L’Empire ottoman : le petit vieux malade de l’Europe ?

Franz Krüger, Portrait de Nicolas Ier, 1852.

Franz Krüger, Portrait de Nicolas Ier, 1852.

En 1848, le tsar Nicolas Ier, lors d’une discussion avec l’ambassadeur anglais Sir Hamilton Seymour, lui tint à peu près ce langage  :  » Tenez, nous avons sur les bras un homme malade, très malade, ce serait, je vous le dis franchement, un grand malheur si, un de ces jours, il venait à nous échapper, surtout avant que toutes les dispositions nécessaires fussent prises ». Cette vision de l’Empire ottoman fut celle d’une grande partie des pays intéressés au démantèlement de cet État  multinational qui, selon eux, n’était plus qu’un empire sur le déclin. 

Mais qu’en était-il de la France qui eut, tout au long du XIXe siècle, de très nombreuses relations économiques, politiques et culturelles avec cet empire ? Quelle fut la vision (ou les visions) française(s) de cet État ottoman qui décida en 1839 de se réformer en s’inspirant du modèle français ?

Pourquoi la France ?

Mon sujet de recherche porte sur les images et les représentations de l’État ottoman en France durant la période des réformes dite du Tanzimat  – 1839 – 1878. Pourquoi s’y intéresser ? La France fut durant cette période le grand modèle des réformes judiciaires, économiques, politiques et administratives ottomanes. L’intérêt accru pour la France ne s’arrêta pas aux réformes, et peu à peu, le mode de vie à « la franga » – c’est-à-dire à la française – s’inséra naturellement dans la société bourgeoise de cet empire. Dans une perspective d’histoire globale, je me suis alors demandée comment les Français du XIXe siècle perçurent ces réformes. Je voudrais à terme savoir comment toutes les parties de la société française perçurent ces réformes, et surtout quelles furent les évolutions de ces perceptions dans ce siècle où la France connut de nombreuses guerres, révolutions et systèmes politiques.  Et par conséquent, quelle était leur vision de cet empire en pleine réforme. Était-il perçu comme un empire sur le déclin, un empire puissant ? Voilà les questions qui guident ma recherche de m2.

Quelles sources ?

300px-nerval14

NERVAL Gérard de, Voyage en Orient, 1852

Ce questionnement m’emmène à questionner quatre types de sources, toujours dans l’optique de réaliser une histoire globale de la vision française de ces réformes. Il s’agit ici de sources exclusivement écrites. Je vais dans un premier temps travailler sur des documents issus des archives diplomatiques. Il s’agira de faire ressortir la vision française d’une certaine élite encore très ancrée dans le monde aristocratique et qui fut en première ligne lors de ces différentes réformes. J’étudierai ensuite les récits rédigés par les voyageurs français dans le Levant ottoman. Des auteurs – tel Gérard de Nerval – quittèrent la France pour découvrir l’Orient, puis publièrent leurs journaux de voyage à leur retour.

Le troisième type de source sur lequel je vais travailler est également issu du monde de l’édition. À la différence des récits de voyageurs, il s’agit d’ouvrages  écrits par des auteurs qui ne firent pas forcément le voyage jusque dans l’Empire ottoman. En effet, ces ouvrages avaient pour objet l’Empire ottoman et ses réformes et abordaient le sujet d’une façon plus ou moins scientifique. Si l’auteur était un historien, un politologue ou un homme d’État, il ne s’agissait pas tant de comprendre que de faire connaître la situation de l’Empire ottoman aux lecteurs. Pour terminer, le quatrième et dernier type de source est issu du monde de la presse qui, au XIXe siècle, permit l’accès à la culture écrite au plus grand nombre. Par conséquent, je travaillerai sur quatre journaux qui, à leur façon, s’adressaient à une certaine partie de la population française dans le but toujours de connaître la vision du plus grand nombre de Français.

 

Le Journal La Presse, publié le 27 novembre 1839

Le Journal La Presse, publié le 27 novembre 1839 et présentant le Khaṭṭ-i shārif


Béatrice Vogley

En 2015, étudiante en première année de master d'histoire contemporaine à l'université Toulouse Jean Jaurès. J'ai débuté mes études, après l’obtention d'un baccalauréat économique et sociale, par une licence d'histoire à l'université Toulouse Jean Jaurès. Je prépare un mémoire sur les images et les représentations de l’État ottoman en France durant la période du Tanzimat ottoman ( 1839-1876) sous la direction de Mr Jean-François Berdah.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *