Chronique lesbienne dans le Paris des Années folles : le journal de Mireille Havet

Mireille Havet

Mireille Havet en 1922 pour la première publication de son roman Carnaval. Auteur inconnu. Tous droits réservés éditions Claire Paulhan.

Mireille Havet, écrivaine lesbienne des années 1920, est encore aujourd’hui largement inconnue du grand public. Pourtant, celle qui était la « petite poyétesse » d’Apollinaire, a très tôt révélé ses talents d’écriture. Elle commence à écrire au lendemain de la Première Guerre mondiale. Quelques poèmes, un recueil de contes et un roman seront toute son œuvre publiée de son vivant, et bien vite oubliée. Si ces quelques productions littéraires ne lui ont pas assuré la postérité, elle laisse également derrière elle son fabuleux journal. Redécouvert depuis peu et d’une valeur poétique indéniable, il constitue un objet d’histoire remarquable dont l’historienne Emmanuelle Retaillaud-Bajac invite à s’emparer.

L’amour de Mireille Havet pour les femmes s’exprime tout autant dans son journal que dans sa vie quotidienne. L’écriture de sa sexualité occupe une place centrale de son journal et semble avoir joué un rôle structurant dans le développement d’une identité lesbienne. Mon sujet consiste à étudier la façon dont elle évoque, décrit et qualifie sa propre sexualité et à en observer les évolutions au fil de son journal.

Un journal redécouvert !

Si les études sur Mireille Havet sont aujourd’hui possibles c’est grâce à la redécouverte, il y a une vingtaine d’années, de son journal intime. Née en 1898, fille d’un peintre post-symboliste, Mireille Havet a gravité dès son plus jeune âge dans un milieu d’artistes et d’intellectuels. Le poète Apollinaire, ami de sa famille, la prend sous son aile et publie ses premiers poèmes dans sa revue Les Soirées de Paris, et dès 1916, elle intègre pleinement les cercles et salons artistiques parisiens.

Il est nécessaire de souligner l’importance de cet environnement dans l’épanouissement et l’affirmation relativement aisée de sa sexualité lesbienne dès son adolescence. Elle commence à écrire son journal en 1913, alors qu’elle attend à l’hôpital de se faire opérer de l’appendicite. Elle le tiendra pratiquement jusqu’à la fin de sa vie. L’ensemble de son journal nous offre ainsi un panorama complet de sa trajectoire hors-normes, soigneusement retranscrite année après année. En 1929, minée par la drogue, la pauvreté, la tuberculose, Mireille Havet cesse de tenir son journal. Il semble qu’elle ait continué à écrire sur des feuilles volantes mais celles-ci sont perdues. Peu de temps après, elle confie l’intégralité de ses carnets à son amie de longue date Ludmila Savitzky, lui manifestant dans une lettre son désir qu’ils soient conservés, avant de rejoindre en octobre 1931 un sanatorium en Suisse afin de soigner sa tuberculose. Elle mourra là-bas le 21 mars 1932. De son côté, Ludmila Savitzky s’acquitte de sa mission : le journal est conservé jusqu’à sa mort, puis oublié. C’est seulement en 1994 que Dominique Tiry, petite-fille de Ludmila Savitzky, retrouve par hasard ce journal dans le grenier de la maison de campagne familiale. Elle dépose les manuscrits à la Bibliothèque Universitaire Paul-Valéry à Montpellier où un Fonds Mireille Havet est créé. Séduite par ce journal explosif, l’éditrice Claire Paulhan a, par la suite, entrepris de publier l’intégralité du journal d’adulte, soit la période 1918-1929, en 5 volumes. La publication du journal d’adolescence est encore à l’état de projet.

Il me faut souligner le caractère atypique de mes sources. Étant donné le volume considérable du journal de Mireille Havet, une délimitation du corpus s’impose. Pour cette première année de Master, je travaille donc à partir de ses journaux d’adulte, publiés par Claire Paulhan. Mes recherches ont été grandement facilitées en ce qui concerne l’accès aux sources et leur localisation et je n’ai pas encore eu à réaliser le moindre travail en archives !

Écrire sa sexualité : « Une femme invertie en vaut deux »

Journal Libération 2 juin 2005. Tous droits réservés Libération.

Ainsi titre Libération le 2 juin 2005, peu de temps après la parution du 2nd volume du journal d’adulte, signe que la publication de ses journaux à tout de même permis de sortir quelque peu de l’ombre cette illustre inconnue.

Travailler sur le journal de Mireille Havet amène à considérer deux aspects principaux. Dans un premier temps, il s’agit d’un texte intime, appartenant au champ des écrits du for privé, et qui doit être appréhendé comme tel. Ensuite, ce journal est le lieu d’expression de sa sexualité. Écrire sa sexualité, qui plus est son homosexualité, n’est pas anodin à l’époque, et il faut relativiser le climat d’ouverture qu’on prête aux années 1920. La relative aisance avec laquelle Mireille Havet assume sa sexualité, tant à la ville que dans son journal, est une particularité du milieu très ouvert dans lequel elle évolue et concomitante de l’essor d’une sociabilité lesbienne parisienne qui reste néanmoins très marginale.

Dans ce milieu particulier, Mireille Havet multiplie les conquêtes féminines et son journal se fait le miroir des états d’âme dans lesquels son extrême sensualité la plonge. Le lecteur assiste à une véritable exaltation de l’amour lesbien. Son écriture évolue au fil des ans et de son journal, de même que l’évocation de sa sexualité qui se fait plus sombre à mesure que Mireille Havet se plonge dans la drogue. Opium d’abord qu’elle découvre aux côtés de Marcelle Garros, veuve de l’aviateur Roland, puis morphine, cocaïne et héroïne. Cette consommation à outrance lui rend difficile la création littéraire, ce qui a pour effet d’alimenter son amertume, et très vite son journal devient le seul lieu de l’expression poétique.

Sa vie amoureuse est, elle aussi, semée de désastres. Les cherche-t-elle ? Les provoque-t-elle inconsciemment ? Toujours est-il qu’elle considère la vie amoureuse paisible et tranquille comme impropre à la création artistique et c’est ainsi qu’elle écrit en janvier 1921 qu’il faut « avoir le courage d’assassiner l’amour heureux ». Un amour heureux, un havre, qu’elle recherche pourtant désespérément, se remettant difficilement de certaines ruptures. Mireille Havet semble ainsi constamment déchirée entre deux mondes.

On peut se demander si Mireille Havet aurait tant écrit sa sexualité si elle avait été hétérosexuelle, et si cette écriture ne constitue pas, au fond, un travail constant de définition, de construction, d’identification de soi au sein d’un processus d’affirmation d’une identité lesbienne.


Pauline Laurent

Etudiante en Master 1 recherche en Histoire contemporaine à l'université Toulouse Jean Jaurès (2016-2017) sous la direction de Sylvie Chaperon, mon mémoire porte sur les mots de la sexualité dans le journal intime de Mireille Havet. Diplômée d'un BAC L en 2012, j'ai réalisé deux années de CPGE Chartes au lycée Pierre de Fermat. J'ai ensuite obtenu 2 licences : une licence d'Histoire à l'université Toulouse Jean Jaurès (2014-2015); une licence d'Histoire de l'art en Erasmus à Saragosse, Espagne (2015-2016).

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *