« Qui sème le vent récolte la tapette » : l’homosexualité militante dans les seventies

Sérigraphies réalisées en 1978

Sérigraphie du GLH de Bordeaux réalisée en 1978

« Notre groupe entend lutter pour la libération de l’homosexualité des hommes et des femmes. Nous souhaitons réunir tous ceux et toutes celles qui veulent lutter contre l’oppression dont sont victimes les homosexuels en particulier et contre le refoulement de l’homosexualité en général. » Extrait du Manifeste du Groupe de Libération Homosexuel Politique et Quotidien. 1976.

À l’origine de mon désir d’élaborer un travail de recherche sur l’histoire des mouvements militants homosexuels, je peux sans nul doute évoquer les étagères presque vides dans les librairies et les bibliothèques sur les thématiques LGBTQIA. L’histoire des Groupes de Libération Homosexuelles n’a jamais été écrite. Il n’existe que de très maigres références bibliographiques sur le sujet, et les quelques lignes qui leurs sont consacrées sont souvent noyées dans une histoire plus longue des mouvements militants homosexuels, quand ils ne sont pas tout simplement éclipsés par l’éclat du Front Homosexuel d’Action Révolutionnaire (FHAR 1971 – 1974).

Les GLH comme structuration politique de l’homosexualité militante

En juin 1974, la « commission jeune » du mouvement homophile Arcadie et un groupe du FHAR connu comme étant « le groupe de Jussieu » créent à Paris le Groupe de Libération Homosexuel qui va par la suite se développer en région. L’unité dans le GLH de Paris va durer moins d’un an. Pour des raisons de conflits idéologiques et de stratégies politiques, il éclate en trois tendances différentes : le GLH – Groupe de base, le GLH 14 décembre et le GLH – Politique et quotidien. Pendant que Paris se déchire, des groupes apparaîssent sur tout le territoire français pour être présents dans près d’une trentaine de ville en 1979.

Pendant près de cinq ans, à travers toute la France, ces groupes se constituent en un véritable mouvement homosexuel luttant pour l’abrogation des lois discriminatoires sur l’homosexualité ou la libération sexuelle, tout comme ils se joignent à la classe ouvrière pour participer au combat anticapitaliste.

L’été 1979 marque un tournant dans l’histoire des GLH avec l’organisation de la première Université d’été Homosexuelle. La perspective politique de ces groupes évolue à l’instar de tous les mouvements politiques en cette fin de ce que les historiens appellent les « années 1968 ». Le Comité urgence anti répression homosexuel (CUARH), nouvellement créé, remplace les GLH. Les nouveaux discours abandonnent la rhétorique « radicale » de l’ « oppression » et de la « libération » pour celle, plus « libérale », des « droits » et de la « reconnaissance ».

Quelles sources pour travailler sur l’homosexualité militante ?

tract1978-Copi

Tract pour les élections législatives de 1978 dessiné par Copi

Contrairement à de nombreux pays anglo-saxons ou du nord de l’Europe, il n’existe pas en France de centre d’archives national pour ce qui concerne les questions de genre et les homosexualités.

Il s’agissait donc pour moi, un peu comme lors d’une chasse au trésor, de trouver quelles étaient les personnes ressources et qui, parmi les ancien.ne.s militant.e.s, avait eu la perspicacité et la rigueur de garder, de conserver et d’archiver les matériaux – journaux, tracts, compte rendus, correspondances – des différents GLH à Paris comme en région.

Le fond le plus important auquel j’ai pu avoir accès est le fond privé de Christian Deleusse à Marseille. Au cœur de de la ville phocéenne, il dispose d’un petit appartement totalement destiné à entreposer les archives du mouvement LGBT dans l’attente de pouvoir les verser à un hypothétique centre d’archives. On y trouve la grande majorité des revues et journaux homosexuels depuis les années 1970. Des caisses entières, rangées par années, retracent l’histoire des Universités d’été homosexuelles, le Comité urgence anti répression homosexuelle (CUARH) ou encore Gai pied. Et parmi toutes ces caisses, une dizaine de cartons recueillent les archives des GLH et principalement celui de Marseille.

Quelles perspectives de recherches ?

Étant engagé dans un mémoire de Master 1, il m’a fallu faire attention d’un côté à ne pas me « noyer » dans les sources et de l’autre à avoir en tête qu’il s’agissait d’un travail de recherche sur un an, ce qui ne me permettait pas d’envisager étudier les GLH dans leur globalité. Ces groupes s’inscrivent dans un contexte politique et social particulier : celui des années 1970 et l’émergence de ce que l’on a appelé les « mouvements spécifiques ». Il me semblait donc pertinent pour une première approche des ces groupes de chercher à les définir au niveau de leurs structures, de leurs choix politiques et idéologiques et de leurs actions dans une chronologie donnée.


Mathias Quéré

En 2016, étudiant en Master 2 d'Histoire Moderne et Contemporaine à l'Université de Toulouse le Mirail (Toulouse Jean-Jaurès pour la novelangue). Je travaille sous la direction de Sylvie Chaperon sur les groupes homosexuels militants dans les années 1970 et 1980 et plus précisément sur le Comité urgence anti-répression homosexuel (CUARH) entre 1979 et 1985.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *