« Omar m’a tuer » récit d’une faute d’orthographe

CC, Omar Raddad à l’avant-première du film Omar m’a tuer, 2011

Lundi 24 Juin 1994, Mougins, Ghislaine Marchal, riche héritière et veuve fortunée est retrouvée sauvagement assassinée dans sa villa « la chamade », à côté de son corps on trouve écrit en lettres de sang « Omar m’a tuer » ce qui semble être la dernière parole de Madame Marchal. La faute d’orthographe paraît surprenante, tous ses proches ventant le niveau d’éducation de la victime.

Cependant, il se trouve qu’il y a un dénommé Omar dans son entourage. Aussitôt le jardinier de Madame Marchal, Omar Raddad, est inculpé pour meurtre. Le coupable est d’ores et déjà tout trouvé. Petit jardinier pour les riches propriétaires de la commune, issu de l’immigration maghrébine, de petits revenus justifiant de ce fait un besoin d’argent, des vices cachés que l’on ne saurait vérifier, Omar est  le coupable parfait. L’Affaire aurait pu être considérée comme close les médias auraient pu en rester là, laissant  tomber le cas Raddad dans l’oubli à peine les faits énoncés dans la presse comme tout bon fait-divers. Cependant, il n’en est rien et l’affaire qui découle de ce fait-divers est encore d’actualité aujourd’hui, grâce au travail des avocats, en particulier celui de  Jacques Vergès, qui sera vivement critiqué suite à la comparaison entre cette affaire et l’Affaire Dreyfus. Les journalistes jouent aussi un rôle important, aidant à dévoiler les dessous d’une enquête pour le moins atypique.

Après le fait-divers, l’Affaire

Mon but n’est pas de proposer une énième réécriture de l’affaire Omar Raddad, ce qui se rapprocherait plus du travail du détective privé que de celui de l’historien. Je cherche à travailler sur le traitement médiatique de cette affaire atypique en ayant pour idée de voir ce que devient le fait-divers une fois énoncé. La médiatisation joue un grand rôle sur la réception par l’opinion publique de ce qui peut sembler n’être qu’un simple drame de la misère. On peut ainsi estimer que dès que l’on commence à parler de manière régulière du même sujet, on quitte le fait-divers et on rentre dans d’autres thématiques. En effet, en Juin 1994 on nous fait part d’un meurtre, suite à cela on découvre les mots probablement écrits par la victime, puis on s’intéresse à l’enquête qui en découle, l’information à l’honneur de quitter la rubrique fait-divers pour rentrer dans celle bien plus noble de la justice. Les conditions dans lesquelles l’enquête est menée est le premier élément qui commence à intéresser les journalistes, les légistes n’arrivant pas à s’accorder sur l’heure de la mort de la victime. D’autres éléments paraissent curieux aux différents protagonistes de cette affaire atypique, le corps de Ghislaine Marchal est incinéré très rapidement après sa découverte, empêchant de ce fait aux équipes de médecine légale de faire leur travail correctement, de plus on assiste à une destruction de certaines preuves, notamment les dernières photos prises par la victime. Outre la victime, l’enquête mené sur l’accusé paraît suspecte aux yeux des différents journalistes, une vision malsaine d’Omar Raddad est ainsi montrée dans les médias dans un premier temps. Il est présenté comme un homme plein de vices, accro aux jeux d’argent et client régulier des prostituées. Au fur et à mesure, ces vices cachés vont être remis en doute dans les médias, les différents témoins reviennent régulièrement sur leurs propos. Un autre élément dérange : Omar Raddad ne parle pas couramment le français, cependant cette information n’a pas été jugée utile par les policiers qui ont procédé à un premier interrogatoire sans recourir aux services d’un interprète, ce qui enlève aux déclarations du suspect une grande partie de sa pertinence. Ces différents éléments de curiosités ne sont qu’un exemple de ce que l’Affaire a de suspect à nous proposer, cependant c’est l’avocat d’Omar Raddad qui va faire prendre à l’Affaire une ampleur rare dans l’Histoire de la justice en France.

De l’Affaire Raddad à une Affaire Vergès

CC, Jacques Vergès au procès de Khieu Samphan, 2011, Wikipédia

Jacques Vergès, défini comme l’Avocat de la Terreur par Barbet Schroeder dans son documentaire paru en 2007 est la figure emblématique de la médiatisation de l’Affaire Raddad, qui n’est dans sa carrière qu’une polémique en plus. Ancien résistant, engagé dans la lutte du FLN et avocat de certain de ses partisans, notamment Djamila Bouhired qu’il épousera par la suite, la proximité avec le client étant une valeur importante pour lui. Il est aussi l’inventeur de la fameuse stratégie de rupture et une des figures importantes de la justice française ainsi qu’une personnalité publique des plus complexes que l’on aime montrer en exemple dans les médias. Vergès n’en est pas à sa première polémique. Il fait scandale en 1994 suite aux délibérations du jury le soir de la condamnation d’Omar Raddad en déclarant :  » C’est la célébration de l’anniversaire du centenaire de l’Affaire Dreyfus. Il y a cent ans, on condamnait un officier qui avait le tort d’être juif, aujourd’hui on condamne un jardinier parce qu’il a le tort d’être maghrébin ». Le mot est lancé. Pour son avocat, l’accusé est en fait victime de machinations et se présente comme Alfred Dreyfus, cette citation peut être vue à la fois comme une provocation de la part de cet avocat de la terreur mais aussi un moyen de rentrer au Panthéon des figures emblématiques de cette fin de XXème siècle. S’ensuit une surmédiatisation du ténor du barreau, s’opérant parfois aux dépents de son client, qui reste en prison durant plusieurs années pendant que lui arpente les plateaux de télévision, en résultera dans l’opinion publique l’image d’un homme qui publie plus de livres qu’il ne gagne de procès. Malgré cette image de personnalité publique qui lui colle à la peau, Vergès sera l’un des grands défenseurs de la révision du procès d’Omar Raddad, et ce même après sa grâce présidentielle en 1996.

Une Affaire constamment dans l’actualité

On pourrait penser que la libération en 1998 de l’accusé signerai la fin de l’Affaire Omar Raddad, cependant cette grâce n’était pas suffisante aux yeux des différents acteurs de la défense ainsi que pour le condamné lui-même, qui estime s’être fait ôter 7 ans de sa vie dans cette histoire. Dès sa sortie, des mouvements se mettent en place pour demander la révision du procès de manière à innocenter une bonne fois pour toutes l’homme qui a passé 4 ans en prison pour un crime qu’il n’a pas commis. Ces demandes n’aboutieront pas malgré l’abondance des écrits et des contre-enquêtes publiés par différents journalistes et détectives privés. La parole d’Omar Raddad se libère aussi et il produit même un livre pour expliquer son point de vue quant à toute cette histoire. L’homme trop souvent relégué au second plan de son propre pocès sort de l’ombre et gagne en médiatisation au fil du temps. Malgré tout, à ce jour l’Affaire n’est pas terminée et il arrive que des demandes de révision de l’enquête ou du procès soit faites via la presse mais aussi via d’autres médias comme la télévision et les réseaux sociaux. Il est de plus intéressant de noter qu’il existe encore une partition minoritaire des gens travaillant sur le sujet qui s’opposent à toute révision, croyant encore à la culpabilité d’Omar Raddad, permettant ainsi d’opérer un rapprochement intéressant avec l’Affaire Dreyfus comme l’avait fait Vergès des années auparavant. Les mentions à Jacques Vergès et de fait à l’Affaire étudiée sont de plus en plus nombreuses en cette période de grande médiatisation des procès et des avocats, dont Me Dupont-Moretti est un bon exemple avec la polémique qu’il a suscité suite au procès d’Abdelkader Merah.

Crédits de l’image à la une : CC, Pixabay, 2014

 

 

 

 


Pablo Campi

Etudiant en Master 1 recherche en histoire contemporaine à l’Université Toulouse Jean Jaurès sous la direction de Jacques Cantier. Etudie le traitement médiatique de l’Affaire Omar Raddad.
Précédemment, étudiant en histoire à l’Université Jean Jaurès depuis 2014.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *