Et si on parlait des origines nationalistes de L’Europe ?

Bibliothèque nationale de France, département Estampes et photographie, EI-13 (1146), [3 septembre, réunion de la S.D.N.,] Genève, messieurs Herriot et Briand : [photographie de presse], 1924

Le 29 septembre 1929 le ministre des affaires étrangères et président du conseil de l’époque, Aristide Briand, propose à la SDN un projet d’union européenne devant une assemblée de la SDN composée des représentants des différents Etats membres de l’organisation Genevoise. La manière d’organiser cette Europe, sa définition tant politique que géographique n’y est pas précisément aborder. Seul semble compter l’objectif et l’intention.

Comment ça ! L’idée d’Europe n’est pas naît en 1951 avec la CECA (Communauté Européenne du Charbon et de l’Acier) dans l’intention d’éviter les horreurs qu’a pu produire la seconde guerre mondiale ? Et bien non, ce n’est pas le cas. Pour expliquer pourquoi, il faut remonter au origines de la période de l’entre deux guerre, dans une Europe meurtrie qui se remet à peine de son bain de sang fratricide.

Une Europe unie par un désastre commun

Si l’idée d’une unité européenne a souvent été sous-jacente chez de nombreux penseurs politique depuis le moyen âge voir l’empire romain, cette idée à véritablement émergée au lendemain de la première guerre mondiale. Il y a en effet chez les penseurs de l’époque un constat de déclin de l’Europe à la suite de la grande guerre, surtout face aux puissances émergentes que sont les Etats-Unis et le Japon. La cause de ce déclin découle donc de la désunion de l’Europe et donc logiquement la solution serait une union de cette Europe.

Si le constat est le même pour tous, il y a divergence tant  sur la manière de fonder cette Europe que sur ses limites. Par conséquence, de nombreux mouvements européistes différents naissent dans l’effervescence des années 1920 tel que le mouvement Pan Europe de monsieur Richard Coudenhove-Kalergi, le comité fédéral de coopération européenne ou encore l’initiative scandinave pour une union européenne du docteur Heerfordt par exemple.

Ces mouvements prônent une union pour endiguer le déclassement de leurs pays face à la montée de nouvelles puissances. Donc paradoxalement l’idée d’une union européenne semble découler d’un certain nationalisme présent dans ces mouvements. Ce nationalisme se retrouve cependant à des degrés divers comme le souligne les origines multiples de R. Coudenhove-Kalergi.

Quel rapport avec le projet d’union européenne d’un ministre des affaires étrangères me direz-vous ? Et bien le fait est que durant cette période le ministère des affaires étrangères français était en lien avec nombre de mouvements européistes. Le quai d’Orsay soutenait et promouvait ces mouvement européistes ; en retour ; les actions pro-européennes de celui-ci furent soutenu par ces mouvements. Pour comprendre pourquoi la diplomatie française des années 1920 soutien les mouvements européistes et donc un plan d’union européenne il faut revenir à la fin de la première guerre mondiale, lors du traité de paix de Versailles.

L’Europe fédérale: la solution à un problème diplomatique français ?

En 1919, lors du traité de Versailles, c’est Clemenceau qui représente la France. Aristide Briand n’y participe même pas. Lors des négociations, l’Allemagne  est considérée comme la principale responsable de la guerre et doit supporter la plus grande part des réparations. Briand comprend vite le déséquilibre et l’instabilité en germe dans ce traité. Ce traité créé en réalité un déséquilibre qui met en exergue un second déséquilibre. Du point de vu du droit, il y a un déséquilibre en faveur de la France, à laquelle, l’Allemagne doit des sommes colossales. Mais du point de vu de la puissance, le déséquilibre est en faveur de l’Allemagne avec une industrie bien plus efficace et une population de 70 millions d’habitants contre seulement 40 millions en France.

Sachant cela, la diplomatie française comprend que l’Allemagne peut être tentée d’utiliser cet avantage pour éviter de payer de trop lourdes réparations dont la justification semble douteuse pour une majorité d’allemand qui appelait le traité de Versailles le « Diktat ». Cela amènera Briand à rechercher une alliance avec les Etats-unis puis surtout avec le Royaume-uni dans le but de dissuader l’Allemagne de cette tentation. Or l’un et l’autre se refusent à une alliance militaire avec la France par peur de se revoir entraîné dans une guerre sans y avoir des intérêts, la laissant donc seule face à la fragile république de Weimar. Désespéré, Briand ose même parler de retoucher aux closes de Versailles sur les réparations pour séduire les Britanniques. Cela provoquera son départ du ministère des affaires étrangères en 1922.

Revenu à ce même ministère en 1924, Mr Briand se rend compte au fur et à mesure du problème inextricable de la situation française. D’un coté il doit se montrer clément avec l’Allemagne sur les réparations pour obtenir l’appui des anglo-saxons ;  mais de l’autre coté il doit se montrer ferme avec l’Allemagne si il veut le soutien de la population française. L’équation se révélant impossible, une nouvelle voie semble lui venir en tête: le rapprochement avec l’Allemagne dont l’aboutissement serait l’union européenne. Mais alors la proposition d’une union européenne de Mr Briand n’est-elle qu’un moyen d’éviter un nouveau conflit entre l’Allemagne et la France ?

Un doux rêve balayé par le souffle de son époque

Archives de l’ONU, Cote inconnue, Caricature de Briand par Deso et Kellen dans un numéro spécial de la revue « Le Rire » intitulé Le »testament de Genève », 26 septembre 1931

Il est vrai que le flou dans lequel est resté le plan d’union fédérale européenne de Mr Briand peut s’expliquer par le fait que les intentions de la diplomatie française étaient de se prémunir contre l’Allemagne. Ce flou permettait d’empêcher le rejet en bloc de ce projet de toutes les délégations qui avaient des visions différentes de l’Europe. Ce n’étaient pas la seule raison de rester vague sur le projet, surtout que l’Allemagne n’était pas dupe des intentions françaises.

La France était vu comme la principale puissance continentale au sortir de la guerre et les petits Etats européens redoutaient son impérialisme. Par conséquent, le fait de laisser les discussions ouvertes sur la manière de créer l’Europe était une manière de rassurer ses petits Etats européens comme l’était l’affiliation de cette Europe à la Société Des Nations. De plus, cela rassurait aussi les autres Etats à l’international car l’Europe pouvait être vu comme un moyen de renforcer la puissance européenne par antagonisme aux autres puissances mondiales. Le flou vient aussi du fait que le plan Briand, éminemment politique, finit par devenir avant tout économique. Cela en partie pour rassurer les opinions nationales sur une éventuelle perte de souveraineté des nations si une Europe devait se construire.

Mais le flou de ce projet tient aussi à la personnalité d’Aristide Briand et au projet lui-même. C’est le projet idéaliste d’un vieil idéaliste au verbe puissant et à la voix envoûtante qui tente, par des discours portant sur la beauté même d’un tel projet, de rallier l’Europe à sa cause. Or, un tel projet sans techniciens manque forcément de précision. Tout cela alors que les tensions montantes en Europe rappellent sans cesse que le temps presse. Après le dépôt d’un mémorandum en mai 1930 donné à l’étude aux différents gouvernements, le projet s’effacera, balayé par les violences et les peurs souterraines d’une époque que le déclenchement de la crise économique de 1929 se chargera de faire remonter à la surface.


Thomas Retoré

Etudiant en M1 d’Histoire contemporaine. j’effectue un mémoire sur le projet d’Europe fédérale d’Aristide Briand sous la diréction de monsieur Bertrand Vayssière.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *