Abel Gance, le cinéma entre folie des grandeurs et problèmes de porte-monnaie

3891477972_acfb1825fd_z

MichaelB Abel Gance Cinema September 5, 2009. (Flickr)

En travaillant sur les œuvres inachevées d’Abel Gance, cinéaste prolifique aux ambitions démesurées, de nombreuses interrogations se posent. Basées sur la période 1937-1947, les recherches se porteront sur les projets Manolete, Giselle, Christophe Colomb et le Vampire de Düsseldorf.

Ces échecs sont-ils dus à des difficultés financières ? Ou n’est-ce pas la propension qu’avait Abel Gance à vouloir créer des « blockbusters précoces », des films qui déjà sur le papier semblent inconcevables. La personnalité si particulière de Gance et la manie qu’il a d’accorder sa confiance à l’ensemble du milieu cinématographique sont-elles les causes récurrentes de ces échecs consécutifs ? Ou bien a-t-il été frappé de malchance ? Comment ces échecs peuvent-ils témoigner d’une situation cinématographique européenne qui oscille entre vitalité créative et équilibre financier précaire en ces temps de guerre ?

La question des sources : travailler sur des supports filmiques non-physiques

Qu’implique ce sujet ? De travailler d’abord sur un support physique inexistant, la source première de l’historien du cinéma étant le film. Dans le cas présent, seules les sources secondes peuvent être utilisées : correspondances, dossiers de presse, scénarios ou encore contrats de production. La recherche impliquera donc de comprendre le fait de travailler sur l’inexistant, sur le non-physique. Il s’agit d’éclairer ce travail compliqué de l’analyse du non-présent, du non-palpable. Les ouvrages concernant le sujet sont peu nombreux et/ou peu reliés directement au sujet. J’accorderai donc une place importante à cette question historiographique qui occupe une large place dans mon sujet.

Sur la période 1937-1947, seul le projet Manolete bénéficie d’un support physique, amputé de moitié, Gance n’ayant pas terminé le tournage pour diverses raisons. Il a été présenté une fois dans sa version tronquée, montée à partir de quelques bandes retrouvées en Espagne. Présenté donc une fois au festival de San Sebastian en 1963. On peut d’abord se demander, selon une démarche historique, ce qu’implique le fait de travailler sur des films sans existence propre. Il s’agit d’abord de questionner les sources. Les recherches se feront principalement grâce au fond Abel Gance, présent aux archives de la cinémathèque de Toulouse. Les sources pourraient être étendues au Royaume-Uni et à l’Espagne.

Le fond toulousain est constitué principalement de correspondances et de scénarios ainsi que des contrats de financement et de production. Il est intéressant de croiser les différentes lettres entre elles, et de les placer dans un contexte bien défini par les travaux de bibliographie effectués par Roger Icart.

Gance a généralement tendance à exprimer de manière littérale son point de vue dans ses lettres. Il sait aussi se jouer de ses interlocuteurs quand il a des services à leur demander, des services financiers de préférence. L’aspect personnel des correspondances doit toujours être considéré avec prudence tant Gance sait manipuler son interlocuteur par sa rhétorique.

Gance : le Gargamel furtif du cinéma français

Abel Gance (Google Images)

Abel Gance (Google Images)

Fourbe et calculateur, il met généralement toutes ses forces à obtenir ce qu’il veut. Ses projets n’ont pas d’impact sur la société de leur temps. Ils ne sont pas des témoignages d’une époque. Les scénarios existent pourtant et sont souvent associés à des histoires dramatiques ou à de fortes personnalités historiques. Gance aime se lancer des défis et aime tout particulièrement raconter les histoires d’hommes qu’ils considèrent comme illustres. Peut-être car il s’estime un peu trop, lui qui a connu la gloire à maintes reprises mais qui se perd souvent dans les phases de pré-productions. On ne peut nier le génie créatif de Gance mais la propension qu’il a à se croire sensiblement supérieur dans le monde cinématographique français tend parfois à le rendre antipathique et agaçant.

La personnalité de Gance prend aussi une place importante dans ce processus d’échecs de production. A-t-il trop tendance à accorder sa confiance à n’importe qui ? Sa folie des grandeurs a-t-elle des limites ? A-t-il tendance à vouloir gérer le cycle de production seul ?

Son envie irrésistible de toujours tout entreprendre en même temps est surement une des causes de ces échecs à répétition. Ses dons pour les formules tendancieuses et la flatterie lui ont sans aucun doute permis de compter parmi ses connaissances de « nombreux amis ». Mais à la vue des nombreuses correspondances, on se rend compte qu’il s’embourbe toujours rapidement dans ses demandes de prêts, dans des situations rocambolesques où la moitié du continent est prise à partie pour aider au financement de ses projets.

Faire de l’Europe sa banque personnelle

L’aspect financier est souvent mis en cause. L’imbroglio financier et le casse-tête des coûts de production sont souvent les premières raisons des échecs de Gance. Cependant à la vue de certaines de ces correspondances, on observe souvent des rivalités ou des coups fourrés à l’encontre du réalisateur. Amis qui n’en sont pas vraiment, producteur en proie à des problèmes juridiques et surtout la question de la seconde Guerre Mondiale. D’où le choix de ce balisage temporel.

Quelle était la situation du cinéma avant, pendant et après la guerre ? En Belgique pour Giselle, en Angleterre pour le même film et le projet sur Christophe Colomb. L’Espagne pour Manolete et Giselle et l’Allemagne pour Le vampire de Düsseldorf. Comment Gance a-t-il, par le biais de ses nombreuses relations, tenté de mener à bien l’ensemble de ses projets ? Comment justifier ces échecs ?

À l’heure où les seules productions cinématographiques récemment sorties en Europe sont des œuvres de propagande, comment peut-on qualifier cet art au sortir de la guerre ? La genèse des projets de Gance se base, en tout cas, durant la seconde Guerre Mondiale, sur des œuvres dont il connaît le potentiel propagandiste. Il sait ensuite en jouer afin de faire ressortir tous les aspects nationalistes des œuvres qu’il souhaiterait mener à bien. Quand il évoque Christophe Colomb aux instances cinématographiques espagnoles, il n’oublie jamais de citer l’importance qu’aurait une telle oeuvre pour l’Espagne, oeuvre qui vanterait la grandeur du pays et ses plus beaux exploits. Il parle même d’une Espagne créatrice du monde tel qu’on le connaît.

La piste anglaise : le fantôme Pallos et la comparaison anglo-française

Demeurent toutefois des zones d’ombre massives et brumeuses tel le brouillard fumeux de Londres. Quid de Steven Pallos, personnalité anglaise mystérieuse et invisible qui a tenté d’aider Gance pour trouver des financements tant en Angleterre qu’aux Etats-Unis ? Ce producteur anglais, né dans l’empire Austro-Hongrois, a tenté de démarcher auprès de ses contacts pour tenter de continuer la production de l’oeuvre Giselle. Plus de deux cents lettres composent la correspondance entre le producteur et le cinéaste. Seulement quand il s’agit de retrouver ce personnage, il ne reste que des volutes de présence dont on ne peut saisir l’essence. Seul les noms des films qu’il a produits et sa présence comme juré du festival de Cannes en 1963 restent des informations sûres. Il est difficile à croire qu’il n’ait eu aucune implication quelconque dans ce processus.

Peux-t-on admettre que Pallos ait vraiment influencé l’échec de Giselle ? Si oui, à quel niveau ?

Si cette piste opaque demeure sans réponse, il serait peut-être judicieux d’effectuer une étude comparative avec un réalisateur anglais sur la même période et qui présente des similitudes avec Gance. A quoi serait liés ces nouveaux échecs ? Trouverait-on des similitudes au niveau financier, contextuel et relationnel ? Un mystère de plus.
scary-ghost-story

 


Alessandro Bessy

Etudiant en Master 2 recherche en Histoire contemporaine (2015-2016) avec une spécialisation en histoire du cinéma, Les recherches d'Alessandro Bessy se portent actuellement sur les œuvres inachevées d'Abel Gance de 1937 à 1973 sous la direction de Mme Natacha LAURENT. Cette deuxième année de Master lui permettra d'aborder plus en détails les deux projets de Gance, Giselle et Christophe Colomb, esquisses grandioses d'un auteur en quête d'une nouvelle consécration artistique.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Mathias Quéré dit :

    Comment c’est trop intéressant !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *