« Un art, un humanisme et une science » ; la prostitution de Grisélidis Réal

Grisélidis_Réal, Erling Mandelmann, 1998

Grisélidis Réal, Erling Mandelmann, 1998

Selon Grisélidis Réal, se « prostituer est un acte révolutionnaire ». En effet au milieu des années 1970 elle s’engage dans la lutte pour les droits des prostitué-e-s qu’elle découvre en France et entend exporter en Suisse. Si elle devient ensuite une militante incontournable du mouvement, elle n’a pas toujours vécu la prostitution comme un engagement politique.

Grisélidis Réal est née en 1929 à Lausanne et morte en 2005 à Genève où elle est enterrée. Avant même de commencer à se prostituer, elle mène une vie marginale d’artiste (peintre, écrivaine), certes assez précaire mais qui lui permet de s’introduire dans les cercles intellectuels suisses. Mère de quatre enfants de trois pères différents, elle finit par choisir la prostitution qui lui assure une situation financière plus stable que les métiers qu’elle a eu auparavant.

Quelles sources ?

Grisélidis Réal a été une auteure prolifique. Sa correspondance, assez volumineuse, a été publiée en plusieurs volumes souvent agrémentés d’articles de journaux ou de textes et poèmes de sa main, tout comme un journal de prison ou un carnet répertoriant sa clientèle. J’ai donc la chance d’avoir accès assez facilement à de nombreuses sources de bonne qualité. Cependant, le fait même que ses écrits aient été publiés peut poser problème. En effet, les lettres (lorsqu’il s’agit des correspondances) ainsi que les divers autres textes ont été choisis et mis en ordre par les éditeurs ou les ayants droits (ses quatre enfants ici, qui ont les ont retrouvés et ont sélectionné ceux qu’ils souhaitaient publier). De plus au sein même de ces textes des coupes et modifications (signalées par l’éditeur) ont été effectuées. Ainsi la non-exhaustivité et la modification partielle des sources sur lesquelles j’ai choisi de travailler sont des éléments à prendre en compte dans le travail de recherche.

D’une prostitution à l’autre.

Extrait du répertoire de clients de Grisélidis Réal (1977-1995), in REAL Grisélidis, Carnet de bal d'une courtisane, Verticales, 2005, Genève, 115p.

Extrait du répertoire de clients de Grisélidis Réal (1977-1995), in REAL Grisélidis, Carnet de bal d’une courtisane, Verticales, 2005, Genève, 115p.

Si l’on en croit sa correspondance Grisélidis Réal a commencé à se prostituer à Genève au début des années 1960. Elle y fait référence pour la première fois dans une lettre écrite à son ami et écrivain Maurice Chappaz qui est un de ses correspondants privilégiés. Elle mentionne pour la première fois son activité de manière assez discrète, sans la nommer vraiment. Peut-être est-ce dû à la honte d’exercer un « métier » stigmatisant et dont le statut juridique n’est pas vraiment clair? Quoiqu’il en soit, au fur et à mesure de ses lettres, ses allusions se font plus précises et directes (clients, heures et lieux de travail, difficultés avec la police…). Il semblerait que son activité de travailleuse du sexe devienne pour elle un véritable métier, avec ses pratiques et revenus spécifiques, bien que très difficile et dégradant selon ses propres mots. Il est alors intéressant de constater le chemin parcouru entre cette première prostitution « cachée » et son engagement revendiqué comme « catin révolutionnaire » dans les années 1970. En effet après la « révolution » des prostituées qui débute en France en 1975 avec l’occupation d’une église par des prostituées lyonnaises, Grisélidis Réal affiche ouvertement son statut de travailleuse du sexe, de « putain », et revendique ses droits et sa liberté. Le contraste est en effet frappant entre sa correspondance des années 1960 et les articles de journaux dans lesquels elle adopte un ton volontairement provoquant, et montre la prostitution comme un métier comme les autres, voire comme une activité libératrice et nécessaire.

Un féminisme qui s’ignore ?

 Si les questions que soulève Grisélidis Réal s’inscrivent dans le débat féministe sur la prostitution, elle-même ne semble pas s’identifier comme féministe, ni même comme proche du mouvement. Pour résumer très schématiquement les enjeux de ce débat, rappelons qu’il divise les féministes en deux camps, celles et ceux en faveur de l’abolition de la (réglementation) de la prostitution et les autres, en faveur de la réglementation. À la fin de son parcours Grisélidis Réal parait donc se rapprocher des réglementaristes « radicaux » qui non seulement veulent que la prostitution soit à nouveau réglementée (accès aux allocations, possibilité de cotiser pour une retraite…) mais qui en ont une vision assez romantique, oubliant souvent les conditions réelles d’exercice des travailleurs/euses du sexe. En effet lorsqu’elle encourage ses collègues de s’engager ouvertement dans la lutte pour les droits des prostitué-e-s, elle fait l’impasse (dans ses textes du moins) sur les difficultés et la précarité des prostitu-é-e-s dont les statuts et conditions de travail sont très hétérogènes et souvent éloignés du confort dont elle jouit en tant que figure de proue du mouvement.

Grisélidis Réal est une personnalité complexe et ambiguë. Il est parfois délicat de faire la différence entre le personnage public, la militante et la prostituée, si tant est qu’il faille en faire une. Aussi, il peut paraître compliqué de comprendre quel a vraiment été son rôle dans la lutte pour les droits des prostitué-e-s. N’en a-t-elle été que l’égérie flamboyante ou a-t-elle joué un véritable rôle politique?


Camille Cazalé

Je suis actuellement (2015) en première année de Master d’Histoire contemporaine à l’Université Jean Jaurès à Toulouse. Après un cursus de deux ans dans une classe préparatoire Lettres-Sciences Humaines (LSH) avec une spécialisation en Lettres Modernes au lycée Saint-Sernin de Toulouse j’ai décidé de poursuivre ma licence en Histoire à l’Université de Toulouse avant de partir étudier un an en Suède. Mon sujet de recherche sous la direction de Mme Catherine VALENTI porte sur le parcours de Grisélidis Réal (1929-2005), prostituée, militante et écrivain genevoise.

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Menine dit :

    Bonjour, Si jamais j’ai rencontré plusieurs fois Grisélidis et ai un enregistrement en sa compagnie… Femme extraordinaire!!….

    • Camille Cazalé dit :

      Bonjour, merci de votre commentaire. Votre enregistrement m’intéresse. Je vous envoie un mail à l’adresse indiquée dans votre profil.
      Bien cordialement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *