à travers la tradition orale, outil pouvant être utile quand les sources sont muettes ou inexistantes, que la famille Chambon à travers Jean et son fils Etienne né en 1839 était déjà en contact avec le marché de la truffe dans les années 1860, alors même que leur activité professionnelle ne tournait pourtant pas autour du champignon. En effet à l’origine cultivateur de père en fils Etienne se déclare néanmoins marchand en 1869, mais marchand « drapier », si l’on semble s’éloigner de la truffe il n’en est en fait rien, c’est d’ailleurs sûrement sur les marchés de Payrac ou de Martel où il se rend pour acheter des tissus que l’idée du commerce de la truffe a dû commencer a germer dans son esprit. La raison est simple il semblerait qu’ Etienne avait pour pratique régulière d’échanger sur les marchés locaux quelques paniers de truffes récoltées contre des tissus nécessaires à la confection des tenues qu’il vendait en tant que marchand drapier. En contact avec une famille pionnière dans le secteur de la truffe à Souillac durant les années 1870 – 1880, on imagine qu’Etienne dont on perd un peu la trace de l’activité qu’il a eu en rapport avec le champignon durant cette période, a flairé le potentiel commercial de la truffe, puisqu’on le retrouve en 1882 installé Place de la Hall à Souillac. Il est alors à la tête d’une structure organisée et déjà relativement développée puisque vendant des truffes dans pas moins de vingts quatre départements en France mais aussi et déjà vers l’étranger avec par exemple des cargaisons embarquées par fer en gare de Brive la Gaillarde et à destination de la Suisse, de la Belgique ou encore de la Grande Bretagne. On peut alors et au regard des sources qui deviennent alors abondantes parler réellement de « Maison Chambon », d’autant plus qu’en 1886 Etienne Chambon fait entrer dans son entreprise et à ses côtés son fils Antoine alors âgé de 21 ans, témoignant ainsi de la volonté de développer et de pérenniser l’affaire sur le long terme. On observe d’ailleurs que l’entreprise se fait alors renommer « Chambon et Fils », puis « Chambon Fils » en 1895.

La Maison Chambon connait donc une rapide et forte croissance de son activité à partir des années 1880, un développement qui lui ouvre les portes de nombreux concours où elle présente ses produits. Des produits dont on observe qu’ils sont par ailleurs diversifiés puisque la truffe n’est plus seule, la conserverie ayant étendu son activité avec la vente de foie gras. Parler ici des concours ou des expositions a son importance car ce sont de formidables vitrines qui assurent une belle publicité en cas de récompense. En ce sens on observe à partir de la seconde partie du XIX e siècle alors que ce genre de grands événements se développent, que les grandes maisons s’y précipitent afin de montrer leur savoir faire face à une concurrence qui se fait de plus en plus présente alors que nous sommes en pleine période de développement du secteur industriel des conserveries alimentaires. Concernant la Maison Chambon, on notera que son existence est jonchée de nombreux prix et ce très tôt, avec dès 1889 une médaille d’argent lors de l’exposition universelle de Paris. Une récompense qui annonce les prémices des nombreux autres succès futurs de l’entreprise.

Ne pas se fier aux apparences: la petite histoire peut être grande

 

Si au premier abord faire l’histoire de la maison Chambon et Marrel peut apparaître comme de peu d’intérêt, il ne faut pas oublier que c’est souvent la petite histoire qui fait la grande et même s’il n’y a pas ici de participation à de grands événements de l’histoire mondiale, il y a avec cette entreprise quelque chose de bien plus grand que les apparences le laisse paraître. En somme une véritable invitation très stimulante à aller creuser toujours plus loin au fil des découvertes dans l’histoire de cette conserverie lotoise. En effet à l’origine petite entreprise du Lot, on note que son développement s’accompagne d’une connexion de plus en plus importante à l’échelle continentale et internationale. C’est cet aspect qui fait prendre à l’histoire de l’entreprise une toute autre dimension. On observe en effet que la Maison Chambon vend comme dit prédédement, dès les années 1880 vers des pays comme la Suisse la Belgique ou encore la Grande Bretagne et va construire au fil du temps tout un réseau très bien organisé de représentants ou agents dans diverses villes d’Europe ou du monde, afin de faire connaître la marque et doper les ventes. Ce réseau se caractérise donc par des relais locaux tenus par des individus sélectionnés pour leurs qualités de marchand, de représentant,par un certain Arthur Kurtz, le représentant international de la maison Chambon qui soumettait ensuite les candidatures directement à l’approbation de monsieur Chambon.

L’étude de ce réseau est très intéressante car elle permet de comprendre comment ce faisait le développement de l’entreprise, les commandes ainsi que l’envoi, le mode de transport, et de manière générale la façon dont s’organisait l’ensemble du commerce. Arthur Kurtz est un personnage central dans le développement de l’entreprise à l’étranger et ses nombreux voyages permettent d’apprécier à quel point les produits de la Maison Chambon parcouraient le monde. On observe ainsi qu’il s’est rendu durant ses années de service dans tout les pays d’Europe mais également aux Etats Unis ou encore en Egypte. Sur place les agents locaux de la maison Chambon choisis par Kurtz et monsieur Chambon, avaient pour objectif de trouver des clients et de transmettre les commandes à la maison mère. On peut notamment citer Charles Marchand qui accepta en 1908 après demande d’Arthur Kurtz et approbation de la Maison Chambon au regard de son profil de devenir l’agent local de l’entreprise à Saint Petersbourg. Ce français est notamment à l’origine de la transmission de commandes très prestigieuses dont on retrouve trace dans les correspondances et notamment dans une lettre datée de 1913 qui fait état d’une demande de livraison de 100 ¼ de truffes pelées extra à monsieur Cubat cuisinier de sa majesté l’empereur. Cette commande directement destinée à être servie à la table du Tsar de Russie Nicolas II par le chef cuisinier français Cubat, cuisinier de la cour impériale depuis Alexandre II de Russie, montre le rayonnement, la grande réputation de la maison Chambon à l’époque.

Tournée d’Artur Kurtz en 1912: une tournée de 4 mois dans toute l’Europe. Origine AD du Lot.

Concernant le transport des cargaisons, on observe que la pratique courante était le transport par fer c’est à dire par train, ou par bateaux par exemple au départ du port de Bordeaux à travers des compagnies danoises ou suédoises pour les commandes destinées à l’Europe du Nord ou à la Russie.

Si des ventes étaient réalisées dans de nombreuses zones du globe, on observe parallèlement et il paraît important de le souligner que la Maison Chambon avait aussi recours à de la matière première étrangère en complément de celle locale. En effet des courtiers était envoyés particulièrement en Italie afin d’acheter des truffes italiennes. Cela semble surprenant, et pourtant la pratique était répandue, puisque les lettres des courtiers de la maison Chambon, envoyées pour les tenir au courant de l’avancement des affaires, font état également de la présence de courtiers provenant d’autres pays mais aussi de France et représentant des conserveries alimentaires concurrentes. On peut notamment citer le cas de monsieur Bladier stationné en janvier 1899, dans une auberge à Spoletto où se trouve également trois concurrents français et deux italiens. Obligé à la cohabitation mais épiant les allers et venues des un et des autres, l’atmosphère s’en trouve très pesante et nous permet de mieux cerner les enjeux d’une concurrence qui se veut féroce autour de la truffe italienne. Une truffe moins chère qui devait alors permettre aux conserveries de dégager de plus gros bénéfices.

Pour conclure cette petite présentation:

L’ Histoire de la Maison Chambon de 1880 à 1939 c’est donc l’histoire d’une entreprise de ses origines modestes et locales à son développement à l’international. C’est l’histoire d’un savoir faire, d’hommes et d’innovations. C’est l’histoire d’une réussite face à des conjonctures pas toujours favorables, à savoir les débuts de l’industrie alimentaire de la conserve, la Première Guerre mondiale et la crise de 1929. C’est finalement la petite histoire locale qui au fil du temps prend une toute autre dimension en se développant à une échelle beaucoup plus importante, touchant à des aspects tant économiques que sociaux et politiques. Concernant les archives nécessaires à la réalisation de ce mémoire j’ai eu la chance que monsieur Mayssonnier dernier dirigeant des conserveries Chambon et Marrel est fait le dépôt de l’ensemble des fonds de l’entreprise aux archives départementale du Lot cette année pour un total d’une trentaine de mètres linéaires. Un fond riche est extrêmement intéressant composé par exemple de document de comptabilité, de correspondances avec les représentants à l’étranger, de documentation professionnelles, de photographie et documents iconographiques tel que des étiquettes de conserves. 

 

 

 

 


Antony Rodrigues

Etudiant en Master 1 recherche en Histoire contemporaine à l’université Toulouse Jean Jaurès (2017-2018), sous la direction de Sylvie Vabre, mon mémoire porte sur les conserveries alimentaires de truffes et de foie gras dans le Lot de 1860 à 1939 et plus particulièrement sur le cas de la maison Chambon et Marrel à Souillac.
Diplômé d’une licence d’Histoire à l’Université Jean François Champollion d’Albi (2016).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *