Les 12 travaux d’Hercule

gr

Source de montagne. Origine inconnue, lieu inconnu, destination inconnue. Libre de droits.

Durant ma première année de Master, et celle qui se déroule actuellement, je suis parti d’une volonté d’étudier un sujet, avant de réfléchir à un corpus de sources. Certains camarades ont fait l’inverse. Quoi qu’il en soit, l’étude des sources n’est pas de tout repos.

En effet, la recherche de sources et l’exploitation de celles-ci est au coeur du travail d’historien. Sans voir les sources comme une vérité révélée, comme Seignobos et Langlois semblaient le dire, il est vrai que celles-ci servent de base de travail à tout historien qui se respecte. Mais les sources sont de toutes sortes et ce billet tentera de les mettre en avant dans le cadre de mon Master. Par conséquent, ce travail se rapprochera du billet concernant le traitement des archives.

Quelles sources pour quel sujet ?

Durant mon année de Master 1, j’ai dû travailler sur plusieurs types de sources concernant les relations entre les présidents René Coty, Charles de Gaulle et les papes. J’ai choisi de travailler sur les écrits des présidents et leurs mémoires, afin d’appréhender leurs discours et leurs visions des choses. Je me suis également servi de la presse comme source. En effet, je pense que les articles de presse offrent un regard d’immédiateté sur un évènement. En gardant à l’esprit leur caractère souvent partiel et partial, ils permettent de saisir au vol et de figer une actualité politique. De plus, les articles se font souvent l’échos des réactions des Français face à un évènement. Je pense notamment à la perception des visites de nos deux présidents au Vatican : la presse relate bien la réaction des Français, qui voient en celles-ci une atteinte à la laïcité. Il en a va de même pour les archives vidéos de l’INA. Dans la construction de mon sujet, j’ai également puisé dans les archives présidentielles et diplomatiques.

Pour mon Master 2, qui traite des relations entre le président François Mitterrand et la religion, je vais également utiliser la presse comme source, ainsi que les différents discours du président, et les archives vidéos de l’INA. Les archives présidentielles et diplomatiques vont être aussi exploitées. Cependant, un élément nouveau va me servir de source pour cette deuxième année de master : les entretiens oraux. En effet, outre les entretiens réalisés avec plusieurs historiens spécialistes de ce sujet, je compte également en réaliser avec des membres de l’entourage du président, ainsi qu’avec certains de ses proches collaborateurs politiques.

Rapport aux sources et frustration

Comme cela fut expliqué dans le billet concernant les archives, la recherche pour obtenir certaines sources et pouvoir les consulter s’avère difficile, particulièrement pour les archives du président François Mitterrand. Effectivement, pour pouvoir consulter les archives présidentielles de ses deux septennats, il faut faire une demande de dérogation, en explicitant bien ses motivations. Le délais normal pour avoir une réponse est de deux mois. Cela va faire quatre mois que j’attends, et toujours aucune réponse. Il semblerait que les effectifs responsables de ces levées de restrictions soient réduits. Une chose est sure, cela ne facilite pas le travail des étudiants et des chercheurs. C’est à en perdre les cheveux.

Concernant les sources diplomatiques qui se trouvent aux Archives diplomatiques de la Courneuve, la difficulté est autre. En effet, si des inventaires sont disponibles en ligne, tout du moins après après avoir pris contact avec certains responsables de ces archives, la plupart de celles qui peuvent m’être utiles sont également soumises à vérification. Le véritable problème réside dans la demande de leur consultation. En effet, il n’y pas de site de réservation de document en ligne comme cela existe pour les Archives nationales, et il faut donc se rendre sur place pour toute demande et réservation. Ayant été à Paris récemment, je suis donc allé sur place pour consulter les documents librement consultables : je suis resté en tout et pour tout 10 minutes sur place, ces derniers étaient déjà consultés et réservés pour la semaine par un autre chercheur. Il semblerait que la recherche soit réservée à ceux qui ont le temps de ne pas en faire…

Traitement des sources et méthode de travail

't

Programme de la visite du président René Coty au Vatican les 13 et 14 mai 1957. Archives nationales, 4AG307, Tous droits réservés.

En ce qui concerne ma méthode de travail par rapport aux sources, je ne travaille que très peu sur place. En effet, je prends en photo les archives et je les retravaille chez moi. Pour ma deuxième année de Master, cela s’annonce plus compliqué : il semblerait que les archives diplomatiques et présidentielles de la période Mitterrand ne soient pas reproductibles. Il va donc falloir que je recopie sur place les documents qui m’intéressent (si j’obtiens un jour une réponse malgré plusieurs relances). Je n’utilise pas de logiciels particuliers, hormis Word, et des cahiers papiers à spirales petits carreaux pour classer et traiter mes sources.

Lorsque j’écris, que ce soit pour mes sources, ou plus généralement pour mon mémoire, je commence d’abord par jeter des idées sur une feuille de brouillon avant de m’attaquer à l’écriture à proprement parler. Ayant ces idées sur une feuille, que je griffonne, rature, corrige, je commence à les retranscrire sur une feuille Word en faisant de brèves phrases pour avoir une idée générale. Je corrige ensuite ces phrases pour avoir un ensemble cohérent, que je réécris ensuite entièrement. Cela me prend donc assez de temps. Mais globalement, travailler avec des sources originales est assez stimulant et excitant : on a conscience d’avoir un bout d’histoire entre les mains. Quand on y a accès…

Crédit image a la Une : Paris, Place de la Concorde. Maxime Séguéla, tous droits réservés.


Maxime Séguéla

Titulaire d’une licence d’histoire à l’Institut Catholique de Toulouse, je suis actuellement en seconde année Master à l’Université Toulouse Jean-Jaurès. Pour mon Master 1, j’ai choisi de m’intéresser aux relations qui unissent les présidents français, les papes et la religion, et plus précisément les présidents René Coty et Charles de Gaulle. Pour cette année de Master 2, je vais m’intéresser à la question du président François Mitterrand et de la religion, toujours sous l’œil bienveillant de Mr Foro.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *